Magazine Finances

N'enterrons pas l'Amérique

Publié le 18 décembre 2007 par Cabinetal

Fort intéressant cet article du Figaro de lundi, à propos de « L'image écornée des Etats-Unis ». La journaliste, Isabelle Lasserre, évoque l'un des principaux enjeux (si ce n'est le premier) de la présidentielle américaine du printemps prochain : redorer l'image de l'Amérique dans le monde. « Le fiasco du renseignement sur les armes de destruction massive en Irak et le côté cow-boy de l'Administration Bush ont discrédité les Etats-Unis », explique Léo Michel, de l'université nationale de défense. En France, le problème que nous avons vis-à-vis des de l'Amérique est, de plus, alimenté par une certaine gauche (et une certaine droite) hostiles au pays de la « démocratie et de la liberté », lui reprochant un « ultralibéralisme » poussé à son comble. Alors, qu'au passage, l'Etat peut s'avérer là bas fort interventionniste. Voyez pour l'agriculture, pour laquelle une PAC déguisée est instituée, rendant le bouc-émissaire préféré de José Bové très protectionniste.

Il serait peut-être bon de se demander d'où vient, en France, cette nécessité de diaboliser l'Amérique. Pourquoi ces éternels et incessants procès d'intention, alors qu'elle est partout présente ? Pour preuve, qui sont aujourd'hui les plus fervents critiques des USA ? La classe « bobo » fana d'internet ? Le jeune rebelle qui ne quitte pas son iPod ? La jeune lycéenne qu'Olivier Besancenot fait rêver pour son combat contre les forces du mal capitalistes et qui donnera rendez-vous à ses amies au Mc Do ? Ou le quinquagénaire qui aura redécouvert le cinéma avec Michael Moore et Bowling for Columbine ? Au passage, pour critiquer l'Amérique, mieux vaut se faire aider par un typique Yankee, un costaud à la casquette vissée sur la tête.

L'erreur américaine a été de vouloir, récemment, imposer la démocratie dans des pays pas vraiment disposés à l'accueillir. En opérant ainsi, l'Amérique, la démocratie, ont été associés à la force, à l'armée, à Guantanamo. Pas forcément à tord. Mais l'Amérique n'est pas Bush, et Bush n'est pas l'Amérique. Qu'il soit démocrate ou républicain, le futur locataire de la Maison Blanche aura à accomplir une lourde tâche : montrer au monde ce qu'est vraiment l'Amérique. Et ce qu'elle n'est pas. Une image peut vite changer ; dans un sens comme dans l'autre.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Cabinetal 75 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines