Magazine Info Locale

Ĺ'dipe est en vie !

Publié le 23 février 2010 par Europeanculturalnews
Œdipe est en vie !

"Sous l`œil d`Œdipe" au TNS (c) Mario del Curto

Des personnages archaïques – deux rois, un marginal voyant, deux jeunes femmes, deux jeunes gens et un être hermaphrodite entre humain et hirondelle – des personnages qui nous sont d’une certaine façon familiers grâce aux livres. Ici, ils sont réunis sur la scène du TNS à Strasbourg et jouent leur jeu autour du héros grec, Œdipe. Ils s’enlisent dans des émotions et des paroles, ils se mettent eux-mêmes au fond du gouffre et ils nous donnent le sentiment d’avoir vu quelque chose qui trouve un écho en nous, qui fait remonter des choses enfouies au plus profond de nous depuis longtemps.

Dans la pièce « Sous l’œil d’Œdipe » on ne joue ni Sophocle, ni Euripide. Il s’agit plutôt d’une interprétation personnelle de ce qui se passe à l’intérieur de la famille des Labdakos. Une histoire écrite par Joël Jouanneau. L’écrivain, né en 1946 est avec cette pièce dans la lignée des adaptations de drames grecs, qui ne se contentent pas d’une simple transcription du texte dans une langue moderne, mais qui, comme dans le cas de Jouanneau sont une entité à part – et à part entière ! D’autres représentants de cette forme littéraire particulière sont Anne Carson ou Franc Mc Guiness en Angleterre, Michael Köhlmeier s’est fait un nom en Allemagne grâce à sa nouvelle interprétation des œuvres classiques grecques. Joël Jouanneau va pourtant encore un peu plus loin. Pour lui, Euripide et Sophocle ne sont pas le point de départ pour la traduction ou la transcription, mais ils donnent des idées et fournissent les mots clés pour leur propre texte. Un texte qui pose des questions comme : Qu’est une malédiction et quelles en sont les conséquences ? Que signifie l’exil et quels mécanismes inhérents à une famille peuvent finir par briser celle-ci ?

Son interprétation est loin, très loin d’une langue contemporaine, insouciante. Il s’adonne plutôt – consciemment ou inconsciemment – au dictat des constructions des phrases grecques. Ces structures littéralement surchargées d’intensité dramatique nous sont familières grâce aux traductions. La phrase dans la bouche de l’hermaphrodite Euménide qui dit « Ne dis jamais heureux un homme avant qu’il ait franchi le seuil de sa vie » est un exemple type pour la sagesse quasi insondable qui habite ses personnages. Ils portent tous quelques unes des ses phrases lourdes de signification devant eux, telles des bannières. Et malgré leur savoir et leur adresse linguistique ils ne réussissent pas à s’élever au dessus de leur propre destinée et à se débarrasser de leurs drames.

La malédiction d’Œdipe ne se réalise qu’à partir du moment où celui qui a tué son propre père sans le savoir et qui a épousé sa propre mère ignorant de qui il s’agissait, prend conscience de ses méfaits. C’est à ce moment précis, que le sort s’acharne sur ses deux fils, ses deux filles et sur Jokaste, sa mère et épouse et finit par éradiquer toute la famille. Œdipe, comme d’autres membres de sa famille, se punit lui-même par son attitude apodictique. Il est décrit comme un homme que le sort ne parvient pas vraiment à détruire. Sacrosaint, il dépasse ce point qui le positionne au-delà des restrictions morales ou éthiques. Il sait qu’aucun malheur ne peut être plus grand que l’exil qu’il subit et il réagit en faisant la forte tête : Les conventions ne sont plus valables pour lui et il ne respecte plus aucune règle, même pas en partie. « Personne ne me fera jamais partir d’ici » déclare-t-il à haute voix après avoir appris qu’il se trouve sur une terre sacrée que personne n’a le droit de fouler. La prise de conscience, qu’il s’est puni lui-même à tort, qu’il s’est induit en erreur lui-même, car il avait commis ses crimes en parfaite ignorance des faits, et que par conséquent il est innocent, arrive trop tard. Il prend congé de la vie avec le sentiment d’avoir été le dindon de la cruelle farce divine.

Œdipe est en vie !

