Magazine Asie

Le goûter de Noël (au Ritz-Carlton d'Osaka)

Publié le 14 décembre 2007 par Thomas Bertrand

Enfant, nous avons le goûter de Noël de notre école primaire avec tout un tas de cadeaux à recevoir, donnés par le maître déguisé avec une barbe blanche et toutes ces mandarines à déguster.
Les années ont passé, mais j'ai pu, ce mercredi soir, goûter à cette atmosphère spéciale, à une autre échelle. Plus qu'un goûter, il s'agissait d'un buffet, celui des 10 ans de la chambre de commerce du Canada dans le Kansai.
Toujours intéressant ces party international. L'ambassadeur du Canada, déjà vu ailleurs, est toujours aussi sympa et il aime à débuter ses discours en français, puis les finir en anglais. Il a fait sa scolarité dans l'Ontario et pour l'anecdote, il trouve les nouvelles mesures d'entrée sur le territoire japonais pour les étrangers (les empreintes) totalement stupides, ridicules... Cela fait plaisir d'entendre un tel discours mais je regrette que cet ambassadeur estime ne rien pouvoir faire contre, je cite, cette montée irrationnelle de paranoïa.

Parmi les invités, on trouve également, comme d'habitude, une bande de 2 ou 3 jeunes jolies japonaises. Toutes de la même taille et avec le même tailleur. Elles ont ce petit air qui me dit que ces demoiselles ont passé un ou deux ans dans une université américaine. Ces jeunes filles sont les pièges utilisés par leur cabinet de recrutement afin de trouver des occidentaux bilingues. Classique. Certains Canadiens dans la salle se sont déjà faits avoir.

J'ai oublié de signaler que cette soirée s'est passée au Ritz-Carlton d'Osaka. Le nom en jette et l'intérieur de l'établissement également. Des sapins de Noël partout, un feu de cheminée, une chanteuse et son pianiste: le premier étage, son bar et son salon, ont des allures de vieux films américains. Il ne manquait plus qu'à vouloir dépenser 2000 yens pour un verre pour jouer une scène dans cette ambiance soooo Xmas.

Venons-en au plus important: le buffet. A chaque fois, je me dis qu'il faut y aller doucement, ne pas passer pour un goinfre. Mais je me sens tellement seul à faire ça ! Faut dire que tout le monde souhaite rentabiliser les 8000 yens payés pour la soirée, même si c'est l'employeur qui paye.
Mais oui, le buffet du Ritz-Carlton est meilleur que celui du Hilton.

Encore 8 jours, et je serai en France pour un buffet continuel de 2 semaines.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Thomas Bertrand 461 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte