Magazine Séries

(UK) The IT Crowd, series 4 : corrosive et désopilante immersion au sein d'un service informatique

Publié le 27 juin 2010 par Myteleisrich @myteleisrich

theitcrowds4.jpg

Vendredi soir débutait sur Channel 4 la quatrième saison inédite de The It Crowd. On avait presque oublié qu'elle était encore en production et c'est peu dire que ces nouveaux épisodes se seront faits attendre, puisque la diffusion de la saison 3 datait de fin 2008, soit il y a plus d'une année et demie.

Je vous ai déjà parlé de mes difficultés à apprécier le genre comique. On touche ici à une frontière constante dans mes goûts téléphagiques, dont l'existence remonte à l'origine de mon visionnage de séries. Cependant, de temps à autre, je croise une comédie qui va réussir à me fidéliser timidement. Si je ne suis pas restée insensible à Arrested Development ou à The Office (US) aux Etats-Unis, j'avoue que je cultive surtout un certain penchant pour l'humour corrosif si accrocheur des comédies d'outre-manche. The Thick of It, Black Books ou encore The Office, voilà sans doute le type d'humour qui me convient le mieux, même si tout cela reste à la marge dans ma consommation sériephile générale.

Toujours est-il que dans cette liste des fictions où l'on retrouve le cynisme inimitable de l'humour britannique (style que je pense apprécier de plus en plus, au vu de mes visionnages d'intégrales, depuis un an, de séries comme Yes Minister, Blackadder ou encore Jeeves & Wooster), figure The It Crowd.

theitcrowda.jpg

The IT Crowd est une sitcom qui fut lancée en 2006, donc en précurseur des séries qui mettront ensuite en avant geeks et autres nerds outre-Atlantique (la vague de ce genre date de la saison US 2007-2008). Une adaptation américaine sera d'ailleurs un temps envisagée, sans que le projet se concrétise.

Cette série nous narre les éreintantes journées de travail (et, exceptionnellement, quelques fois en extérieur) au sein du service informatique d'une grande entreprise anglaise. Jeune cadre ambitieuse, Jen crut à une promotion lorsqu'elle décrocha un poste de manager dans ce département. Mais c'est derrière un bureau presque glauque, dans les sous-sols du siège de sa société, qu'elle attérit, avec pour mission d'encadrer deux collègues de travail dont le but professionnel ultime semblait être d'en faire le moins possible. La cohabitation entre la pragmatique Jen et ces deux informaticiens, véritables geeks dans l'âme, n'allait pas être de tout repos ; l'occasion finalement pour chacun de s'ouvrir un peu à un autre monde, presque une autre réalité pour certains.

theitcrowdc.jpg

L'atout de The It Crowd réside dans l'alchimie qui se dégage de ses personnages, portée par cette ambiance corrosive qu'elle va réussir à installer. La sitcom parvient à trouver cet équilibre étrange, presque improbable, d'association des opposés, source inépuisable de situations cocasses souvent drôles. Nous ne sommes pas dans du mockumentary rigide comme The Office. La série entérine certes l'importante modernisation des codes scénaristiques du genre datant des années 2000, mais elle opère cependant un compromis avec des ingrédients  plus classiques, n'hésitant à utiliser (avec un certain succès) les poncifs traditionnels, dans les relations professionnelles, mais aussi personnelles.

D'un cynisme constamment réaffirmé, maniant avec habileté cet humour noir aussi indéfinissable que jubilatoire que certains qualifieront d'"humour anglais", The It Crowd est une série résolument excentrique, parfois franchement surréelle, mais toujours très dynamique, assumant et revendiquant ses excès et l'absurdité de certaines situations ainsi créées. Souvent désopilante, la série brouille notre sens de la normalité, caricature et prend ses distances avec l'univers qu'elle dépeint. Elle mise beaucoup sur un comique de situation dans lequel elle excelle, tout en sachant diversifier également ses ressorts narratifs (notre duo de geeks offrant un terrain propice au comique de caractère). Le téléspectateur se laisse aisément prendre au jeu.

Même si elle se déroule sur un lieu de travail, les histoires ne concernent pas toujours uniquement le quotidien de l'entreprise. Nous avons certes droit à notre dose de rivalités inter-services et à un patron caricatural à souhait, mais la vie privée des personnages trouvera aussi une place au milieu de tout cela. C'est d'autant plus opportun que la césure entre deux mondes, celui de Jen et celui des deux informaticiens, se répercute logiquement (et souvent délicieusement) dans cette vie extérieure, notamment en ce qui concerne les relations amoureuses.

theitcrowdb.jpg

Pour ce retour après un an et demi de disette, The It Crowd propose un épisode où l'on retrouve toutes les thématiques classiques de la série. Jen et ses rêves de promotion la font postuler à la fonction de manager chargée de s'occuper des hommes d'affaires invités par son patron, une fonction pseudo "culturelle" dont elle ne comprend pas réellement les implications et ce à quoi renvoie, en l'espèce, le terme "entertainment". Comme Roy, en pleine phase de dépression amoureuse, le lui explique en version cinéphile : la voilà intronisée en nouveau "Fredo" (cf. Le Parrain 2).

De qui pro quos en progressive immersion dans son rôle, Jen se charge tant bien que mal de sa mission, au cours de laquelle, une fois de plus, le clash des différents univers culturels de notre trio est pleinement mis à profit, permettant de plus au final de résoudre la situation. En effet, les jeux de rôle imaginés et animés par Moss vont se révéler plus attrayants que ce que le téléspectateur aurait pu imaginer. Au terme d'un processus qui souligne la maîtrise du scénario et la complémentarité constamment renouvelée des personnages, tout le monde y trouvera son compte... sauf Jen qu'une autre de ses initiatives, aussi spontanées que malheureuses, rattrape avant qu'elle ne puisse récolter les fruits de sa réussite.

En résumé, c'est un solide épisode que j'ai sans doute d'autant plus apprécié qu'il s'agissait de retrouvailles et que ce trio m'avait considérablement manqué. Moss demeure inimitable et unique, ressort comique le plus constant de la série. Et l'ensemble, homogène, se regarde avec plaisir !

theitcrowdd.jpg

Bilan : Avec son ton corrosif à souhait, son habile maniement de l'absurde, son ambiance désopilante autant qu'excessive et ses personnages haut en couleur qui se complètent parfaitement, The It Crowd se révèle être une comédie attachante que l'on suit avec plaisir. On y retrouve la tonalité propre aux comédies british, avec cette noirceur un peu critique, teinté d'un cynisme aigre-doux jubilatoire.

Le tout se révèle bien plus accrocheur que ses très (trop) diluées et bien trop fades (et plates) consoeurs américaines (The Big Bang Theory en tête).


NOTE : 7/10


Le générique :


Les trailers de la saison 4 :


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Myteleisrich 787 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines