Magazine Info Locale

Ni Nome ni statu quo

Publié le 20 juillet 2010 par Dornbusch

Des grandes affiches ornent actuellement nos rues, payées par les syndicats d’EDF et contestant la loi « Nome » en cours de discussion au Parlement.

Nome EDF

Nome EDF

Il serait très long et complexe de reprendre ici le détail du cheminement qui a conduit a cette fameuse loi « Nome » qui s’inscrit certes dans un processus de « libéralisation » du marché de l’électricité sous la pression de l’Union Européenne mais est également le fruit de groupes de lobbying bien français.

Sur ce sujet je le dirai, si la loi Nome est à rejeter le statu quo actuel n’est pas acceptable.

La loi Nome prévoit essentiellement l’accès des fournisseurs privés (Direct Energie etc..) à de l’électricité nucléaire d’EDF à « coût nucléaire » très bas pour être capable de concurrencer EDF plus efficacement qu’aujourd’hui. C’est absurde, cela n’apporte rien

Pour autant la situation actuelle n’est pas satisfaisante. La production et distribution d’électricité en France est actuellement dominée par un être « hybride et monstrueux », une chimère, une combinaison des mauvais cotés du public et du privé, le groupe EDF.

C’est un cas assez rare de groupe « public » (détenu à 80% par l’Etat) mais coté en Bourse. Se cumulent donc tous les mauvais aspects. D’une part la capacité de lobbying et les réseaux étatiques, d’autre part la tentation de plumer le client pour faire monter l’action.

Je suis personnellement partisan d’une renationalisation, qui ne figure pas dans le projet NMD voté par le PS voici 2 mois, pour éliminer cette double et monstrueuse nature.

Je suis également partisan d’une séparation nette et très forte entre EDF (le producteur) d’une part et ERDF le distributeur (et de facto RTE le transporteur). Actuellement ERDF est une filiale d’EDF et au lieu de favoriser l’émergence d’autres acteurs (« classiques » dont je me préoccupe peu mais surtout centrés sur les énergies renouvelables qui explosent partout en Europe sauf en France), elle agit quasi exclusivement pour le maintien du monopole nucléaire actuel. Un ERDF indépendant (privé ou public à discuter) axé entre autre sur un développement annuel de la part d’énergies renouvelables injectées sur le réseau est indispensable.

Mais tout cela ne sera pas simple, car cet acteur mi privé mi public a d’ardents avocats et en premier lieu le député UMP Patrick Ollier (le mari de la ministre de la justice Michele Alliot Marie) qui défend à l’Assemblée Nationale des propositions de loi honteuses tant elles sont uniquement à l’avantage exclusif d’un acteur et non du bien public. Notre député Beaudouin qui se battait à une époque contre les lobbys à l’Assemblée ferait bien de s’en apercevoir.

A suivre

David Dornbusch

Secrétaire de la section socialiste de Fontenay sous Bois – Blog d’actualité politique de la 6° circonscription du Val de Marne (Fontenay sous Bois, Vincennes, Saint Mandé)


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Dornbusch 490 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog

Magazine