Jacques Bonnaffé et Philippe Demarle dans: "Sous l`œil d`Œdipe" au TNS (c) Mario del Curto

Ses enfants, les filles Antigone et Ismène ainsi que ses fils Polynice et Étéocle en revanche restent prisonniers du piège des traumatismes qu’ils ont vécus étant enfants.

Étéocle qui s’est toujours senti inférieur à son frère et qui a souffert du manque d’amour de son père, se venge une fois sur le trône. Contrairement à ce qui était convenu au départ, il refuse de le céder à son frère, Polynice. En fils gâté, celui-ci essaie en vain d’obtenir l’aide de son père et de faire changer d’avis à son frère qu’il finit envers et malgré tout par combattre.

Ismène supplie les deux frères de retrouver la raison. Elle veut leur faire prendre conscience que leurs prises de position respectives sont tellement radicales, tellement dures qu’aucun d’eux n’est plus capable d’esquisser le moindre mouvement. Mais c’est trop tard. Les frères sont devenus ennemis. Ce qui du temps de leur enfance ressemblait à une fraternité indestructible, n’était que maculature. Étéocle ne montre son amertume qu’une fois son père mort. Mais il est contraint de reconnaître qu’il n’a pas réussi à se libérer de sa dépendance d’Œdipe.

Antigone se sent flouée également. Elle aussi a souffert du manque d’amour de son géniteur. C’était sa jeune sœur Ismène qui a accaparé toutes les attentions du père. Pour elle, Polynice devient en quelque sorte un remplaçant. Pour parler avec Freud : par transfert, il est dorénavant l’objet de toutes les attentions et de l’amour de sa sœur. Et il est consentant – tant qu’il en profite ! Même face à la mort, il est incapable de surpasser son égocentricité et ne demande pas à Antigone de l’enterrer après sa mort. Tout en étant conscient qu’il signe de cette façon l’arrêt de mort de sa propre sœur, puisqu’elle enfreint la loi. Antigone de son coté est et reste totalement aveuglée par l’amour qu’elle lui porte. Elle ne peut pas, elle ne veut pas voir que cet amour n’est pas réciproque.

Grâce à la présence de Cadmos, le fondateur de Thèbes, l’auteur remonte encore plus loin dans le temps. Elle montre clairement que ce ne sont pas seulement les parents et les grands-parents qui exercent une influence indéniable sur leur descendance. Le « voyant aveugle » Tirésias qui accompagne et qui fait avancer l’action avec ses prévisions est chez Jouanneau un personnage sensible et intelligent. Ses changements fréquents dans une langue incompréhensible, une sorte de langage originel montre que son savoir ne fait pas que décrire le cas d’Œdipe, mais qu’il se réfère aux archétypes ancestraux, décrits comme tels par C.G. Jung au 20e siècle. Ensemble avec sa « traductrice » Euménide il est en dehors de la tragédie humaine, même si sa propre apparence est l’incarnation même de la tragédie.

Ismène, finalement, qui n’est mentionnée qu’en marge dans les transmissions grecques, est, grâce à l’intervention courageuse d’Antigone, la seule survivante. Ismène, plaide coupable vis-à-vis de Cadmos, pour avoir aidé sa sœur à l’enterrement illicite de son frère. Elle préférerait plutôt choisir la mort que de rester seule. Mais Antigone ne le permet pas. Elle veut au moins avoir sa propre mort pour elle seule, et surtout ne pas la partager avec sa sœur.

Œdipe est en vie !

Hedi Tillette de Clermont-Tonnerre en Teiresias (c) Mario del Curto

Hedi Tellette de Clermont-Tonnerre en Tirésias est brillant dans ce rôle du marginal qui sait prédire l’avenir. Son costume archaïque contribue à la crédibilité de ses facultés chamaniques, qui, transportées ainsi, franchissent aisément le bord de la scène.

Mélanie Couillaud, Euménide, s’approprie son rôle d’être hermaphrodite à travers un langage corporel très large. Cécile Garcia-Fogel et Sabrina Kouroughli jouent Antigone et Ismène, les deux sœurs aimantes tout en étant concurrentes, à la perfection.

Philippe Demarle dans le rôle de Polynice est le pendent merveilleux d’Etéocle, idéalement interprété par Alexandre Zeff. L’image de sa transformation instantanée sur scène du justicier blanc immaculé en personnage noir, obsédé par le pouvoir par le simple fait d’enlever son manteau blanc pour paraître en costume noir, restera pendant longtemps gravée dans le souvenir du public. Cadmos, Brune Sermonne, en revanche, est resté coincé dans un langage scénique suranné et très artificiel. La question si cela est dû aux indications de la mise en scène ou si c’est un registre dans lequel l’acteur aime à s’exprimer reste sans réponse.

Jacques Bonnaffée dans le double-rôle d’Œdipe et du gardien qui rapporte les manquements d’Antigone à Cadmos, maîtrise tous les registres de l’acteur et interprète tous les caractères : il est généreux et digne, rebelle et entêté, jusqu’à tragique-comique dans le rôle du gardien.

La mise en scène, également signé Jouanneau, se contente du strict nécessaire. Grâce aux costumes et aux enregistrements sonores, le public n’a aucun mal à se laisser transporter en Grèce archaïque. Les cris stridents des mouettes soulignent les mots qui annoncent le malheur. Les gestes lourds de secrets d’Euménide ainsi que l’interprétation percutante de Tirésias, dansant des danses de conjuration, perpétuellement sur le fil du rasoir entre folie et clairvoyance ne permettent pas d’établir une relation quelconque avec notre temps.

Mais l’efficacité de la pièce « Sous l’œil d’Œdipe » est d’autant plus redoutable. Elle nous fait frissonner. Peut-être est-ce dû à nos propres tragédies familiales et à notre propre labyrinthe de vie. Ceux qui n’ont pas ressenti ce que je viens d’évoquer après la représentation peuvent se considérer comme bénis des dieux.

Texte traduit de l’allemand par Andrea Isker


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

  • Acheter français ne suffira pas

    Acheter français suffira

    #agriculture #crise22.07.2015Une partie de l’élevage français subit une nouvelle crise économique pendant cette période estivale. François Hollande a appelé à... Lire la suite

    Par  Blanchemanche
    INFO LOCALE, POLITIQUE, SOCIÉTÉ
  • Contribution : des photos de nos villages

    Contribution photos villages

    Wikipédia est le 6e site le plus visité en France avec près de 22 millions de visiteurs par mois. Or, nous avons constaté que 91 % de nos communes françaises... Lire la suite

    Par  Pminguet
    INFO LOCALE
  • Des nouvelles des anciens / Spectacle vivant

    nouvelles anciens Spectacle vivant

    LA COMMUNAUTÉ INAVOUABLE Spectacle « Tunisia » de Clyde Chabot Avec ce spectacle, Clyde Chabot s’appuie sur son histoire familiale de migration de la Sicile ver... Lire la suite

    Par  Mainsdoeuvres
    INFO LOCALE
  • Coupe du monde : le mystère de l'échiquier croate

    Coupe monde mystère l'échiquier croate

    Notre sélection de livres/logiciels - Cours d'échecs - Jouer en ligne Les Croates, adversaires de la France en finale de la Coupe du monde, sont facilement... Lire la suite

    Il y a 36 minutes par   Chess & Strategy
    ÉCHECS, SPORT
  • strudel aux pommes – Apfelstrudel

    strudel pommes Apfelstrudel

    un délicieux gâteau traditionnel autrichien pour accompagner vos jus ou thé lors du goûter, facile à préparer chez vous à la maison. une recette facile et pour... Lire la suite

    Il y a 3 heures, 41 minutes par   Nicole Michelin
    CUISINE, RECETTES
  • gâteau de semoule libanais – namoura

    gâteau semoule libanais namoura

    un délicieux gâteau originaire du Liban appelé la namoura pour accompagner vos jus ou thé lors du goûter, facile à préparer chez vous à la maison. une recette... Lire la suite

    Il y a 4 heures, 25 minutes par   Nicole Michelin
    CUISINE, RECETTES
  • Max | Rien

    Rien

    Incroyable cette impression, Amou, 16h20 ce quinze juillet 2018, il n'y a pas un bruit dans le village, c'est pourtant sa fête, en des temps ordinaires... Lire la suite

    Il y a 4 heures, 49 minutes par   Aragon

A propos de l’auteur


Europeanculturalnews 53 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine