Magazine Poésie

Le petit juillet

Par Montaigne0860

Le petit juilletIls partent, délaissent leurs chambres aux draps froissés où les boiseries craquent et filent sous la fournaise, mur bleu horizontal de l’asphalte grinçante, tandis que quelque part la jeunesse recompte les points en rongeant ses ongles dans l’attente du résultat qui les verra renaître. Fils de juin, le petit juillet lance dans son bourdonnement gris des sortes de fêtes où l’on danse sous les charmilles : leur épaisseur couve des baisers, des promesses qui parfois seront tenues, longue notes du bout des doigts jusqu’à ce que le clavier des jours s’arrête sur les touches noires. L’épisode rapide des clairons ridicules – on sort les drapeaux de la naphtaline – enfonce le silence de l’histoire, il y eut un passé aux yeux de feu et des garçons heureux dont le nom s’efface au monument, et la trompette les appelle et personne ne répond, c’était une promenade fatale un soir sous la mitraille. Tiens, j’entends une moto qui dérape. C’est la vraie fin de l’année et comme on y croit vraiment, inlassablement, de génération en génération, on choisit un samedi et pour ressusciter les morts on se marie un peu encore, même si, on le sait bien, les autres mois useront les serments puisqu’acoquiné aux années le tripot des jours fatigue la vie à deux.
« Il est bizarre de mélancoliser me dit la visiteuse, tu sais bien qu’à un moment – c’était il y a vingt ans peut-être davantage – les coquelicots ont disparu et regarde aujourd’hui leurs notes demoiselles redansent au bord des blés, c’est fou d’y croire, les plus belles fleurs rehaussent les routes qui menacent de flancher sous les coups de la route engorgée. Regarde tes lèvres au miroir de l’étang, ne vis-tu pas et dis-moi s’il y a du regret dans l’eau tranquille et habillée comme une métropole de milliers de vies coassantes et rapides ? Les voix, les voix reviennent en foule dans leur fragilité terrible, pétales frêles comme des bonjours qu’on échange distraitement et qui soudain chantent pourtant le bon jour où nous sommes. Bientôt tu glaneras de nouveaux airs, nous sommes tous princes et princesses dans les hommages que nous rendons à l’imagination, nos modestes œuvres ; le coquelicot est le prophète du petit juillet encore vert, les fruits sont annoncés même dans nos septentrions venteux, il suffit de vivre, disais-je, il suffit d’attendre. Est-ce trop demander ? »
Ainsi parlait la visiteuse qui s’en allait à la fête.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

  • Fils de flûte

    Fils flûte

    Le début d'année est toujours la meilleure saison pour aller au ciné. En général, ce sont vraiment les bons films qui sortent. J'avais vu un extrait de Fantasti... Lire la suite

    Par  Delphine Mach
    BD & DESSINS, JOURNAL INTIME, TALENTS
  • Les fils à maman

    fils maman

    Retrouvailles de Super Loulou avec un copain qu'il n'avait pas vu depuis trois ans. Au programme : Wii, foot, jeux de société. Le bonheur... Débriefing sur le... Lire la suite

    Par  Frédérique Paresseuse
    JOURNAL INTIME, TALENTS
  • Le fils de son père

    Il y a quelques mois, j'offrais aux amateurs, une grille de mots croisés de mon cru. Il ne s'agissait pas de la première fois (et malheureusement pour ceux qui... Lire la suite

    Par  Espritvagabond
    JOURNAL INTIME, TALENTS
  • Entre Père Et Fils

    Entre Père Fils

    fanfan2145 posted a photo: La main d'Arthur 12 mois, posée sur celle de son papa, Lionel 40 ans. Une évolution dans la vie d'un homme ou le changement est... Lire la suite

    Par  Fanfan2145
    PHOTOS, TALENTS
  • Le Fils de l'homme

    Si tu gardes ta tête quand la folie des autres, S'acharne contre toi et te couvre de fautes Si tu restes confiant, lorsqu'on doute de toi, Et te veux tolérant,... Lire la suite

    Par  Guimond
    NOUVELLES, TALENTS
  • Mon fils pique mon Iphone!

    fils pique Iphone!

    Ca peut arriver de temps en temps que je laisse mon iphone à mon fils de 3ans et demi.Par exemple lorsque je dois faire la queue ou que l’on attend un peu trop... Lire la suite

    Par  Madameparle
    JOURNAL INTIME, TALENTS
  • Bientôt Juillet

    Bientôt Juillet

    C'est l'été, le vrai, le chaud, celui qui ne recule devant plus rien... le programme est chargé... piscine, ombre, piscine, ombre... accessoirement c'est le moi... Lire la suite

    Par  Virginieb
    JOURNAL INTIME, TALENTS

A propos de l’auteur


Montaigne0860 240 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines