Magazine Politique

L’équipe de France gouvernementale

Publié le 29 juin 2010 par Pierre

L’équipe de France gouvernementaleC’est la crise, rien ne va plus. L’équipe de France est éliminée de la coupe du monde de football au premier tour.

Moi, simple sportif, j’en suis le premier déçu. Comme beaucoup de français, j’aurais bien aimé revivre l’effet Coupe du monde 1998, revoir cette équipe de France gagner et soulever la Coupe tant enviée.
Mais cela ne sera pas pour cette fois ci. L’équipe de France n’avait pas le niveau.
On nous a beaucoup vendu de rêve sur le potentiel de cette équipe, sur leur capacité à atteindre la plus haute marche du podium, la déception est donc plus forte.

Moi, simple supporter, je me raccroche à une chose : nous avons eu l’équipe que nous méritions. L’équipe de France a un niveau de jeu moyen, avec des joueurs moyens. Un point, c’est tout !

Moi, simple citoyen, je suis interpellé par la façon dont les politiciens s’approprient la coupe du monde.

On se souviendra du match Chirac-Jospin en 1998, où par caméra interposée, ils essayaient de montrer qu’ils étaient le plus grand supporter des bleus.On y apprenait que Jospin avait été gardien que Chirac aurait aimé l’avoir été… Bernadette aurait bien été perdu parmi les femmes de joueurs… En 1998, l’équipe de France était politiquement bankable. On retrouvait une France soudée derrière l’équipe nationale, on parlait de l’effet positif de « Black Blanc Beur ». Tout allait bien. La France gagnait, les problèmes d’intégration de nos cailleras de banlieues étaient mis de côté, submergée par la vague footix.

En 2010, le fiasco de l’équipe de France pèse de tout son poids sur les épaules de nos politiciens.
Avant la compétition, le monde politique était derrière l’EDF, chaque politicien étant the best supporter of the blues. Seuls Marine Le Pen et Eric Besson critiquaient la composition des 23, et encore une fois ce ne sont pas de commentaires sur le plan sportif…

Notre ministre des sports, Roselyne Bachelot, et son lieutenant Rama Yade, étaient au front pour soutenir les bleus, les encourager et assurer toute leur confiance à la FFF et Raymond Domenech.
Même après la défaite face au Mexique Roselyne disait : »Je partage joie et tristesse (avec l’équipe de France), c’est ma mission d’être avec eux pour les soutenir ».

Oui mais voila, il y avait encore de l’espoir alors en grande spécialiste sportive, Roselyne rassemble les joueurs pour créer le déclic… « Je leur ai demandé de tout donner, battez-vous, battez-vous ! » Comment ont réagi les joueurs ? « Ils ont pleuré et m’ont applaudie.  » et après une nouvelle défaite le discours change
et ce mercredi a l’assemblée celle qui les soutenait et qui avait promis de ne pas leur tirer dans le dos, ne tenait plus le même discours…

Mis à part le PS qui est bien resté discret après cette défaite, François Bayrou, Nicolas Dupont-Aignan, … Tout le monde à sa carte à jouer pour donner la meilleure analyse sur le sujet.
A ce jeu là, Marine Le Pen semble avoir été la mieux conseillée et arrive à mettre en parallèle la défaite de l’équipe de France et la politique de Nicolas Sarkozy: « Il règne en équipe de France un climat qu’au fond Nicolas Sarkozy a exalté : c’est l’individualisme, l’égoïsme, le chacun pour soi, et la seule échelle de valeur de la réussite humaine c’est le chèque touché en fin de mois »

Parmi toute ses déclarations, un thème est redondant. La sur-information faite autour de l’équipe de France amène a des déclarations sur des probables clans au sein de l’équipe de France: Cohn Bendit parle d’ambiance de décomposition, Marine Le Pen parle dune succession d’individualités arrogantes et perverties par l’argent.
Roselyne Bachelot parle de « caïds immatures commandes à des gamins apeurés ».

On nous parle de caïd, de jeunes immatures, Zemmour nous parle de clan de couleur de religion …
Quand les bleus vont bien les français sont unis en « black blanc beur » quand les bleus sont nuls, il existe des groupe religieux, de couleurs qui font pression sur les petits blancs sages et premiers de la classe…
Ces déclarations de politiciens créés par les politiciens resteront ancrés dans la tête des français.

Comme quoi, tous les sujets sont bons pour créer un sentiment de peur et de renforcer les différences en France, on sent la préparation de 2012 ou encore une fois on va nous pourrir les ondes à coups d’insécurité, de peur de l’inconnu… La technique est vieille mais marche toujours, créer une polarisation de la société vers le mal, pour pouvoir mieux gérer le peuple.

Laissons Luc Chatel conclure : « [Le foot], c’est le sujet Numéro 1 de préoccupation des Français ». Vivement que l’on organise une Coupe du monde football des syndicats, peut être alors parlerons-nous des retraites et autes sujets d’actualités si anecdotiques !

Paul


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Pierre 381 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines