Magazine Bd

Lovecraft au cinéma

Par Kagemori


Le Maître de Providence a été une influence majeure dans la littérature fantastique mais son oeuvre a egalement été reprise dans de nombreux films. A travers cet article, nous reviendrons sur les differents films qui font référence à l’oeuvre de Lovecraft.

On a appris il y a quelques jours que Benicio Del Toro allait s’attaquer à l’adaptation cinéma de At the Mountain of Madness (Les Montagnes Hallucinées), une des nouvelles du Mythe de Chtulhu, le tout produit par James Cameron. En attendant d’en savoir plus sur ce projet, jettons un coup d’oeil aux réalisateurs et aux films qui ont puisé leur inspiration dans la mythologie crée par l’écrivain américain.

Stuart Gordon et Brian Yuzna

Grand fan de H.P. Lovecraft, le réalisateur américain, avec son acolyte Brian Yuzna, s’est souvent inspiré du Maître de Providence dans ses oeuvres jusqu’à adapter plusieurs de ses nouvelles.

Les plus connus sont les Re-Animator, dont la série compte trois films: Re-Animator en 1985, Bride of Re-Animator en 1991 et Beyond Re-Animator en 2003 (les deux derniers étant réalisés par Yuzna). Les films, adaptés de la nouvelle Herbert West, Réanimateur, relate l’histoire d’Herbert West (Jeffrey Combs), un scientifique qui met au point un sérum capable de redonner vie aux morts. Les films sont tout aussi bien les uns que les autres, à la fois gores et très droles, les situations comiques étant en grand nombre. Les références à Lovercraft sont multiples, à commencer par l’université où officie West qui s’appelle Miskatonic, lieu qui revient dans un grand nombre de nouvelles de l’auteur.

Lovecraft au cinéma

En 1986, Gordon réalise From Beyond, adapté de la nouvelle du même nom, qui raconte l’histoire d’un scientifique qui, en stimulant une glande du cerveau, parvient à ouvrir une porte sur un univers paralèle et hostile. Série B sympathique,qui ne m’a pas laissé grand souvenir.

Yuzna réalise en 1993 deux segments d’un film à sketches Necronomicon, co-réalisé avec Christophe Gans et Shusuke Kaneko. Le film adapte trois nouvelles de Lovecraft: The Rats in the Wall, Cool Air et The Whisperer in Darkness. Le film, vraiment cheap et digne d’une serie Z, continue de hanter les video-clubs.

Enfin, en 2001, Gordon nous offre un film ambitieux, Dagon, qui sème le trouble car contrairement à son titre, il est l’adaptation de la meilleure nouvelle de l’auteur Le Cauchemar d’Innsmouth. Quatre amis font du bateau en Espagne mais échouent dans un village de pêcheurs à la suite d’une tempête. Les habitants ont de curieuses manieres et une terreur sans nom se cache dans les profondeurs des mers. Un film vraiment sympathique qui retranscrit parfaitement la nouvelle et son ambiance oppressante. Mention spéciale à la scène de dépeçage, plutot crade.

Finalement, en 2005, Gordon réalise un épisode de la série Masters of Horrors, The Dreams in the Witch’s House qui est l’un des meilleurs épisodes de cette saison.

John Carpenter

Le maître du cinéma fantastique n’a jamais adapté l’oeuvre de Lovecraft au cinema mais les références à l’ecrivain à travers les films de Carpenter sont nombreuses. L’un de ses meilleurs films, L’Antre de la Folie, est le parfait exemple d’un réalisateur qui a tout compris à l’univers lovecraftien et qui le retranscrit parfaitement à l’écran.

John Tren (Sam Neil) est un inspecteur pour une compagnie d’assurance qui enquète sur la disparition d’un écrivain d’horreur. Pendant son investigation, il va se rendre compte que cet écrivain, par le biais de ses livres, a libéré des forces d’un autre monde. L’Antre de la Folie est un film génial et vraiment terrifiant, habité par l’esprit de Lovecraft. Les creatures que l’on voie dans le film sortent directement de l’esprit de l’auteur américain. La porte qui les contient est d’ailleurs souillée d’algues et suinte d’eau, en référence au caractère aquatique d’un bon nombres de monstres lovecraftiens. L’écrivain du film, Suther Cane, fait souvent référence aux Dieux qui attendent leur retour sur Terre, comme les Grands Anciens du Mythe de Cthulhu. L’homme face à ces horribles creatures ainsi que la perte de santé mentale font egalement partis des thèmes de Lovecraft. Au niveau des petit clins d’oeil, on peut noter que le nom de la propriétaire de l’hotel où réside John Trent s’appelle Pickman, comme l’un des héros d’une nouvelle de Lovecraft.

On pourrait aussi citer The Thing comme une référence, mais je ne suis pas très convaincu.

Références au Necronomicon

La serie des Evil Dead de Sam Raimi place le Necronomicon au centre de l’histoire puisque c’est via le livre que les demons du film se réveillent. Sam Raimi ne connaissait pas l’existence du Necronomicon avant de réaliser le premier Evil Dead, le livre n’est donc pas une référence directe a Lovecraft, même si il y a énormément de similitudes.

Lovecraft au cinéma

On retrouve le livre dans un film français, l’excellent Maléfique de Eric Valette, qui raconte comment des détenus trouve un livre de magie caché dans leur cellule et l’utilise afin de s’échapper. Un film angoissant et très finement réalisé. Le livre de magie n’est pas nommé Necronomicon mais les différentes formules s’y apparentent. De plus, les incantations prononcées par les personnages contiennent des noms de Grands Anciens.

Autres

Le maître de la série Z, Uwe Boll, a réalisé Alone in the Dark en 2005, film inspiré du jeu vidéo du même nom. Bien que le jeu soit la référence du survival-horror, le film est un pur navet, sans moyen, mal joué et mal réalisé. Des démons, tirés de l’oeuvre de Lovecraft sont souvent mentionnés dans le film. On y parle d’une ancienne civilisation qui adorait des créatures d’un autre monde.

Lovecraft au cinéma

Beaucoup moins connu, Cast a Deadly Spell est un film que j’avais vu il y a très longtemps sur Paris Première. Réalisé par Martin Campbell (Casino Royale, Goldeneye et le prochain Green Lantern), avec Fred Ward et Julianne Moore, ce téléfilm de 1991 met en scène le détective H. Philip Lovecraft dans un monde où la magie est omniprésente, mais qui qui se situe en 1948. Notre détective se fait engager afin de trouver un livre de magie, le Necronomicon. Mélant le film de gangsters et le fantastique, Cast a Deadly Spell n’est pas une adaptation d’une nouvelle de Lovecraft mais les références au Mythe de Cthulhu sont partout dans le film.

Cast a Deadly Spell trailer: http://www.videodetective.com/movie_trailer/CAST_A_DEADLY_SPELL/movie_clip/P00004018.htm

Il y a également de très nombreux court-métrages et films pour la télévision qui ont été influencés ou qui ont adapté l’oeuvre du Maître de Providence. Si il manque quelque chose dans cette liste, n’hésitez pas à le mentionner dans les commentaires.


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Kagemori 7 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines