Magazine Bourse

L’homme qui valait 800 millions de dollars

Publié le 19 décembre 2007 par Bernard Carlier

 

Extraits d’article du Monde.fr :

Le pneumologue William McGuire est un homme fortuné. Nommé à la tête de United Health Group en 1991, il a présidé jusqu’en 2006 cette société d’assurance médicale, qu’il a fait croître par une série de fusions-acquisitions. Il faisait partie des patrons américains les mieux payés.

Parti à la retraite, comme le stipulait son contrat, il a empoché, outre ses indemnités, un pactole de 24 millions de stock-options, allouées pendant quinze ans.

Elles valent aujourd’hui 800 millions de dollars (546 millions d’euros).

Las ! Les fonds de pensions, gros investisseurs dans l’assurance-santé, et des petits porteurs, s’en sont inquiétés. Ils ont été y voir de plus près - et après eux la SEC, le régulateur américain des marchés. M. McGuire et quelques dirigeants de United Health avaient, plusieurs années durant, antidaté leurs stock-options, pour caler leur valeur initiale non au jour de leur délivrance mais au niveau de cotation le plus bas de l’action durant la période précédente - maximisant ainsi le profit à la revente.

Pour éviter un procès, l’ancien PDG a négocié. Il accepte aujourd’hui de restituer 620 millions de dollars. Il n’est pas le premier : le scandale des stock-options antidatées a fait tomber depuis trois ans quelque 80 dirigeants d’entreprise aux Etats-Unis. Mais la somme en jeu est la plus importante enregistrée à ce jour.(…)Cette pratique, Don Lindner, qui dirige WorldatWork, un cabinet spécialisé dans la gouvernance et la rémunération des dirigeants, la fait remonter aux années 1998-2002.

“Durant la bulle Internet, les start-up grossissaient rapidement. Manquant de cash pour attirer des dirigeants, elles se sont lancées dans ce système, qui pervertit complètement l’idée des stock-options. Beaucoup de patrons l’ont alors détourné à leur avantage. Après le scandale Enron, une loi a mis fin en 2002 aux abus des stock-options.”On voit, selon M. Lindner, la queue de comète de “cette période folle”. La SEC enquête toujours sur quelque 140 entreprises.

En savoir plus : Lemonde.fr

Bonne fin de journée


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Bernard Carlier 42 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte