Magazine

Gestion du trac (première partie).

Publié le 16 décembre 2007 par Michel Berreur

Qui n’a pas connu des grands moments de trac avant un spectacle; pour certains la peur s’estompe dès les premières notes jouées  et pour d’autres elle se prolonge une fois montés sur scène. Il arrive parfois que les circonstances empêchent carrément l'artiste, victime par exemple d’une extinction de voix ou de maux de ventre irrépressibles, de se produire.

Il faut considérer deux grands systèmes qui peuvent nous gêner au moment de l’expression en public : notre tête, et notre corps. Et bien souvent il existe une subtile interaction entre ces deux éléments.

Aujourd’hui, je vais vous expliquer comment une personne stressée peut perdre « mécaniquement » sa voix et comment les traitements anti-inflammatoires administrés en urgence ne lui seront que modestement secourables.

Une personne physiquement agressée par l’avant avec un objet quelconque va toujours se protéger de la même façon, en plaçant ses mains en avant avec les membres supérieurs fléchis « prêts à recevoir le coup » elle va de ce fait appliquer des tensions au niveau des fixateurs de ses omoplates qui donneront un appui solide à ces membres protecteurs. Les tensions ( de protections ) dans ces muscles peuvent être considérables et dépendent directement de la puissance du coup que l’on pense devoir encaisser.

Faites la même chose sans agression physique avérée, mais avec une bonne dose de stress comme celui crée par le spectacle de votre vie qui va vous exposer à des centaines d’inconnus. Et je ne vous parle même pas de l’artiste qui « en a plein le dos » du fait de tous les soucis engendrés par la mise en place du spectacle ou de l’instituteur qui va être inspecté pour la première fois. Les conséquences sont identiques. Certes les tensions sont moins violentes mais l’attitude de protection est bien là et le dos souffre de la même façon.

La colonne vertébrale va se  bloquer autour de la sixième dorsale, perdre de sa mobilité, déclencher des douleurs plus ou moins importantes. Tout ceci va déséquilibrer un système entre l’avant et l’arrière dans lequel, mécaniquement, le diaphragme, la mécanique respiratoire externe ( les côtes et les muscles des côtes) le larynx et les précieuses cordes vocales seront impliquées. Gérer l’inflammation des cordes vocales ne vise qu’à traiter une partie du problème. Souvent une fois le stress passé ( spectacle annulé, inspection terminée ) la voix revient et on met cela sous le coup du psychisme.

Ou bien les muscles se sont détendus et l’équilibre entre l’avant et l’arrière se refait petit à petit.

Il ne faut pas croire que le trac n’est que l’expression de notre psychisme défaillant. Le corps a aussi son rôle à jouer et il ne faut pas le négliger.

Un esprit sain, dans un corps sain ?????? Je vous laisse réfléchir là dessus.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Michel Berreur 568 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte