Magazine Société

La société féodale

Publié le 05 juillet 2010 par Christophefaurie
BLOCH, Marc, La société féodale, Albin Michel, 1989. « L’Europe fut une création du haut moyen-âge ». Écrit en 1939, ce livre semble rechercher, à son origine, ce qui caractérise les cultures des nations qui vont s’affronter. « L’époque (…) ne vit pas seulement se former les États. Elle vit aussi se confirmer ou se constituer (…) les patries. » Car, après une période de chaos marquée par les offensives des Musulmans des Hongrois et des Scandinaves, l’Europe connaît un arrêt définitif des invasions « d’où la possibilité d’une évolution culturelle et sociale beaucoup plus régulière, sans la brisure d’aucune attaque extérieure ni d’aucun afflux humain étranger. »
Le premier âge féodal (900 – 1050) est pauvre, peu peuplé, sans institutions capables de structurer une société. Faute d’argent, le salariat est impossible. C’est une société d’échange en nature, de lien direct. C’est, pour la classe supérieure, la vassalité, pour la classe inférieure, le servage.
Le second âge féodal (1050 -1200) est celui d’une « révolution économique ». « L’Occident s’est fait puissant exportateur de produits ouvrés », « les draps jouèrent le même rôle directeur qu’au XIXème siècle, dans celle de l’Angleterre, la métallurgie et les cotonnades. » La population croît, les lois se développent, les liens qui tiennent ensemble la société, le fief en particulier, deviennent financiers, les villes et la bourgeoisie – antithèse de la féodalité – apparaissent.
L’Angleterre s’affirme comme une société de classes. En haut, une classe assez égale et solidaire d’hommes libres qui jouissent de la justice du roi. Elle est ouverte et proche des « réalités », ce qui lui assurera une survie jusqu’à notre époque. En bas une classe laborieuse « abandonnée à l’arbitraire seigneurial ». Le fief y est entendu comme le droit réel de l’homme libre. L’autorité royale y est relativement forte et indépendante des puissants, elle déploie des institutions nationales, sheriffs, chartes, assemblées d’hommes libres origine de la chambre des communes. Déjà l’île se veut tête de pont d’un empire.
C’est en France que l’on trouve la féodalité la plus pure. L’État y est faible, « les abus de force des maîtres n’avaient plus guère d’autre contrepoids  (…) que la merveilleuse capacité à l’inertie de la masse rurale et le désordre de leur propre administration », et ne parviendra jamais à créer l’unité anglaise « les rois rassemblèrent la France bien plus qu’ils ne l’unifièrent », d’où multitudes de particularismes locaux. La France est un pays de seigneurs, chevaliers, hommes de guerres et de droit, ancêtres des nobles, qui existent dans un tissu incertain et changeant de relations les uns aux autres. Ce « lien humain caractéristique (…) attache du subordonné à un chef tout proche » est certainement la marque de fabrique d’une époque « résultat de la brutale dissolution de sociétés plus anciennes ». « L’hommage vassalique (est un) vrai contrat (…) bilatéral (qui accorde notamment) un droit de résistance ».
L’Allemagne est la moins bien définie des trois nations étudiées. Elle semble adopter les solutions trouvées en France avec deux siècles de retard. Mais elle a aussi ses particularités. Elle respecte la hiérarchie. Elle se constitue en duchés « fonctionnarisés » plus grands et solides que les seigneuries françaises, mais sans lien fort entre eux. Enfin, au droit réel anglais, elle préfère un droit de la société.
Commentaires :
  • Cette étude comme d’autres (Histoire du mariage, Les Lumières, Chine et Occident : dialogue de sourds) montre une société dont les règles directrices, jamais sans exceptions, vivent et meurent, et sont remplacées par de nouvelles, ou réinterprétées – et trahies.
  • Plus curieusement, elle semble dire que certaines caractéristiques culturelles définissent nos sociétés depuis fort longtemps.  

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

  • Europe : le grand mensonge.

    En 1992, à la demande de la France, notamment, furent introduits dans le traité européen des critères dits «de Maastricht» fixant des limites impératives aux... Lire la suite

    Par  Alaindumait
    FINANCES, POLITIQUE, SOCIÉTÉ
  • Europe imprécations

    Europe imprécations

    Europe, inique objet de mon ressentiment ! Europe, toi dont tous les partis sont amants ! Europe, où jouissent les adorateurs d'Or ! Europe, Éden honni car tu... Lire la suite

    Par  Ruminances
    CARICATURES, POLITIQUE, SOCIÉTÉ
  • Europe et Amérique

    Vers une Europe sans Amérique ? Vers une Amérique sans Europe ? Les relations transatlantiques en 2010   L’Union Européenne ne semble plus représenter une... Lire la suite

    Par  Sauvonsleurope
    EUROPE , POLITIQUE, SOCIÉTÉ
  • Vers une Europe Allemande.

    Ce matin à Madrid, les titres des quotidiens s’alarment de la dépréciation de la note de l’Espagne par les marchés financiers. En effet, le glas a sonné. Lire la suite

    Par  Hermes
    EUROPE , POLITIQUE, SOCIÉTÉ
  • Changement en Europe

    « Un changement de comportement a toujours fait parti du projet euro. Mario Monti (…) voulait que son pays rejoigne l’euro précisément pour qu’il soit forcé à... Lire la suite

    Par  Christophefaurie
    SOCIÉTÉ
  • Une Europe allemande. Suite...

    Europe allemande. Suite...

    Le radotage impose le silence de peur que le martellement de l’info devienne l’arbre qui cache la forêt. Et, depuis la crise de l’Euro, c’est ce qui ne cesse... Lire la suite

    Par  Hermes
    SOCIÉTÉ
  • Crise systémique en Europe . .

    Crise systémique Europe

    Posté par Frep à 18:58 - International - Commentaires [2] - Rétroliens [0] - Permalien [#] Tags : crise européenne dessin, crise systémique dessin, dessin frep... Lire la suite

    Par  Frep
    BD & DESSINS, CARICATURES, POLITIQUE, SOCIÉTÉ, TALENTS

A propos de l’auteur


Christophefaurie 1016 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog

Magazine