Magazine Société

La fin de Hong Kong

Publié le 19 juillet 2010 par Christophefaurie
Hong Kong, paradis du laisser-faire, réglemente de plus en plus, et décrète un salaire minimum. (End of an experiment.)
L’article ne dit pas quelles sont les forces qui ont mis fin au statu quo. Mais il m’a fait avoir l’idée suivante : partout dans le monde, les nations construisent, quand elles le peuvent, un filet de sécurité social. Or, on nous a convaincu ces dernières décennies que les lois du marché étaient l’alpha et l’oméga de la nature. Et si ça n’avait été qu’une action de propagande ?
Car, au fond, ces lois ne profitent qu’à une petite élite. Les règles de la démocratie ne finissent-elles pas par faire entendre la voix de la majorité, qui demande de ne pas avoir toujours à courir, à se sacrifier aux intérêts d’un marché qui ne lui apporte rien ? Et si la solidarité sociale était la règle plutôt que l’exception ?
Compléments :
  • Curieusement l’expérience de laisser faire était l’œuvre d’un administrateur anglais. Un autre avait géré ainsi l’Irlande de 1850, d’où catastrophe lors de la maladie de la pomme de terre, qui a vidé un tiers de l’ile (The Little Ice Age: How Climate Made History, 1300-1850, de Brian Fagan, Basic Books, 2001).

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Christophefaurie 1652 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine