Magazine Médias

Covert Affairs [Pilot]

Publié le 22 juillet 2010 par Lulla

NUP_138766_2210A

Pilot // 4 88o ooo tlsp.

What About ?

   Annie Walker, une jeune femme exceptionnelle qui parle pas moins de six langues, est recrutée par la CIA pour résoudre une affaire épineuse. Marquée par une histoire de coeur malheureuse, elle se plonge à corps perdu dans son nouveau job, qui doit rester secret, même auprès de sa famille...

Who's Who ?

Covert Affairs a la particularité de ne pas avoir une seule tête d'affiche inconnue du grand public. Qui s'intéresse un minimum au cinéma et à la télévision connaît ces acteurs plutôt bons dans l'ensemble mais pas exceptionnels. L'héroïne est incarnée par Piper Perabo, dont tout le monde se souvient pour son rôle dans Coyote Girls (Merci M6 -et W9- qui le rediffusent tous les ans aux cotés d'Allumeuses!). C'était il y a dix ans et depuis, elle n'a rien fait de franchement notable hormis Le Prestige et des apparitions dans quelques séries (New York Section Criminelle et Dr. House). Sa co-star n'est autre que Christopher Gorham, qui a enfin trouvé une série qui ne devrait pas se vautrer, à la différence d'Harper's Island, Jake 2.0, Out Of Practice et j'en passe. Leurs patrons sont interprétés par un duo classe composé de Peter Gallagher (le papa Cohen de Newport Beach) et Kari Matchett (Invasion). Mais ce n'est pas tout puisque Sendhil Ramamurthy de Heroes (absent du pilote) et Eion Bailey (Band Of Brothers, Urgences) sont aussi de la partie. A noter la présence en guest d'Anne Dudek (Big Love, Dr. House) dans le rôle de la soeur d'Annie.

So What ?

Si j'avais été fainéant et malhonnête, j'aurais copié-collé mes critiques des pilotes de White Collar et de Royal Pains pour vous parler de Covert Affairs puisqu'elle est fabriquée exactement dans le même moule que toutes les séries d'USA Network désormais. Ah, il est loin le temps où la série phare de cette chaîne c'était... Pacific Blue, le Alerte à Malibu de la police à vélo. Petit récapitulatif des ingrédients made in USA : des personnages beaux, sexy, amusants, plein de second degré et attachants, associés à des scènes d'action efficaces, des pauses romantiques, des intrigues bouclées et une intrigue fil-rouge plus ou moins passionnante. Depuis Burn Notice, ça marche à fond. Alors la chaîne creuse le sillon jusqu'à ce qu'elle l'épuise et elle a sûrement encore un peu de marge. Ca fait vraiment penser aux séries des années 70-80 très divertissantes mais hypra-creuses qu'on a fuit pendant longtemps mais qui reviennent à la mode dans des versions modernisées. C'est typiquement ce qui m'ennuie à la télé, personnellement. Il manque tout de même un ingrédient important : le soleil. On troque les décors dépaysants de Miami dans Burn Notice ou des Hamptons dans Royal Pains contre la grisaille de Washington DC. C'est bête à dire mais ça fait une grosse différence à l'arrivée !

Le pilote de Covert Affairs ne m'a pas ennuyé (malgré sa durée scandaleuse de 1h05) mais je sais parfaitement que je ne pourrais pas la suivre de manière hebdomadaire sans m'endormir à chaque fois. Trop plan-plan, pas assez ambitieux... On ne peut que penser à Alias puisqu'Annie Walker est clairement une sous-Sidney Bristow, avec une Piper Perabo convaincante et qui vaudrait presque Jennifer Garner. Le problème, c'est qu'on nous montre tout de suite tout ce dont elle est capable, les rôles qu'elle peut endosser de la ravissante idiote à la badass. Elle ne sera certainement jamais surprenante. Et elle ne porte même pas de perruques ! La partie "ménagères" avec romance contrariée n'est vraiment pas inspirée. Cela dit, je pensais que le fameux ex d'Annie serait son nouveau collègue et qu'il s'agirait du cliff super prévisible du pilote, et c'est en réalité plus original que ça. De là à dire que ça donne envie d'en savoir plus... euh, non. Pas vraiment. Quant aux personnages secondaires, ils sont sympathiques, notamment celui de Christopher Gorham, mais ça s'arrête là. Ils sont trop familiers. On les connaît par coeur avant même de faire leur rencontre.

En bref, Covert Affairs est peut-être la moins efficace de toutes les séries super efficaces de USA Network. Malgré le charme et la conviction des interprétes, malgré l'humour, c'est trop léger, trop facile. Dispensable donc mais vouée au succès populaire !   


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Lulla 626 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte