Magazine Médias

"On dirait que ça te gêne de marcher dans la bou[S]e"

Publié le 29 juin 2010 par Poclatelephage
Bon, bon, "l'amour est dans le pré emprunte pour le moment des chemins détournés et peine un peu à décoller. L'émission a recruté des "cas", mais tout miser sur la folie supposée des candidats est un rien trop facile.
Je commence par Freddy, dont l'aventure me fait désormais officiellement mal au cœur. Le pauvre garçon est éperdument amoureux de Magali sur la base d'une lettre écrite au crayon, d'une photo et d'un premier rendez-vous rapide et s'expose à de cruelles désillusions. Je ne vais pas revenir sur le sujet, mais cette information mine son aventure. Bref, nous attentions la réplique culte et nous l'avons eue : "j'ai les chevilles qui enflent", "ah bon, t'es trop serrée ?". L'agriculteur simplet a eu du mal à enchaîner après cette bourde et en a conclu qu'il devait arrêter les compliments.
Sylvie a, elle, choisi la carte de l'honnêteté et avoué d'emblée à son chevalier servant, qui aurait tourné dans des films pornos, ce qui rend sa mésaventure encore plus savoureuse pour le téléspectateur cruel, qu'elle ne s'y entendait pas trop dans la "partie intime" des relations de couple. Impossible de savoir si l'oie blanche de l'aventure, dont le profil contraste avec celui beaucoup plus décomplexé d'Agnès, a succombé au charme de son prétendant. Karine Lemarchand, en voix off, cherche à nous laisser penser qu'elle se protège après avoir beaucoup souffert en amour. D'après mes souvenirs, elle a surtout été cocue un nombre impressionnant de fois. Sinon, les chevaux de Sylvie ont assuré la fameuse séquence "saillie" indispensable à chaque saison pour y glisser un peu d'érotisme animal.
Alain ressemble à Franck Dubosc, qui aurait pris l'accent du terroir, et semble incapable de gérer les deux brunes volcaniques qu'il a choisies pourtant. Je me demande si tout ceci se terminera dans un plan à trois après une soirée bien arrosée, en pugilat entre les deux quadras bien décidées à emporter son cœur ou si leur aventure tournera simplement court, Alain refusant de se mouiller.
Vincent reste mon préféré et le plus touchant des candidats de la saison. Il a recruté une future ouvrière agricole éperdument amoureuse des bêtes, qui ne pense qu'à son chien quand elle est en compagnie de son potentiel amoureux. J'espère pour lui que sa deuxième prétendante le préfèrera à ses bêtes.

Jean-Pierre qui me faisait déjà très, très peur au départ, n'a pas arrangé son cas en évoquant sa relation fusionnelle avec sa maman, qui le prenait pour son mari. Je pense que la vieille dame, décédée depuis un an, est bien installée dans son fauteuil préféré et continue de l'espionner depuis la fenêtre de sa chambre. A la place des deux filles, je fuirais cette maison. En même temps, Christelle est tellement motivée par l'agriculteur, comme Nadège d'ailleurs qui lui a embrassé l'épaule ("la salope, la salooooope"), qu'elle resterait même si belle maman est bien naturalisée à l'étage.
Je termine par ma nouvelle candidate favorite, la très, très normale Géraldine, qui a inspecté la maison de son hôte et déjà passé en revue ses défauts. Géraldine risque d'exiger prochainement que Yohann installe un flexible dans sa douche et un étendoir décent pour les serviettes. Même face à ses potentiels beau-parents, la jeune femme a été pénible, tandis que sa rivale marquait des points discrètement en leur filant des chocolats suisses.

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Poclatelephage 1254 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines