Magazine Société

Démolition de l’échangeur Turcot

Publié le 20 juillet 2010 par Raymondviger

Arpi le graffiteur, son combat en aérosol et la mobilisation des citoyens

Démolition de l’échangeur Turcot

L’échangeur Turcot, un imposant tronçon d’autoroute sur pylônes du sud-ouest de Montréal, sera démoli au cours des prochaines années et remplacé par une autoroute au niveau du sol. Le peintre et graffiteur Arpi, qui a décoré la structure de béton d’un grand nombre de ses œuvres au cours des dernières années, utilise désormais son art pour sensibiliser la population aux impacts négatifs du projet sur la vie des gens habitant les quartiers environnants.

François Richard   Dossier Graffiti, Communautaire

murales déco intérieur murale design décoration tendances modes

Sous l’échangeur Turcot, de vastes espaces ceinturés de colonnes de béton, de structures ferroviaires, d’entrepôts et d’usines plus ou moins abandonnées  sont laissés à la créativité des nombreux graffiteurs qui y exercent leur art. Arpi a fréquenté le lieu au cours des six dernières années pour y peindre. «C’est un endroit qui offre une grande visibilité pour un graffiteur. La structure est immense et il y passe des milliers de voitures par jour.» L’artiste a décidé, au cours des derniers mois, de prendre du recul et s’est mis à utiliser l’autoroute surélevée comme modèle pour ses peintures sur toile plutôt que comme surface sur laquelle peindre. «Avec un ami, nous cherchions un sujet, afin de réaliser une exposition thématique. Je connaissais bien les pylônes de l’échangeur Turcot pour y avoir souvent peint.»

La démolition de l’échangeur Turcot: les artistes et les citoyens touchés

Le caractère public et inutilisé des pylônes qui soutiennent l’échangeur en font selon lui un lieu idéal pour les artistes de la peinture en aérosol. «Moralement, les gens sont à l’aise d’y peindre, puisque le site n’appartient à personne en particulier. Même les employés de la voirie qui passent près de nous lorsque nous peignons nous laissent généralement faire.»  

En faisant des recherches afin de préparer l’exposition, Arpi prend conscience de l’ampleur du projet de démolition de la structure sur le quartier et ses habitants. «Les rues seront coupées les unes des autres, il y aura de la poussière et des gens seront expropriés. En raison des structures au sol, le quartier sera moins accessible qu’avant. Je ne comprends pas que quelqu’un puisse encore vouloir habiter là.» 

Solidarité avec les résidants

Au cours de sa réflexion, le peintre assiste à une soirée d’information organisée par des opposants au projet et prend partie en faveur de ces derniers. Il décide alors d’entrer en contact avec les militants du Comité des citoyens du village des tanneries, un groupe de résidants du quartier Saint-Henri qui sera affecté par les travaux.

Son plan? Utiliser l’exposition qu’il prépare sur l’échangeur Turcot afin de médiatiser les impacts sociaux et environnementaux du projet. La résidante du village des tanneries et militante Jody Negley a sauté sur l’occasion. «Nous étions ravis que quelqu’un ait saisi l’opportunité offerte par la beauté de la structure. Les gens n’associent l’échangeur Turcot qu’à la pollution et aux voitures. En travaillant avec des artistes, nous pouvons sensibiliser plus de gens à notre cause, des gens plus intéressés par l’art que par l’air.»

L’art comme moteur de médiatisation

Les opposants au projet ont donc commencé à visiter l’exposition, qui s’est déroulée au cours du mois de décembre 2008, afin de voir ses œuvres. «Ça médiatise la cause. Il faut que tous les moyens soient utilisés, autant l’art que les médias», juge Arpi. L’artiste de 25 ans a pris part à des rassemblements de militants afin d’y présenter ses toiles et d’échanger avec les citoyens sur un sujet qu’il a maintenant à cœur. «C’est une question qui me touche. Surtout le gaspillage d’argent public et les problèmes environnementaux que ça implique.»

Désillusion politique

murales décoration intérieure design intérieur art déco tendances mode

Bien qu’il compte poursuivre son travail de sensibilisation, Arpi se fait peu d’illusions quant aux chances de succès des opposants. Le fait que les plans du  gouvernement aient été rendu publics avant même le début des audiences environnementales lui laisse un goût amer en bouche. «Je suis désillusionné par la façon d’agir du gouvernement dans ce dossier. Tout est décidé d’avance. Il n’y a pas de démocratie.»

Le site pourrait selon lui être développé de façon beaucoup plus profitable pour les gens qui habitent les environs. «Au début du vingtième siècle, il y avait un lac dans ces parages, et des marécages. Il y a plein de possibilités de l’utiliser autrement, pour les cyclistes et les piétons.» Devant le peu de chances que le projet d’autoroute arrêté par le gouvernement québécois soit modifié en profondeur, Arpi se permet tout de même d’espérer que des fragments de l’ancienne structure soient préservés. «Ça serait bien de conserver au moins quelques pylônes debout, en guise de rappel, une espèce de galerie d’art extérieure.» Si les impacts sociaux et environnementaux du projet ne peuvent être évités, les dommages artistiques n’ont pas à être, eux aussi, très élevés.

Le projet de démolition de l’échangeur Turcot

Inauguré en 1967, l’échangeur Turcot relie les autoroutes 15, 20 et 720, facilite l’accès au pont Champlain et est le principal lien routier entre le centre-ville de Montréal et l’Aéroport International Pierre-Elliot-Trudeau. La structure sur pylônes, haute de 18 à 30 mètres, enjambe l’ancienne gare de triage Turcot, le canal Lachine, ainsi que plusieurs rues du sud-ouest de Montréal. Le débit de circulation y est de 280 000 véhicules par jour.

Le ministère des Transports du Québec compte remplacer l’échangeur par des tronçons routiers au sol, suivant sensiblement le même tracé que la structure actuelle et permettant le passage du même nombre de véhicules. Les travaux doivent s’échelonner de 2009 à 2016 et coûter 1,5 milliard de dollars.  

La démolition de l’échangeur est rendue nécessaire par l’effritement du béton de la structure. En 2007 seulement, 500 réparations, au coût de 12 millions de dollars, ont dû être effectuées afin de garantir la sécurité des automobilistes. 

Des opposants au projet

De nombreux opposants au projet se sont réunis sous la bannière de Mobilisation Turcot, une association de groupes, élus et citoyens du sud-ouest de Montréal. Ils disent craindre l’expropriation de 150 à 160 logements dans la foulée des travaux, ce qui obligerait jusqu’à 400 personnes à devoir se reloger, selon la militante Jody Negley.

Les membres de Mobilisation Turcot souhaitent que le projet gouvernemental soit revu de fond en comble. Ils exigent une diminution importante du débit de circulation automobile dans le secteur, plutôt que le maintien des capacités de la structure actuelle.

La suite de ce reportage demain, sur le blogue du Journal de la Rue/Reflet de Société

Pour rejoindre les artistes du Café-Graffiti (514) 259-6900

Photos de Murales et fresques urbaines.

Autres textes sur le Graffiti:

Arpi:

Ce billet, ainsi que toutes les archives du magazine Reflet de Société sont publiés pour vous être offert gracieusement. Pour nous permettre de continuer la publication des textes ainsi que notre intervention auprès des jeunes, dans la mesure où vous en êtes capable, nous vous suggérons de faire un don de 25 sous par article que vous lisez et que vous avez apprécié.

Merci de votre soutien.

 

PUBLICITÉ


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Raymondviger 8679 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine