Magazine Côté Femmes

Les écolos frustrés

Publié le 30 juin 2010 par Lesimparfaites
J'haïs les extrêmes. J'haïs ceux qui pensent détenir une vérité pure et dure et qui s'acharnent à vouloir me convertir. Tous sujets confondus. Moi, mes convictions, je ne vais pas les planter dans la tête des autres à tout prix. Je n'ai pas besoin de rallier les autres à ma cause pour me faire croire que j'y crois plus justement.
Comprenez-moi bien: je ne suis pas une anti-écolo. Je recycle comme la plupart d'entre vous. Je fais du compost à temps partiel et j'essaie de réutiliser le plus souvent possible. Je fais ma petite part à ma façon. Mais des fois, le mouvement "Sauvons la planète" m'exaspère un peu-pas mal-beaucoup.
Quelques jours avant le Grand Prix à Montréal, j'ai été parent-bénévole à l'école de MissLulus durant leur journée Fun-Day (école bilingue, oblige!). Au menu: jeux gonflables, spectacles d'élèves, jeux d'adresses, sports, jeux de société au soleil, pop corn, défis, etc. Une magnifique journée de soleil, de plaisir et de bonheur! Une belle récompense que les profs et la direction de l'école organisent pour récompenser leurs élèves. Et il fallait les voir les enfants courir partout dans leur cour d'école qui était transformée en immense terrain de jeux! Ils avaient tous dans leurs yeux un éclat de fierté (après leur longue année d'efforts!), un éclat de bonheur (ça sentait vraiment l'été!) et un éclat de plaisir brut (je vous le dis, moi-même je m'aurais garoché pour participer à tous les jeux!).
Voilà qu'on me place au défi du Tic-Tac-Toc et je me ramasse avec des petits gars convaincus d'être les seuls au monde à connaître "les trucs" pour gagner. Ça crie! Ça se tape dans le dos! Ça se concentre! Ça use de stratégie! C'est de bonne humeur! Je tasse même la table pour qu'on soit un peu plus au soleil question de profiter de ces chauds rayons. Fait trop beau pour rester à l'ombre. Entre deux Tic-Tac-Toc, j'essaie de trouver du regard où est MissLulus dans la ligne pour aller dans le plus gros des jeux gonflables. "J'ai essayé les 3 autres tantôt, mais ils étaient plus petits. Lui, tu as vu comme il est gros?". Les enfants avaient effectivement le choix entre 4 structures gonflables pour passer leur énergie sous les encouragements des professeurs, des autres élèves et même du directeur!
Puis, la maman-bénévole à côté de moi s'approche tandis que j'avais la main au-dessus des yeux pour me protéger un peu des rayons pendant ma recherche de MissLulus. Franchement, même si je ne suis pas celle qui habituellement engage la première une conversation avec une inconnue, j'étais tellement portée par mon enthousiasme face à cette journée que j'ai bien failli ouvrir la bouche avant elle pour lui déclarer comment c'était merveilleux cette journée-là, comment c'était bon de voir nos enfants heureux comme cela, comment ils s'amusaient bien, etc.
Son "humpf" l'air dédaigneux m'a d'abord très surprise. Pourquoi avait-elle l'air dépassé? Elle était jalouse de moi au Tic-Tac-Toc? Elle aurait voulu comme moi aller glisser dans le module?
Elle réitère son "humpf". Je me tourne. Et là, en secouant la tête en grand découragement, la bouche qui fait une mine de dégoût suprême et les poings sur les hanches, elle s'exclame plus à elle-même qu'à moi en particulier en fait (elle se donnait en show, selon moi... mais bon!):
"Franchement! On essaie de devenir une école verte! On essaie de dire aux enfants de ne pas jeter aux poubelles, de recycler et de réutiliser! On essaie de réduire les déchets dans les lunchs! Et là, l'école loue 4 modules de jeux gonflables. On aurait pu en louer juste un!"
Ben oui, l'écolo frustrée! Juste un module pour 900 élèves en plein délire. Ils auraient attendu 3 heures au soleil pour faire un tour dedans! Ils n'auraient pas pu profiter des autres jeux pendant ce temps. Ça aurait chialé! On aurait entendu des plaignardises! Et la chicane aurait pogné! Un beau Fun-Day!!!
J'en revenais pas! Oui tu peux être écolo. Tant mieux pour toi! Mais franchement, louer UN seul jeu pour 900 élèves sous des prétextes écologiques, faut pas charrier, bordel!!
Ensuite, à la fin du Fun-Day, les élèves rentrent dans l'école pendant qu'on reste quelques parents dehors. Des déchets trainent sur l'asphalte. Bien sûr! Comme après n'importe quelle fête extérieure. Je m'avance avec une autre maman pour ramasser le plus gros autour de la porte quand j'entends-tu pas encore la maudite voix de Madame-écolo-frustrée.
"Ouinnnnn! Va falloir ramasser cela! C'est sale ici!".
Toujours les poings sur les hanches et son grand air du découragement. Elle aurait vu le déversement de pétrole qu'elle n'aurait pas été plus à terre que cela! Puis, au lieu de venir nous donner un coup de main, elle rentre dans l'école en secouant sa tête! Le nombre de sacres qui me sont passés par la tête, je ne vous dis pas! Car moi quelqu'un qui parle mais n'agit pas... je trouve cela cheap!
Finalement, tous les parents-bénévoles attendent leur enfant près du secrétariat pour les ramener à la maison. Chacun relève la magnifique journée ensoleillée (parfaite pour un Fun-Day) et aussi le plaisir des enfants. "Ce ne sera pas long, vos enfants mangent la salade de fruits communautaire et viendront vous rejoindre après!". C'est vrai, chaque élève selon leur niveau devait apporter un fruit (par exemple, les 1ere année, on avait le choix entre une pomme, une poire ou une pêche, par exemple. En 2e année: 10 raisins, 10 fraises ou une banane. Etc.)
"Booon! C'est vrai! et on leur a servi cela dans un verre en plastique comme l'an passé, j'imagine?". Encore elle. L'écolo-frustrée!
Non, mais ça se peux-tu? Vouloir à tout prix gâcher le résultat d'une belle fête à tout prix! Bien sûr, on aurait pu demander à chaque enfant d'apporter un plat pour manger la salade de fruits. On le fera peut-être l'an prochain! Bien sûr qu'il y aurait pu avoir une équipe de nettoyage de la cour! Bien sûr! Bien sûr! Des gestes toujours plus écologiques, c'est vrai que c'est possible! Mais de grâce, personne n'est obligé d'avoir une face d'enterrement et de bousiller le plaisir des enfants pour ses convictions. C'était de l'acharnement plat. Et pour moi, surtout, l'exemple flagrant de "comment ne pas avoir l'air reconnaissant"... C'est vrai! L'école n'était pas obligée d'organiser tout cela. Le comité de parents qui a a chapeauté le déroulement et recruté des bénévoles n'étaient pas obligés d'entendre ces commentaires pas du tout constructifs! Franchement, j'avais honte. Et je n'ai pas été capable de clouer le bec à cette rabat-joie. Mais j'ai pris le temps d'aller remercier le personnel de l'école bien chaleureusement en disant haut et fort "On ne vous le dit sûrement pas assez, mais merci pour tout! C'était une journée formidable! Les enfants étaient heureux".
Et je suis partie main dans la main avec une MissLulus heureuse de sa journée et moi aussi. Le soleil était encore magnifique. Le vent parfait. Je lui ai promis un "popsicle" au dépanneur en revenant à la maison. Au loin, on entendait le bruit des voitures de course en plein essai. C'est signe que l'été arrive, cela quand on entend cela! Je n'allais pas laisser Madame-Écolo-frustrée gâchée notre plaisir plus longtemps. On a marché plus rapidement pour ne pas l'entendre quand elle est sorti de l'école. Mes oreilles n'auraient pas pu l'entendre gémir un autre commentaire négatif. Fustiger contre le Grand Prix. Ce serait son genre... Malheureusement, je l'ai encore entendu se plaindre. Mais je dois avoir mal entendu. Ce qui est parvenu à mes oreilles sonnait comme "Ahh! J'aurais donc aimé avoir des billets pour le Grand Prix!". Euh? Vraiment?

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Lesimparfaites 61667 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossiers Paperblog

Magazine