Magazine Bourse

Il existe un paradis pour les stockholders … Singapour

Publié le 13 décembre 2007 par Bernard Carlier

En effet, les détenteurs de stock-options résidents à Singapour peuvent être heureux :

ils bénéficient d’un impôt faible sur la plus value d’acquisition et… nul sur celle de la cession !

Que demander de plus ?

L’imposition se réalise au moment de l’exercice de l’option. La plus-value est alors taxable au barème progressif au maximum de 20% (à comparer au notre de 40% !). En plus, aucune charge sociale n’est due.

Lors de la cession, les plus values de cession ne sont pas imposables de par la législation de Singapour.

Seuls petits bémols (il en faut un, enfin deux), la législation est souvent modifiée ce qui peut rendre le système un peu précaire. De plus, en cas d’expatriation, le cas transfontalier des stock-options peut s’avérer complexe si les stock-options ont été reçues alors que vous étiez résident de Singapour et que vous reveniez en France. Il est alors difficile de définir l’état d’imposition de la plus-value (du moins celle d’acquisition).

A bientôt


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Bernard Carlier 42 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog