Magazine France

Il faut changer de gouvernement

Publié le 29 juin 2010 par Bernard Girard
Combien de temps ce gouvernement peut-il encore tenir? Le climat politique s'est en quelques semaines tant dégradé que l'on ne peut que s'interroger sur la capacité de l'équipe en place à gouverner.
Les soupçons sur Eric Worth vont compliquer les négociations sur les retraites. Je doute que Bernard Thibault demande au ministre des nouvelles de Mme Bettencourt, comme le suggère Thierry Desjardins dans son blog, il est trop bien élevé pour cela, mais les difficultés du ministre rendront plus difficiles les compromis. Les syndicalistes sont plus que d'autres sensibles aux rapports de force, ils ont été nourris de cela, et les scandales actuels renforcent l'exaspération de leurs mandants en même temps qu'ils affaiblissent un gouvernement qui a d'autant plus besoin de succès rapides qu'il est dans la nasse. C'est peu de choses, mais cela rend les négociations plus tendues.
Mais il n'y a pas que lui. L'un des effets secondaires de ce climat est de compliquer les relations toujours difficiles entre les ministères et leurs administrations qui ont presque toujours tendance à résister aux impulsions venues d'en haut et qui résistent d'autant mieux qu'elles sentent les ministres fragiles (ces résistances sont naturelles et inévitables : le temps long de l'administration et des carrières des fonctionnaires n'est pas celui, forcément très court des politiques). En d'autres mots, plus il y a de scandales, plus il est difficile de se faire entendre de l'administration.
Au Parlement, ce n'est pas mieux : les scandales libèrent la parole de ceux qui, dans la majorité, désapprouvent, s'inquiètent ou, plus simplement, rencontrent des électeurs. Difficile dans ces conditions de gouverner.
Pour tous ces motifs, Nicolas Sarkozy devrait changer de gouvernement et en profiter pour tirer les leçons de la séquence que nous venons de vivre, en donnant quelques règles précises (logements de fonction, déplacements, véhicules, taille des cabinets, rémunérations…) et en élaborant des éléments de déontologie (conflits d'intérêt, utilisation de l'argent public).
Mais s'en rend-il seulement compte alors qu'il préfère regarder un match de foot plutôt que de recevoir la présidente de la Confédération Helvétique?

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Bernard Girard 236 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte