Magazine Politique

L'entreprise et le politiquement correct

Publié le 02 août 2010 par Lheretique

J'ai l'habitude ici de conspuer avec énergie les travers de la gauche, tant ils ont le don de m'horripiler : pseudo-éthique qui couvre des actes biens différents des déclarations, notamment dans le domaine social. On plaide, à gauche, pour la mixité sociale, mais on s'empresse de placer ses enfants dans un établissement privé plutôt que de les voir "mixés" avec les classes populaires, les immigrés voire les délinquants. Et, bien entendu, on se garde bien de mettre les pieds dans les quartiers dits populaires...

François de la Chevalerie, du Cercle des Échos a eu l'idée de se demander s'il existait un politiquement correct de droite correspondant. Je ne parle évidemment pas des divagations des gauchistes anti-libérales de toute sorte.

Très subtilement, il a observé qu'à droite, on porte aux nues l'entreprise et la création d'entreprise, mais qu'in fine, les personnalités les plus en vue s'empressent d'aller pantoufler dans la haute administration, les entreprises publiques, ou les très grandes entreprises, toutes planques dont la santé et l'existence ne doivent absolument rien à leur action. Créer une entreprise, comme le souligne l'auteur, c'est difficile et risqué.

Dès lors, vanter la création d’entreprise s’apparente à de la propagande destinée surtout aux recalés, aux jeunes, aux chômeurs, aux immigrés, à tous ceux qui n’ont pas d’autres choix que de créer leur entreprise, dixit, leur propre emploi.

Cette dérive aboutit à la mise en œuvre de fausses bonnes solutions, comme par exemple, le statut d’auto preneur ou le concours de création d’entreprises innovantes du Ministère de la Recherche. Dans les deux cas, les résultats sont accablants avec peu de création d’emploi, une instabilité chronique. Qui plus est, ce paradoxe affecte l’ensemble de l’économie.

Exceptionnellement impliqués à titre personnel dans des créations d’entreprise, les banquiers comprennent mal l’univers peu palpitant des PME, à la trésorerie souvent exsangue. En témoigne leurs difficultés à accéder aux crédits bancaires, voire à des marchés. Cette situation génère des frustrations ou de l’amertume assez comparables à celles que ressentent, de leur coté, animateurs sociaux et éducateurs.

J'ai un ami qui a créé son entreprise en octobre dernier. Il opère dans le secteur de la sécurité et des alarmes. Sa société s'appelle MSDS et dispose d'un site de présentation. José est mon plus vieil ami, on se connait de très longue date. Je sais que c'est quelqu'un de très rigoureux (je lui dois la moitié des aménagements de mon modeste appartement, toujours faits à titre gracieux, et à chaque fois d'une qualité bien au-delà de ce que j'aurais pu espérer d'un professionnel).

Il aimait la liberté (c'est un esprit très indépendant), avait de l'expérience, un petit carnet d'adresses pour débuter, et surtout, l'esprit d'entreprise. Il s'est donc lancé il y a près d'un an. Je vous le donne dans le mille, il n'a pas choisi le statut d'auto-entrepreneur dont on entendait parler sur toutes les ondes... Il a choisi la SASU (Société par actions simplifiée unipersonnelle). Pour comprendre les avantages d'un tel choix, je renvoie au site ad hoc.

Toute la difficulté pour une entreprise jeune comme la sienne, c'est d'assurer un certain roulement. Certains mois, trop de clients, et il est difficile de répondre à la demande. A d'autres moments, pas assez d'affaires ; il met alors à profit ce temps pour prospecter, ce qu'il ne peut faire quand son carnet de commandes est plein. Il faut à la fois trouver de nouveaux clients et fidéliser la clientèle existante (avec des contrats de maintenance, par exemple).

Une des difficultés, c'est de parvenir à financer son salaire. Il n'y est pas à 100% et demeure encore un peu tributaire des ASSEDIC, avec toutefois, à court-terme, l'espoir de dégager un revenu mensuel suffisant pour disposer d'une garantie. On a beau être entreprenant, il est difficile d'assumer une multiplicité de rôles et de fonctions : chef d'entreprise, technicien, commercial, webdesigner et cetera. A plusieurs reprises il a pu engager quelqu'un mais toujours ponctuellement. Il fait sinon appel à des services spécialisés pour sa comptabilité ou son site internet.

Quand il voudra créer un emploi, il aura la même difficulté. Un demi-poste, un quart de poste, peut-être, dans un premier temps. Évidemment, il peut faire appel à de l'intérim, mais ce n'est pas une solution viable à long terme.

Autre souci, bien penser sa gamme de produits : un professionnel est toujours tenté de proposer le meilleur, mais ce qu'il lui a fallu apprendre, c'est que le meilleur était relatif, et, notamment, relatif au budget que le client souhaite mettre dans son installation.

Ce n'est pas tout : sa clientèle est d'un genre particulier. Elle est d'abord constitué de syndics. Il faut donc s'adapter à son mode de fonctionnement. Les relations avec les fournisseurs ne sont pas moins simples. Ils ne connaissent apparemment pas la crise, ou alors la concurrence est insuffisante. La plupart du temps, il faut appeler trois, quatre, cinq, parfois six fois pour obtenir satisfaction et surtout résister à la féroce envie de leur beugler à la tronche ou de leur raccrocher au nez quand l'attente se fait trop longue et l'énervement devant le temps perdu trop prompt.

La création de son entreprise n'a pas nécessité de très gros investissements, et il donc quasiment pu se passer d'emprunter. S'il lui fallait aujourd'hui redevenir salarié, il confesse que cela lui serait très difficile. Il a goûté à la liberté et aurait du mal à s'en passer. La charge de travail est très lourde, mais être son seul maître est le plus voluptueux des premiers dividendes de son choix.

On est assez loin du salaud d'exploiteur du peuple capitaliste dont les gauchistes adorent imaginer la pendaison. Loin aussi du chef d'entreprise au sourire bright invité sur tous les plateaux de télé, dont la propagande gouvernementale vante les qualités.

Entreprendre, c'est dur, mais apparemment, le jeu en vaut la chandelle. Au moins pour José, du moins. Sans doute parce que c'est avant tout un entrepreneur...A l'évidence, devenir entrepreneur, c'est décidément tout un métier...


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Lheretique 7494 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog

Magazines