Magazine Info Locale

Musée de la Renaissance Château d'Ecouen Spectacle : Le Couronnement d'Henri II

Publié le 15 août 2010 par Junior2804

Musée de la Renaissance Château d'Ecouen Spectacle : Le Couronnement d'Henri II


LE SACRE D'HENRI II


Le 10 juin 1549, Catherine de Médicis est
solennellement sacrée et couronnée reine de France. En ce jour qui devrait être
dédié à sa gloire, elle est déçue par le manque de faste des cérémonies. Mais,
surtout, elle enrage de voir Diane de Poitiers, la maîtresse du roi, superviser
le protocole!

Catherine de Médicis à beau être l'épouse
d'Henri II et lui avoir donné enfin un héritier, le futur François II, en janvier
1544, elle n'est reine de France qu'en titre : c'est la favorite Diane de Poitiers
qui règne sur le coeur du roi et sur la Cour! En ce 10 juin 1549, la souveraine
doit recevoir l'onction sacrée et être solennellement sacrée. Mais, lors de
ces cérémonies, pourtant tout à elle dédiées, elle n'est pas sûre d'éclipser
sa rivale.

Force est de constater que, dans la basilique de Saint Denis,
le sacre de la reine de France est conduit par la maîtresse du roi! Alors que
le cortège s'avance vers l'autel, Diane de Poitiers marche en tête parmi les
princesses du sang. Elle arbore crânement le même manteau que Catherine

de Médicis,rehaussé d'hermine, privilège des princesses et des duchesses.

A l'occasion de la seule cérémonie au cours de laquelle elle ne peut décemment

disputer la première place à la reine, elle a été désignée pour superviser

le protocole.

Courtisans, hauts dignitaires et prélats n'ignorent rien de l'exceptionnelle faveur

dont jouit Diane de Poitiers. Pourtant, voir briller en ce jour celle que le roi

a nommée suivante de la reine leur semble une provocation déplacée. De surcroît

la favorite est secondée par ses deux filles, nées de son mariage avec Louis

de Brézé, grand sénéchal de Normandie, Françoise, duchesse de Bouillon,

et Louise, marquise de Mayenne.

Musée de la Renaissance Château d'Ecouen Spectacle : Le Couronnement d'Henri II

Pour le sacre du roi à Reims, le 26 juillet 1547, Diane de Poitiers se tenait

au premier rang,tandis que Catherine de Médicis, enceinte de sa fille Claude,

la future duchesse de Lorraine, était reléguée dans une tribune.

Moins de deux ans plus tard, pour ce sacre qui est le sien, la reine n'a pu

être écartée.Aujourd'hui, malgré la sobriété manifeste des célébrations, mais

dans le recueillement et la dignité, elle va être solennellement intronisée

second personnage du royaume.

La souveraine vient d'être coiffée de la couronne rutilante des précieuses gemmes

de la royauté.

Le cérémonial veut qu'elle en soit ensuite débarrassée pour entendre la messe.
C'est alors que survient un incident édifiant. Respectant scrupuleusement les
instructions, Louise de Mayenne s'avance vers la reine et la décharge de son
fardeau. Puis elle se retourne et se dirige vers sa mère. Chacun, médusé et
le souffle coupé, la voit déposer la couronne aux pieds de Diane de Poitiers!
Celle-ci ne bronche pas et reçoit cette offrande symbolique comme un dû.

La reine Catherine, elle, reste de marbre. Pas un instant son regard ne se tourne
vers sa rivale : elle n'a rien vu et n'aura pas un mot pour commenter cette
humiliante péripétie.


Six jours après le couronnement de Catherine de Médicis, le 16 juin, le couple royal

fait son entrée dans Paris. L'accueil triomphal que lui fait la capitale redonne

du beaume au coeur de la reine. La ville est superbement décorée. Les aménagements

réglés pour une célébration à l'antique de la monarchie ne font aucune référence

directe à la favorite.

Mais, si son monogramme ne figure sur aucun décor, Diane de Poitiers a fièrement
pris la place qui lui revient au sein du cortège.

Musée de la Renaissance Château d'Ecouen Spectacle : Le Couronnement d'Henri II


Pour fêter la reine nouvellement sacrée, les plus grands artistes du temps ont été sollicités.

L'architecte Pierre Lescot, le sculpteur Jean Goujon, le peintre Jean Cousin ont

conçu et fait réaliser d'extraordinaires décors monumentaux.

Pour l'occasion, le poète Pierre de Ronsard a rédigé des inscriptions en vers,

l'hélléniste Jean Dorat s'est chargé des devises grecques et latines.

A la porte Saint Denis, passage obligé des entrées royales, se dresse un arc de

triomphe orné d'un hercule couronné représentant François 1er, de colosses et

de quatre personnages figurant les sujets du roi, un noble, un clerc, un bourgeois

et un paysan.

Devant l'église Saint Jacques de l'Hôpital, un spectaculaire arc corinthien a été

érigé;au Châtelet, un portique ionien a été élevé; le pont Notre Dame est jalonné

d'arcs de triomphe. Tandis que des anges veillent sur la Couronne, une statue de

la France trône au sommet d'un obélisque, sous lequel un rhinocéros symbolisant

les forces du mal écrase des monstres. Chaleureusement acclamés par le bon peuple,

Catherine de Médicis et Henri II passent sous un dernier arc de triomphe,

rue Saint Antoine, avant de regagner leur résidence du palais des Tournelles.


Cliquez sur la miniature droite pour voir des images du couronnement

© cliannaz@free.fr

Musée de la Renaissance Château d'Ecouen Spectacle : Le Couronnement d'Henri II


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Junior2804 35 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine