Magazine Société

Inégalité idéologique

Publié le 25 juillet 2010 par D.ieu Nous Aime...
Drapeau France 4.jpgEn France, les associations LGBT estiment que ''La majorité présidentielle s'obstine dans son refus d'améliorer le Pacte Civil de Solidarité''.
Xavier Bertrand, président de l'UMP 2.jpgXavier Bertrand avait résumé la situation au mois de juin devant les militants de GayLib avec le constat qu'il était urgent de ne rien faire de plus pour les LGBT.
Les parlementaires de la majorité viennent d'illustrer cette situation en rejetant, une nouvelle fois, un amendement visant à octroyer les pensions de réversions aux signataires d'un PaCS.
Le 22 juillet 2010, deux amendements de la gauche proposant le bénéfice des pensions de réversions aux partenaires pacsés étaient examinés par la commission des affaires sociales de l'Assemblée nationale réunie pour l'examen du projet de loi de réforme des retraites.
Pourtant, c'est dans l'argumentation même de ce rejet qu'il revient de se focaliser, l'argument budgétaire jusqu'ici toujours employé semblant désormais écarté au profit d'un argument idéologique assumé.
Couple gay 63.jpgRejetés par la majorité, ces amendements ne figureront pas à l'examen des députés, la droite avançant que le statut plus précaire du PaCS par rapport au mariage ne justifiait pas l'extension du régime des pensions de réversions alors même que les couples de même sexe se voient refuser le droit au mariage.
Eric Woerth.jpgEric Woerth a écarté également ces amendements au motif que le PaCS n'impliquerait pas d'''obligation alimentaire'' alors même qu'il comporte un devoir de solidarité.
Le sujet devrait revenir en septembre lors de l'examen du volet budgétaire de la réforme des retraites ou lors de l'examen de la loi de finances.
Le gouvernement de Nicolas Sarkozy et sa majorité ne tiennent pas compte des avis successifs favorables à une telle ouverture.
Halde 1.jpgEn 2007, la Mission d'évaluation et de contrôle de la Sécurité sociale (Mecss) soulevait le besoin d'une ouverture sur le sujet, comme en 2008, la Cour de justice des communautés européenne, la Haute autorité de lutte contre les discriminations (Halde) ou le Conseil d'Orientation des Retraites (COR) la même année.
En 2009, le médiateur de la République, Jean-Paul Delevoye, rejoignait en grande partie les associations LGBT dans leurs revendications concernant les nécessaires améliorations du Pacs à adopter.
Il estimait ''Le succès même de ce dispositif en a révélé les imperfections et surtout l'inégalité des droits''.
Ce nouvel refus constitue pour les associations LGBT, un exemple de la ''rupture'' de la droite avec les LGBT.
Inter-LGBT 1.jpgL'Inter-LGBT constate dans un communiqué ''Ce 22 juillet, une nouvelle fois, la majorité présidentielle s'entête à refuser l'ouverture de nouveaux droits aux couples pacsés''.
Les associations soulignent ''Les signes de rupture sont de plus en plus manifestent avec les LGBT'', les associations pour qui ''Cette lâcheté à refuser toutes nouvelles améliorations en faveur du Pacte civil de solidarité montre le peu d'intérêt de la majorité à l'avancée des droits''.
L'Inter-LGBT conclut que ''Le Président de la République ne se donne plus les moyens de convaincre et affiche une certaine hostilité face aux revendications portées par les couples de même sexe''.
Olivier Boileau-Descamps, président délégué de GayLib.jpgGayLib 3.jpg
Pour Olivier Boileau-Descamps, président délégué de GayLib, ''Martine Billard a voulu faire un coup'' qui n'avait pas de chance de passer et ''elle le savait''.
Mais ''il n'en demeure pas moins que le gouvernement aurait pu ne pas tomber dans le panneau et en profiter pour lancer une réflexion sur le sujet ce qui aurait redoré son blason sur nos questions''.
Il constate qu'à ''chatouiller sa droite ''tradi'', la majorité ne fait pas le plein des voix'' faisant référence ici à l'échec aux législatives partielles du suppléant de Christine Boutin.
Il estime encore ''Il serait peut-être temps de trouver des sujets de société qui ont le mérite de rendre humains les hommes politiques''.
Parmi les promesses non tenues de Nicolas Sarkozy lors de la campagne des élections présidentielles, le contrat d'union civil, le statut du tiers-parent ou le sujet des pensions de réversions.
Seigneur, à quand la justice pour tous?

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


D.ieu Nous Aime... 72 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine