Magazine Photos

casino pourrave

Par Richard Gonzalez

Je me gardais cette région d'Espagne un peu pour moi, cette terre aride, vierge et sauvage, à l'écart des grands axes, loin des rivages ultra-bétonnés et du tourisme de masse. L'Aragon, théâtre des combats de mes aïeux républicains, revient sous les feux de l'actualité pour un tout autre drame. Le gouvernement autonome aragonais vient d'officialiser la création d'un nouveau... Las Vegas,  en plein coeur de cette steppe magnifique.

Une ville de jeux et de loisirs, de béton, de bruit et de bitume couvrira bientôt, d'ici 2015, plus de 2000 hectares de ce coin hautement sensible et merveilleux. Los Monegros, pour les intimes.  Le projet, baptisé Gran Scala, est la lubie d'un consortium international baptisé ILD, appuyé par les capitaux-risqueurs de l'Union Franco-Arabe. Il englobe la construction de pas moins de 32 casinos et 70 hôtels, 230 restaurants, 500 commerces, 5 parcs d'attraction, un golf, un palais des congrès et un hippodrome. Les investisseurs espèrent drainer ici 25 millions de touristes par an, acheminés par de nouvelles liaisons routières que le gouvernement aragonais s'engage à financer. Au total, la construction de Gran Scala coûtera la bagatelle de 17 milliards de dollars (prévoir au moins le double donc, sans compter les pots-de-vin).

Qui pouvait croire à une telle tragédie, à une si vive défaillance culturelle et humaine à l'heure des grands discours sur le développement durable, l'économie de l'énergie, la préservation des sols ? Dans une région qui souffre déjà du manque d'eau, quels nouveaux faramineux besoins allons-nous devoir satisfaire ? En cet îlot de quiétude sur une planète défigurée par le consumérisme, voilà qu'on vient chier, pardon pour la précision du terme, sur nos espérances, déjà bien déboisées, d'un monde meilleur.

Pour qui s'est rendu dans cette région, minérale, poétique, immense, peuplée d'oiseaux très rares ailleurs (Outardes canepetières, Gangas catas, Sirlis de Dupont), pour qui en a senti vibrer l'âme sèche et profonde, cette annonce fait l'effet d'un déchirement aussi douloureux que la trahison d'un ami cher. Elle montre aussi que l'Espagne, de Franco hier à Zapatero aujourd'hui, n'a toujours pas fait le deuil de son complexe américain. Las Vegas en Espagne? Perd et manque.

Lectures complémentaires (en espagnol) :  Greenpeace Espagne, Publico, Zaragoza Plus, El Pais.

(la petite photo, prise en déc. 2002, illustre les plateaux de Belchite, une région limitrophe de Los Monegros. Je me rends sur place à la fin du mois pour ramener des images du site - il faut faire vite pour immortaliser, le premier coup de bulldozer est prévu le 15 sept. 2008).


Retour à La Une de Logo Paperblog

LES COMMENTAIRES (3)

Par MTS
posté le 16 décembre à 10:52
Signaler un abus

L'argent va aussi détruire un si beau coin.

Par jl
posté le 16 décembre à 10:28
Signaler un abus

c'est tout simplement scandaleux ! JL

Par plume
posté le 16 décembre à 08:15
Signaler un abus

Scandaleux et stupide d'installer un casino dans un tel lieu. Parce que de toutes façons maintenant plus besoin de tels lieux, les gens qui veulent jouer ont toutes les possibilités sur internet de se faire plumer. Alors pourquoi rajouter à la pollution de notre terre mère, au nom du dieu dollar encore une fois ?

Faudra-t-il que la terre se venge une bonne fois contre les auteurs des plus grandes exactions contre elle pour que les etatuniens se décident enfin à recpecter les choses ? Ici il s'agit de l'espagne, mais qui est derrière ??????

A propos de l’auteur


Richard Gonzalez 34 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines