Magazine Environnement

La Mini E électrique expérimentée à Paris !

Publié le 22 juillet 2010 par Sequovia

La Mini E électrique expérimentée à Paris !

Ca y est, la Mini E, le véhicule électrique tendance de BMW, est visible à Paris ! Cette « expérience » Mini E a déjà été vue à Los Angeles, New-York, Londres, Berlin et Munich, ce qui a permis de  réaliser un total de deux millions de kilomètres. Mini E sera expérimentée pendant un an à Paris par BMW en partenariat avec EDF, Véolia environnement et l’Inrets. L’expérimentation vise, pour 60%, des particuliers, et pour 40% des entreprises.

  • Une arrivée remarquée

Présentée en première mondiale au Salon de Los Angeles en novembre 2008, il aura fallu quasiment deux ans pour voir la Mini E débarquer en France.
Il y a forcément un moment où Ecologie et l’automobile vont fusionner. Les motorisations alternatives se multipliant, leur arrivée sur le marché signera le début d’une nouvelle ère automobile. Pour exemple, après s’être faite remarquer par Jean-Louis Borloo qui l’avait essayée en septembre dernier, celle-ci arrive sur Paris pour des tests grandeurs natures ! Ces tests doivent contribuer à la définition d’une future voiture électrique de BMW qui pourrait être commercialisée en 2012.La Mini E est équipée d’un moteur électrique de 204 ch / 150 kW alimenté par une batterie lithium-ion et offre une autonomie de 240 kilomètres. BMW a construit au total 612 Mini électriques pour mener une campagne d’essais en conditions réelles.

  • Des entreprises qui suivent

50 Mini E seront testées aussi bien auprès des particuliers que des entreprises. Les particuliers ne seront pas les seuls à pouvoir mettre la main sur la Mini E. Veolia, EDF, et la Mairie de Paris récupéreront eux aussi une poignée de voitures électriques pour les essayer en conditions professionnelles.
Le producteur d’énergie a d’ailleurs rassuré l’audience en annonçant qu’un système de filtre empêcherait toute recharge de batteries durant les heures de pic de consommation. Contrairement à ce que l’on peut penser, même avec un parc d’un million de véhicules électriques, cela ne représente que 1 à 2 % de la consommation totale d’énergie sur le territoire français, nous reviendrons par ailleurs sur ces aspects dans un futur article.
Quoi qu’il arrive, la Mini E n’arrivera jamais en vente chez le concessionnaire du coin : BMW l’utilise à des fins d’essais avant un autre projet qui devrait aboutir en 2013, le Megacity Vehicle. Un concept révolutionnaire à base de fibres de carbone qui propulsera la voiture électrique aux sommets. Mais à quel prix, mystère, rendez-vous en 2013 !

  • Rouler à l’électricité : fiabilité, économie, absence d’émissions

La Mini E électrique expérimentée à Paris !
Un prélèvement maximum sur le réseau de 28 kilowattheures suffit à recharger complètement la batterie. .Selon, clean-auto, si l’on rapporte ce chiffre à l’autonomie du véhicule, cela représente 1 kilowattheure pour parcourir 5,4 miles. Outre son absence d’émissions, la MINI E présente donc également un net avantage économique par rapport à une automobile dotée d’un moteur à explosion conventionnel.
La batterie haute performance alimente un moteur. Ce moteur placé en position transversale sous le capot avant dispose dès le départ de tout son pouvoir d’accélération. La MINI E fait ainsi preuve d’une spontanéité fascinante. L’expérience de conduite intense se caractérise par ailleurs par une dynamique de décélération étroitement liée au mouvement de la pédale d’accélérateur. Dès que le conducteur lève le pied, le moteur électrique prend la fonction d’un alternateur. Cela engendre un couple de freinage et le courant produit à partir de l’énergie cinétique sert à recharger la batterie du véhicule. Le concept permet un remarquable agrément de conduite, notamment à allure moyenne lorsque la vitesse fluctue continuellement. En ville, près de 75 % de toutes les décélérations peuvent être opérées sans l’aide du système de freinage. L’exploitation intensive de ce système de récupération de l’énergie par le moteur permet d’accroître jusqu’à 20 % l’autonomie du véhicule.

  • L’avis Sequovia

La voiture semble être une bonne automobile pour les déplacements quotidiens ! En France, le secteur des transports routiers a émis près de 140 millions de tonnes de CO2, soit 20 % de plus qu’en 1990 : avec près d’un quart des émissions, c’est le premier contributeur en CO2 du pays, devant le résidentiel-tertiaire (23 %). La voiture particulière génère à elle seule près de la moitié des émissions dues aux transports routiers et représente au final 13,3 % des rejets de CO2.
L’automobile reste la première source de pollution dans les grandes villes et participe ainsi au développement de maladies comme l’asthme. Convaincre les automobilistes d’abandonner la voiture à essence tout en diminuant l’impact sur l’environnement de l’automobile, c’est le pari de cette nouvelle MINI E !
En deux mots : Une citadine Survoltée !!
Mini vous invite à remplir un dossier de candidature sur le site mini.fr entre le 15 juillet et le 15 septembre. Il y aura ensuite 25 heureux élus qui se verront attribuer une Mini E de novembre 2010 à mai 2011, puis 25 autres de juillet à décembre 2011. Mais c’est un privilège qui n’est pas gratuit : les participants, les « pionniers » comme les appellent BMW, devront s’acquitter de 475€ par mois auxquels il faudra rajouter 25€ pour le contrôle et l’installation électrique d’un coffret de charge à leur domicile.


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Sequovia 1882 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte