Magazine Journal intime

Ici et ailleurs

Par Pierre-Léon Lalonde
Après une semaine des plus tranquille, on dirait que tout le monde s'est passé le mot pour envahir Montréal et célébrer cette dernière nuit de juillet.
Les feux d'artifice viennent de finir, le tunnel Ville-Marie encore barré déverse son flot d'automobiles dans le centre-ville. Je suis immobilisé depuis 15 minutes au coin de René Levesque et de la côte du Beaver Hall. Même pendant les pires heures de pointe, on voit rarement ça. Mon client comprend dix minutes trop tard que ça va aller plus vite à pied. Plus loin, la rue Berri est fermée pour le gros party de la fierté gaie, les travaux sur Sainte-Catherine semblent vouloir encore durer jusqu'à l'année prochaine, Sherbrooke s'est rétrécie d'une voie et tout le monde tente de se dépêtrer dans cet immense capharnaüm métropolitain. Dans une cacophonie de klaxons, le nouveau terminal retentit pour m'offrir une course à proximité. Compte tenu de l'étau dans lequel je suis coincé, je passe mon tour et je prends mon mal en patience, car je sais que tout ce bordel va jouer en ma faveur tout à l'heure.
Les courses vont se multiplier et je raccompagnerai des dizaines de clients de bars en bars. J'embarquerai des tatoués qui me causeront du show d'Arcade Fire, des touristes vénézuéliens me feront sourire en sortant abasourdi des Deux Pierrot, un groupe de jeunes filles déjà matantes et pompettes s'exciteront pour célébrer le "shower" de leur chumette assise dans le taxi que je laisserai dans mon sillage en grillant une lumière jaune foncé, une jeune jamaïcaine sentant la ganja laissera ses deux mômes s'endormir pendant une course au fin fond de ville LaSalle, une blonde décolorée et trop maquillée exercera ses charmes sur moi avant de sortir le grand jeu dans un club de la Main, un couple gai n'attendra pas d'être arrivé à l'hôtel pour se tripoter allègrement sur la banquette arrière, un homme trop soul sortira du taxi parce que je n'arriverai pas à comprendre où il veut aller, deux étudiants ontariens profiteront de leur "Civic Day" pour découvrir Montreal by night, une belle de Verdun me fera craquer avec des sourires ambigus, je lui laisserai mon numéro de téléphone et continuerai de rouler à travers la ville, la tête ailleurs.

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Pierre-Léon Lalonde 582 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte