Magazine

Paie ta canicule

Publié le 16 juillet 2010 par Saint Pingouin

La chaleur et moi, on n'est pas copains. Surtout en ce moment, vu la chance que j'ai...

Quand on s'appelle Saint Pingouin, il n'y a rien de plus mieux bien, qu'un bon gros coup de froid.

Allez, je vous raconte mes déboires.

Au fait, je n'ai Internet qu'au boulot pendant ma pause déjeuner.


Episode 1.

La recherche d'une clim (un saint glaçon artificiel)

Ca y est, le manchot et moi, on avait décidé d'acheter une clim. Le truc à la con qui a un tuyau qu'il faut coincer dans la fenêtre.

Parce que quand on en arrive à attraper des coups de chaleur, on se dit il faut faire quelques chose. Surtout quand il fait 32 dans ton appart.

Direction donc Darty, un samedi matin, à l'ouverture. A peine on avait posé un oeil sur un saint glaçon artificiel qu'un vendeur au sourire scotché sur la face nous accostait en se disant "chouette, encore des pigeons pour écouler mes stocks".

Hésitation avec les vieux modèles soldés, on se décide finalement pour un truc qui bouffe pas trop d'énergie. Evidemment, rupture de stock. On tente alors un autre modèle (pas le choix, il ne restait que cela...).

600 euros quand même, hein...

Le truc est énorme, heureusement j'ai la voiture de fonction qui a un grand coffre...

Hélas, ça ne suffisait pas. Il manquait 5 cm dans le coffre pour rentrer le colis...

Direction remboursement, et nous sommes rentrés bredouilles (et en nage). En ayant économisé 600 €.

Episode 2.

Faire des provisions, c'est méchamment con

Un soir, en rentrant de chez le notaire chez qui nous avons désespérément essayé de signer une vente (la banque n'ayant pas jugé utile de nous débloquer le prêt pour la signature, nous sommes encore passé pour des "sales cons de jeunes") nous faisons une halte dans un hôtel pour pingouins, à savoir un célèbre magasin de surgelés. Là, on se fait plaisir, pizzas, glace, taboulé, tartes aux légumes, patates sautées... de quoi se régaler avec une bonne salade et du magret de canard séché...

Comme il fait une chaleur à crever, nous nous dépêchons de rentrer pour mettre la nourriture au frais.

Et mais attends, il est pas censé y avoir de l'eau dans un congélo normalement, si ? Et la glace, c'est censé pas être liquide, hein, rassure moi ? Et les produits congelés, c'est plutôt dur en général ?

Ok, ben je te l'annonce officiellement, le congélo est mort.

Pour vous dire, le congélo il avait même pas un an, c'était un Brandt, ben tu m'étonne qu'il soit classé "économie d'énergie", là il risque pas de trop consommer !

Heureusement, comme je travaillais chez Brandt, le congèl est garanti 5 ans, donc j'ai jusqu'en 2014 pour appeler le SAV... Enfin je vais quand même attendre le déménagement avant de les appeler, pas la peine de faire monter 4 étages à un technicien en pleine chaleur.

C'est comme si le Saint Glaçon m'avait laché une fois de plus... non ?

Maintenant la question que vous vous posez tous : qu'ai-je fais de la bouffe ?

Ben on a tout fait cuire, et on tout mangé dans les 48 heures ou presque. Sauf la tarte, qu'on a fait cuire 1 heure au lieu de 20 minutes et qui a rendu l'âme.


Episode 3

Choisis bien ton week end pour déménager

Déménager, c'est déjà chiant, mais en plus quand tu te fais ça en pleine canicule... Rigolez pas, c'est ce que j'ai fait. Et bien c'est sacrément crevant. L'avantage unique, c'est que je passais du 4ème sans ascenseur au rez-de-chaussée. Donc en gros, j'ai mis 4 fois plus de temps à charger la camionnette qu'à la décharger.

N'empêche que je pense que je vais avoir du mal à m'en remettre de ce week-end. J'ai perdu 2 kg en 2 jours, mais je suis assez fière de moi car j'ai trouvé un système ultra-intelligent pour ne pas avoir à porter le lave-linge, en plus de l'utilisation du diable. Je vous en reparlerai à l'occasion.

Episode 4

Regarde les gens de la ville crever

Déménager, c'est chiant, mais là, c'est finalement pur bonheur malgré la fatigue.

Car oui, j'ai quitté la ville, après avoir habité plus de 7 ans à Grenoble et Lyon et Metz, avoir souffert de la chaleur, du manque d'air, du bruit, du stress, des voisins. Ma vie n'est plus rythmée par le pinpon des ambulances et les hurlements des gosses dans la rue. Je peux enfin me garer dehors.JE peux ouvrir les fenêtres !

Mais le mieux, à la campagne, c'est le frais. Car oui il fait frais à la campagne. Mieux, l'absence de montagnes permet même d'avoir du vent frais, de l'orage, de la pluie. Plus de cuvette qui retient la chaleur comme une saloperie de casserole surmontée d'un couvercle.

Je n'entends plus les cris débiles des pigeons. Je suis désormais réveillée par un con de coucou et une saloperie de tourterelle. Mais je sais qu'eux, au mois, n'iront pas faire un nid sur mon balcon.

Mon balcon, parlons-en. J'ai une vue magnifique sur les champs, les forêts, et le canasson d'à côté. Dans l'arbre en face, il y avait même un pic-vert. Qui se tapait le bec contre le tronc, oui ! Il y fait bon, il y fait frais.

Pour l'instant, mes voisins je ne les entends pas. Tant mieux.

Et pendant ce temps, tout le monde m'envie parce que chez moi, il fait frais, au moins !

Allez je vous laisse, j'ai du boulot.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

Dossiers Paperblog