Magazine Société

137° Il peut le faire! D'ailleurs, il l'a fait !

Publié le 17 décembre 2007 par Jacques De Brethmas

Je ne suis pas peu fier de voir si brillamment illustrée ma théorie de la « bousculade évènementielle » qui constitue le principe de base de la communication sarkozienne.

Pour les novices de ce blog, je rappelle que cette théorie que je prête aux communicateurs de notre Zorro consiste à créer chaque fois qu’il est nécessaire un événement capable d’occulter l’impact médiatique du précédent, notamment lorsqu’il s’agit d’une éventuelle boulette ou d’une promesse hasardeuse dont quelques teigneux attendraient la réalisation avec trop d’obstination. Au point d’en avoir plusieurs d’avance…

Après la visite de Kadhafi, je me demandais ce que les services de com de l’Elysée allaient bien pouvoir inventer. Il fallait du lourd. Hier encore, je m’interrogeais sur ce qui allait nous tomber sur la tête, et j’allais vous proposer de parier avec moi sur la nature de l’ovni dans mon billet d’aujourd’hui.

Grillé ! La com de Sarkozy, c’est Lucky Luke qui tire plus vite que son ombre. On n’a pas le temps d’écrire ni d’imprimer les journaux people, mais une fuite bien organisée nous permet déjà de savoir ce qu’il y aura dans ceux d’après demain.Il y a des méchants qui réécrivent l’histoire et accommodent le passé, lui, il l’écrit d’avance !! Maîtriser la presse à ce point, c’est du grand art, non ?

On pense à Gary Hobson, ce héros de feuilleton à chienchien qui reçoit chaque matin le journal du lendemain.

Bref, voilà notre Nicolas in love with Carla Bruni. Moi, je me refuse à m’occuper de la vie privée des gens, charge à eux de ne pas s’en servir pour influer sur la vie publique. C’est leur vie privée tant qu’ils la gardent privée. Dès lors qu’ils en utilisent l’impact médiatique, cela cesse d’être privé de leur propre responsabilité. Et c’est le cas.

Cela pose différents problèmes. D’abord, jusqu’à présent, il y avait une limite bien nette dans notre société entre le monde politique, la vie publique, le monde des stars et la vie privée. Mais monsieur Sarkozy cuisine ses marrons sur les feux de la confusion.

Politique d’abord en tentant d’effacer le clivage gauche-droite, comme si la gauche allait cesser d’exister parce qu’un caporal cache ses mouvements de troupe dans un nuage de fumée style guerre de 1870 et achète quelques carriéristes aux convictions élastiques.

People ensuite car il tente de faire dériver la France vers un système américain où personne ne comprend rien dans un non-choix où il y a d’ailleurs peu à comprendre et où l’intention de vote se détermine sur l’éclat des strass des majorettes, l’opinion des présentatrices de télé et les sermons des prédicateurs de music hall.

Antihumaniste enfin, car le pays merveilleux de Disneyland où les tourtereaux ont cédé à la presse quelques instants de leur intimité est ce pays du prince charmant où tous les citoyens sont « propres et honnêtes » comme les rêve Hortefeux, contents d’aller au travail parce que payés en diamants (Heili, heilo, on revient du boulot !), sans chômeurs, sans immigrés, (il n’y a qu’un seul merveilleux pays sans frontières), où l’opposition, réduite à de rares et maléfiques capitaine Crochet et méchantes sorcières est toujours ridiculisée mais reste utile parce que réduite au statut de faire-valoir.

Une seule caméra « officielle » montre d’un seul regard un seul monde sans pluralité poliment soumis à un seul prince sans rival et légitime par hypothèse dont la politique est gentiment occultée par le chant des oiseaux. (de la presse aux ordres…)

Un monde de symboles. D’ailleurs, les héros y réussissent ce prodige d’être à la fois hétérosexuels et asexués. …

Et la France dans tout cela ? Et les petits vieux dont la retraite n’a pas augmenté d’un yota depuis l’endormissement de la princesse, et ceux dont le frigo est vide le 20 de chaque mois, et ceux qui passent leur vie à faire des curriculum vitae et à courir à des « entretiens d’embauche » pour se faire au bout du compte traiter d’assistés et de glandouilleurs ? Et ceux dont les heures sup étaient payées à 25% il y a quelques années et ne le sont plus qu’à 10% aujourd’hui ? Et ceux qui ont signé un contrat de travail de 37ans et demi, et dont on modifie d’autorité le contrat en cours de validité sans qu’ils ne puissent rien faire ?Et les SDF à qui on reproche aujourd’hui à coups de matraque de déparer les belles rues parisiennes comme s’ils s’y étaient installés juste pour faire une mauvaise plaisanterie ? Et l’investiture de Vanneste ?

Ils sont dans un monde parallèle, ceux-là ?

Puisqu’on en est à parler de manipulations, les informaticiens russes, que l’on sait compétents et notamment très productifs en matière de virus ont créé un logiciel de convivialité automatique.

La bête est capable de se substituer à une âme esseulée et « de draguer dix jeunes filles en même temps » avec des réactions et des réponses automatisées, et même des initiatives comme envoyer des photos à bon escient et demander des numéros de téléphone et des adresses au moment psychologiquement choisi.


Les spécialistes déclarent que ce programme possède un niveau inégalé d’analyse comportementale et sociale. Il est capable de réagir « humainement » à des situations allant jusqu’à des provocations. Il n’est pour le moment disponible qu’en russe, mais l’argent fait des miracles.

Outre le risque d’abuser des âmes sensibles, du genre qui croient encore au prince charmant, ce programme est déjà montré du doigt par les exégètes du web comme potentiellement dangereux : maintenant qu’on « sait le faire », il devient aisé d’imaginer qu’on le détourne pour faire du business, et même de l’escroquerie. Peut-être même de la politique ?


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Jacques De Brethmas 464 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog

Magazine