Magazine Société

Cœur au bout du fil

Publié le 19 juillet 2010 par Chroneric

Il est un marché des plus florissants mais qui reste cependant discret, c'est le marché des rencontres sur internet. Discret car les hommes et les femmes qui s'y inscrivent sont un peu réticents à crier sur les toits (ou devrais-je dire sur Youtube ou Dailymotion pour être plus dans le coup) qu'ils recherchent l'âme sœur. L'impression peut-être de passer pour des "loosers", des ratés de la vie, voire des handicapés de l'amour. On ne doit pas les juger, pour une grande majorité il est plus facile de rentrer en contact à distance par timidité ou parce qu'ils s'expriment plus facilement par écrit. Ils sont pourtant des millions à passer leurs soirées devant un écran qui leur promet bonheur et vie de famille rien qu'en cliquant sur des pseudos plus ou moins extravagants de femmes et d'hommes. Et parmi tous ces gens, beaucoup payent pour accéder à des options supplémentaires leur permettant de discuter ou d'aborder les prétendants ou prétendantes à leur cœur.

Mais est-ce aussi simple de trouver chaussure à son pied ? Il y a une dizaine d'années, au début, il y avait tout et n'importe quoi. Trouver des affinités relevait du parcours du combattant. Aujourd'hui, tout s'est segmentarisé, cloisonné : les personnes avec enfants, les écolos, les intellos, les aristos, les végétariens, etc. Est-ce pour autant plus facile. Je ne crois pas. Sélectionner des personnes dans une liste s'apparente presque à un marché aux bestiaux. Le physique étant le premier critère en majorité des inscrits, la déception est souvent l'issue lors de la rencontre réelle. Un con, ou une conne pour respecter la parité, ne se voit pas en photo.

Car rien ne vaut le réel : pour connaître, pour se rendre compte du comportement et du discours de l'autre. S'exprimer par écrit est plus facile, on a le temps de choisir les mots, d'être flatteur et de paraître plein d'humour. Mais lorsque l'on se retrouve devant la personne à la terrasse d'un café, il faut être réactif et spontané. Or la plupart du temps, c'est du blanc et de la bafouille. Beaucoup deviennent lourds et sans grand-chose à dire à part le temps qu'il fait. Mais il ne faut pas baisser les bras. Ce n'est pas en une rencontre qu'un avis peut être ferme et définitif. Il faut se voir plusieurs fois et vivre des moments différents : une fois le café, une autre fois le cinéma, la fois d'après le restaurant, ou pourquoi pas une journée dans un parc d'attractions.

Alors, on entend beaucoup de conseillés dans ce domaine qui suggèrent à tous ces internautes de sortir au lieu de rester devant l'écran. Un conseillé pour la plupart du temps qui n'est pas célibataire et qui n'a pas eu de mal à trouver quelqu'un avec qui partager sa vie : c'est toujours facile de donner des conseils quand on n'a pas à les suivre. Mais s'il est possible de se faire des connaissances intéressantes en discothèque ou au bar du coin, pourquoi pas à distance ? Il n'est pas certain que ce serait plus facile en réel étant donné que le virtuel permet plus d'extravagance et de courage pour les plus timides. Le problème qui peut se poser est qu'il y a une minorité dans tout ce tas de célibataires ou de pseudo célibataires qui ne cherchent pas le durable. C'est du parasitage incontournable et qui peut décourager les bonnes âmes. Il faut juste faire le tri et ne pas se décourager. Les charlatans se repèrent vite, une question d'habitude sans doute.

Si j'avais un conseil à donner ce serait de ne pas chercher à tout prix son futur conjoint. Faire des rencontres, voir du monde et ne pas s'obséder et se mettre la pression. Le hasard finit toujours par bien faire les choses. Et qui sait, peut-être qu'au détour d'une allée de supermarché ou dans la file d'attente de la Poste vous tomberez sur l'amour de votre vie.


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Chroneric 80 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine