Magazine Société

Audoniens, Fontenaysiens, Grand-Parisiens et patates…

Publié le 16 décembre 2007 par Jean-Paul Chapon

Il est difficile de généraliser à partir d’un débat, surtout lorsque c’est le premier, mais le moins que l’on puisse dire, c’est qu’il y avait un certain décalage entre la centaine de participants au débat organisé par lesAudoniens.com, mercredi dernier à Saint-Ouen sur le thème du Grand-Paris et les politiques qui animaient le débat. Quand ces derniers, sans pour autant d’accorder sur une vision unique d’un Grand-Paris, en présentaient le pourquoi, l’impasse actuelle, l’empilement institutionnel, le mille-feuille, l’incapacité à résoudre les problèmes posés en terme de logement, de transport, d’emploi et d’économie, le déséquilibre est-ouest, l’injuste répartition des richesses et de la fiscalité, la salle répondait surtout identité locale, volonté de se différencier et de se reconnaître entre soi, sans être noyé voire avalé par un grand Paris qui n’aurait été en fin de compte qu’une annexion. Je ne reprendrai pas les arguments de chacun, parce que j’ai l’ai souvent fait ici, et surtout parce que ce n’est pas directement le thème de cette note. D’autant plus que plusieurs d’entre eux devraient prochainement s’exprimer sur Paris est sa banlieue

Revenons au débat de mercredi dernier, qui pourtant avait bien commencé, un premier intervenant insistant sur le contraste Paris-Banlieue, demandant par exemple pourquoi dans Paris on trouve facilement une dizaine de policiers pour surveiller un feu rouge et verbaliser les conducteurs qui le grillent, alors que chez lui, à Saint-Ouen, tous les soirs depuis des années, il voit les mêmes trafics de dealers, sans la moindre intervention ou présence policière. Sur un autre sujet, il se posait des questions sur la taille de la poste de la rue du Louvre et son grand nombre de guichets, des expérimentations de nouveaux guichets postaux dans le second arrondissement, et pas dans une poste du 93. Mais dès l’intervention suivante, le débat changeait. Défendant son appartenance à Saint-Ouen et sa volonté de rester Audonien, le second intervenant concluait « on nous vend le Grand-Paris comme on nous a vendu l’Europe. Quelque chose dont les gens ne veulent pas. Le Grand-Paris vient de la mégalomanie de Bertrand Delanoë et de quelques élus autour de lui. » Les réponses ont beau reprendre les thèmes habituels des transports et de l’emploi, d’une plus grande égalité par exemple sur la question de la taxe professionnelle, le débat restera jusqu’au bout sur l’opposition entre appartenance locale et vision à l’échelle métropolitaine. Pierre Mansa, adjoint du maire de Paris en charge des relations avec les collectivités locales, essaiera bien d’expliquer qu’il est du 20ème à Paris mais que ça ne l’empêche pas de se sentir appartenir à Paris-Métropole, et insister sur le fait qu’il « faut travailler à la ré-agglomération, et à la réunification » de quelque chose qui a été séparé notamment par l’éclatement du département de la Seine en 1964-1967, rien n’y fera. Et des questions comme « Qu’est-ce qu’on y gagne nous à Saint-Ouen si demain le SDRIF n’est pas appliqué ? Nous à Saint-Ouen on sera perdant ? » ou encore « Quelle marge de manœuvre on a de ne pas faire partie du Grand-Paris ? » salué par les applaudissements de la salle. Ou encore « C’est pas parce qu’on s’appellera Paris que ça ira beaucoup mieux…applaudissements à nouveau… C’est pas la panacée Paris ! »

Et dans ces quelques remarques, on peut mesurer le décalage énorme entre le problème posé aujourd’hui à l’agglomération parisienne, et la perception que certains de ses habitants peuvent en avoir. Une leçon doit être tirée de ce genre de rencontre. Premièrement c’est une excellente initiative et une fois de plus il faut féliciter lesAudoniens.com. Mais le débat a montré à quel point il faut faire de la pédagogie autour non pas du thème du Grand-Paris comme d’une institution et ne pas s’enfermer dans les débats actuels, couche de plus ou de moins dans le mille-feuille, gouvernance, intercommunalités, polycentrisme, domaine des élus, etc. Mais au contraire, prendre les problèmes qui se posent à l’agglomération de façon concrète, et dire en quoi, un Grand-Paris pourrait apporter une solution que l’on n’arrive pas à atteindre avec l’organisation d’aujourd’hui. Cela a par exemple été le cas dans le débat lorsque la question de l’implantation des grandes surfaces en limites communales a été abordé, ou encore la question de la politique de déplacement et de stationnement de Paris. Une participante dans sa question résumait assez bien certaines carences de la démarche à ce jour. « La Conférence Métropolitaine, personnellement je n’en ai jamais entendu parler. Est-ce que c’est comme le Grenelle de l’Environnement ? Et pourquoi n’y a-t-il pas d’associations et la présence des citoyens ? » Puis elle continuait en disait qu’il y a un problème avec la loi SRU, et demandait si « la Conférence Métropolitaine ne pourrait pas statuer et faire pression sur les villes qui n’appliquent pas la loi, faire pression sur ce petit ou ce grand Paris ? » On ne pourrait mieux pointer la question du grand-Paris : manque d’information, mauvais relais de la part des médias, débat confisqué par les élus et les experts, manque d’institutions efficaces à la bonne échelle. Et alors que la question de cette jeune fille posait exactement la problématique du Grand-Paris, elle concluait pourtant en disant «  le Grand-Paris, je ne l’imagine pas, je suis Audonienne et quelque part je suis fière de l’être. » Souhaitons qu’un futur Grand-Paris lui permette d’être toujours fière d’être Audonienne mais aussi d’être heureuse d’être (grand-) parisienne…

Et les patates dans tout ça ? En contrepoint à la fierté d’être Audonien, et puisque c’est dimanche, parlons de la fierté d’être Fontenaysien ? Fontenay-sous-bois est une commune du Val-de-Marne qui à la particularité d’être double, physiquement double et socialement double. Elle est construite sur deux versants, l’un vers le sud descend vers le Bois de Vincennes, c’est le vieux Fontenay, le village, le bois, le « bon » Fontenay. L’autre descend vers le Nord, c’est le nouveau Fontenay, le Grand Ensemble, la ZUP, Val de Fontenay. Deux cantons, l’un à droite, l’autre à gauche. Et d’un point de vue urbanisme, pas de centre. Fontenay est polycentrique avant la lettre à elle toute seule. Tous les partis dans leur programme utilisent le mot « rassembler », tant il semble que les deux versants ne veulent pas entendre parler l’un de l’autre. Alors, quand il faut créer un sentiment d’appartenance, et on se rabat sur ce qu’on a et que l’on peut mettre en commun. Depuis quelques temps, j’avais remarqué une affiche sur les panneaux municipaux. Ma ville est belle, avec un visuel mêlant le Vieux et le Nouveau Fontenay. L’affiche est plutôt belle, mais il y avait quelque chose qui me chagrinait. C’était quoi ces deux personnages qui gâchaient la beauté un peu froide de l’affiche. Deux machins plus ou moins ronds, plus ou moins jaune-beige. En m’approchant, je vois deux patates… Il faut dire qu’à Fontenay, on n’a pas beaucoup de gloires locales, alors il faut faire avec le patrimoine qu’on a ! Dalayrac a eu une maison, Hector Malot repose au cimetière, la Madelon a été écrite à Fontenay ou par un Fontenaysien, les sinapismes Rigollots inventés dans le quartier qui aujourd’hui porte leur nom, et la Belle de Fontenay, « variété de pommes de terre, reconnue nationalement et internationalement tant pour ses qualités agricoles que gustatives » est née à Fontenay en 1935, comme l’explique Fontenay, notre ville, le magazine municipal de décembre 2007. Et de préciser, « voilà pourquoi depuis un an, vous avez pu faire connaissance à travers certaines opérations de communication, d’une petite pomme de terre dessinée, revêtant des tenues différentes, en fonction du thème. Elle est vite devenue une star revendiquant haut et fort son identité « made in Fontenay-sous-bois » et nulle part ailleurs. « La Belle », dessinée par Yvan Garand, compte sur vous pour se faire connaître davantage encore. » Paris est sa banlieue y contribue donc ce soir ! Et ne veut pas priver ses lecteurs du matériel mis à disposition des Fontenaysiens, vous présente la planche de stickers insérée dans ce numéro du magazine avec ce slogan inoubliable « A Fontenay, on a la patate ! ». C’est dur de bâtir une identité ;-)

Jean-Paul Chapon

<>éé<><><éé>éé<><><><><><&><><><><…><><><>éé<><><éé>éé<><><><><><…><><>

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Jean-Paul Chapon 20 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine