Magazine France

Municipales 2008 à Rouen : Les jeux sont faits… Rien ne va plus !

Publié le 16 décembre 2007 par Willy
Municipales 2008 à Rouen : Les jeux sont faits… Rien ne va plus !


Par http://laureleforestier.typepad.fr/



Je ne pouvais être présente ce matin à la réunion UDF Mouvement Démocrate censée consulter les adhérents sur leur volonté aux municipales, car j’étais tenue, exactement à la même heure, de recevoir un prix officiel décerné à la restauration du Gros Horloge, obligation à laquelle je ne pouvais déroger.

Teddy en fait un compte-rendu attristé que je vous invite à lire.

Je souhaite cependant exprimer ma position à l’égard de cette consultation. D’autres militants, présents à la réunion, se sont aussi fait l’écho de mes propos.

Avant tout, je tiens à exprimer mon regret concernant la forme même de cette procédure de consultation puisque seuls les présents pouvaient voter. Il est regrettable qu’aucune possibilité de vote à distance ou par procuration n’ait été prévue. Invoquer le « manque de temps » pour cela n’est certainement pas une bonne excuse : car si le temps a manqué pour organiser le débat, c’est du fait même de la direction actuelle de la fédération.

Dans un certain nombre de grandes villes, ces consultations se sont opérées beaucoup plus tôt et préalablement au vote, les adhérents recevaient motions ou professions de foi des candidats et des différentes lignes politiques proposées. Ceci permet le vote par correspondance et une plus forte participation.

Force est de constater que, en lieu et place d’une consultation transparente et fondée sur des débats contradictoires, nous n’avons eu droit qu’à quelques réunions de circonscription où aucun débat global et de fond sur les municipales n’a été possible. 

En vérité,  la Présidente par intérim a pris soin de garder la haute main sur les listings (sur la base d’arguments liés à la CNIL qui ne tiennent pas la route juridiquement et encore moins démocratiquement). Et cela dans un seul but : préparer dans le secret, c’est-à-dire de la façon la moins démocratique qui soit, des débauchages individuels en faveur de la liste de Pierre Albertini, en étouffant parallèlement toute proposition d’alternative.

Quelle garantie d’impartialité du débat alors que dès la fin juin, la présidente affirmait son soutien personnel à Pierre Albertini en compagnie de Bruno Devaux ?

La première réunion où les adhérents rouennais se sont retrouvés et où cette question d’une liste indépendante a été simplement évoquée a eu lieu le 27 octobre. Les tenants d’une liste indépendante ont bien compris que l’influence de parlementaire de la présidente pèserait de tout son poids auprès du siège pour préserver ses intérêts et adouber Pierre Albertini qui présentait sa candidature officiellement deux jours plus tard accompagné de l’ensemble des élus UDF de la majorité municipale qui, c’est le moins qu’on puisse dire, n’avaient pas brillé par leur présence lors de la campagne législative…

Et que dire de cette réunion organisée il y a trois semaines à la permanence où les adhérents étaient invités à rencontrer Pierre Albertini ? Tout cela fut décidé sans la moindre consultation du Bureau élargi.

« L’important c’est d’avoir des élus », fut la rengaine de ce matin. Je m’interroge si la question n’est pas plutôt que les élus actuels gardent leur siège. Je vous invite vivement à vous interroger sur la composition de la liste que présentera Pierre Albertini et de la place éventuelle de nouveaux visages issus du Mouvement Démocrate… Mon ressenti du paysage politique rouennais me laisse prévoir que cette liste fournira 12 élus d’opposition dont 3 ou 4 « étiquetés » Mouvement Démocrate. A ce prix là, je pense qu’une liste indépendante permettait d’éviter tout compromis avec l’UMP. Mais il n’en sera pas ainsi. Ici comme à Bordeaux, Angers, Lyon, le Mouvement Démocrate partira aux municipales sur une liste d’alliance avec l’UMP.

Je fais partie de ceux qui pensent que depuis l’élection présidentielle le paysage politique a radicalement changé et je milite pour faire de la politique autrement. Pour moi cela passe d’abord par une rupture avec une certaine « rhétorique centriste ». Il nous faut aujourd’hui rompre avec les alliances de confort. Car c’est contre les vieilles pratiques politiciennes que le jeune Mouvement démocrate doit se construire. Et je pense sincèrement que l’alliance proposée ce matin, au-delà de préserver les intérêts de quelques notables, nuira à terme à l’image de notre mouvement.

Le Mouvement Démocrate déclare incarner la démocratie, l’autonomie, le pragmatisme, la modernité politique. A Rouen, cette décision démontre que ces convictions sont bafouées. Nous poursuivons une culture de vassalité vieille d’un demi siècle.

Dommage…

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Willy 401 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte