Magazine

A l'Homme qui jamais ne me lira...

Publié le 16 décembre 2007 par Sarah Oling
Il fait froid ce matin, si froid que je puis m’empêcher à tous ceux qui ne sont pas du bon côté de la fenêtre, observant, comme moi, le lent ballet des mouettes affamées.   Affamé, l’êtes-vous ? Vous, qui, depuis si longtemps que j’en ignore le début, m’accueillez d’un « Bonjour, Madame ! » rocailleux, à chaque fois que je me rends dans le petit centre commercial de mon quartier. Assis sur un tabouret de toile, peut-être pas si âgé que votre apparence le suggère, vous interpellez ainsi tous ceux qui passent à votre proximité.  Je me souviens d’un jour où j’ai perçu enfin que vous ne compreniez pas un mot des phrases que je prononçais, pour abolir la distance entre nous. Alors, depuis,  nous communiquons par un sourire. Vous savez que régulièrement je viens déposer une offrande symbolique à vos pieds. Pas de l’argent, non, mais le superflu, ce que l’on pense rarement à offrir à quelqu’un qui semble n’être plus qu’attente. Et vous m’offrez à votre tour ce sourire qui me brise , il me rappelle des temps anciens, où nos places respectives étaient alors imbriquées.  De quel pays venez-vous ? Qui veille sur vous ? Où allez-vous lorsque vous cessez soudain d’être part constituante du muret contre lequel vous vous appuyez ? J’ai toujours la crainte de ne plus vous revoir.  Alors, ce matin, je suis saisie d’un violent sentiment d’inutilité à ne pouvoir vous réchauffer, et, à travers vous, c’est à toutes ces étincelles vacillantes allongées sur les trottoirs de nos villes que je songe.   Je ne vous oublie pas. Aucun d’entre vous. Jamais.

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Sarah Oling 282 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte