Magazine

Lever du soleil sur le sable jaune

Publié le 03 décembre 2007 par Gilles Poirier

Vendredi 30 Novembre

Hier j’ai nourri le petit chat noir. Je vois déjà ma famille en train de prier pour que je ne ramène pas le chat à la maison. C’est vrai que j’ai un petit faible pour les chats et celui-ci est tout mignon, mais je suis en chantier et je ne peux pas vraiment m’attacher à lui, alors je me contente de déposer chaque matin un peu de viande ou de thon récupéré de la cantine ou l’on fait chaque matin nos sandwiches. D’ailleurs, il n’est pas tout seul, il y a un chat orange et blanc et un peu plus loin vers les turbines il y en a un autre gris et blanc, voilà pour l’inventaire félin actuel de ceux que j’ai repéré. De quoi se nourrissent-ils? Des poubelles qui trainent à droite à gauche, peut être qu’il y a également quelques rongeurs bien que j’en doute un peu. Il y a bien trop de sable et comme toute verdure quatre palmiers dégarnis et bien malades. Il y a bien un oasis visible un peu plus loin, à deux kilomètres environ, mais ici c’est du sable à perte de vue. Lever du soleil sur le sable jaune, repas du midi avec vue sur le sable jaune, coucher de soleil sur le sable jaune, De temps en temps le sable est interrompu par une bande noire d’asphalte qui est sensé s’appeler une route. D’ailleurs, ils ne mettent pas beaucoup de temps à faire une route ici, on dame le sable avec un rouleau compresseur, on balance par-dessus une fine couche de goudron liquide pour figer le sable puis une fois ca sec, on met une couche de goudron et voilà, c’est terminé. Ca ne doit pas tenir très longtemps, mais c’est tellement vite fait et il y a si peu de trafic que ce n’est pas vraiment nécessaire de faire plus chiadé. Ca n’empêche pas que contrairement au site de production ou il y a des routes partout même la ou cela ne sert pas, la camp n’a pas une seule route, que des pistes de sable ou même le 4x4 a parfois du mal à ne pas s’embourber. Il faut dire que ce camp est provisoire et est amené à disparaître, en laissant un beau merdier derrière. Je le vois déjà, car la ou les anciens bungalows ont été enlevés, rien n’a été nettoyé et le sol est jonché de morceaux de bois, parpaings, débris en tous genres, câbles qui trainent sur le sol.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Gilles Poirier 4 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossiers Paperblog