Magazine Sport

Bande d'obsédés !

Publié le 21 décembre 2007 par Pascal Boutreau

A part en taclant (parfois honteusement je le reconnais) ma tête de turc préférée à savoir ZZ, je n'ai pas encore trouvé comment vous faire poster des commentaires (3 commentaires pour plus de 1200 visiteurs c'est désespérant...) mais j'ai désormais compris comment avoir de nombreuses visites... En consultant les origines des visites de ces deux derniers jours, on s'aperçoit qu'il y a un nombre fou de visiteurs venus ici en tapant sur les moteurs de recherche les termes "Manaudou", "nue", "porno", "à poil", "photos intimes" et "hard"... Quand je regarde mes stats de connexion, je me dis qu'il y a quand même un sacré nombre d'obsédés et de voyeurs (qui vont forcément retomber sur mon blog puisque qu'en répétant les termes mentionnés ci-dessus, m. Google va me les réexpédier...). Je comprends mieux le succès des sites porno... Bref... 

.......

Une petite opération recyclage supplémentaire avec un papier paru dans le journal de jeudi concernant Jérôme Tran Van, l'entraîneur de l'équipe de France de hockey sur gazon. Une belle histoire comme le sport en offre parfois puisque Jérôme a avant tout un passé de footeux. Une histoire comme j'aime en écrire dans le journal. Manque de bol, les personnes chargées de relire le papier (ce papier était dans une page qui ne dépend pas de ma "juridiction") ont modifié le titre sans concertation et le papier se retrouve avec un titre pas très sympa et surtout loin de la vérité (et je ne parle pas de la légende photo, avec des erreurs et une faute sur l'orthographe du photographe... désolé Laurent). C'est toujours chiant car c'est quand même mon nom au cul du papier (c'est comme ça qu'on dit...). Comme il faut toujours positiver (et puis de toute façon, on ne peut plus changer une fois que le journal est sorti) on va dire qu'au moins ça attire l'oeil et que ça a sans doute encouragé davantage de lecteurs à se plonger dans le papier et donc à parfaire leur culture hockey sur gazon... Pour info, la France a battu jeudi la Belgique 4-3 en match de préparation (la Belgique est elle déjà qualifiée pour les Jeux) (Détails sur l'excellent site des Bleus http://managerhockey.wordpress.com. Le papier paru dans L'Equipe :

Le choc des cultures

Entraîneur de foot, Jérôme Tran Van est aujourd’hui le sélectionneur de l’équipe de France masculine de… hockey sur gazon.

Cet après-midi, à Barcelone, à l’occasion d’un match amical face à la Belgique, Jérôme Tran Van entendra sa première Marseillaise en tant qu’entraîneur de l’équipe de France de hockey sur gazon. "Un moment fort pour moi qui suis très attaché aux couleurs de la France", souffle-t-il. D’autant plus que rien ne le prédisposait à vivre un tel instant.

Jérôme Tran Van, quarante ans, est en effet spécialiste de… football. Stagiaire pro à Dunkerque il y a une vingtaine d’années, titulaire d’un Brevet d’état niveau 2 de foot qui lui permit d’entraîner plusieurs clubs de la région parisienne, Tran Van a toujours baigné dans le milieu du foot. Professeur d’EPS, il en a même fait son métier en tant que formateur au Centre de Formation des Apprentis du Paris-SG où il a vu défiler devant lui les espoirs du club comme Selim Benachour ou Lorik Cana.

Son destin sportif a basculé il y a quatre ans. Il raconte : "Le club de hockey de Saint-Germain-en-Laye qui évolue également au Camp des Loges cherchait un préparateur physique. L’information est arrivée au PSG. J’ai trouvé le challenge intéressant et après six mois, on m’a confié l’équipe." La greffe fut un succès immédiat.

Pour sa première saison, il amène Saint-Germain en finale du Championnat de France. Un an plus tard, il offre aux Yvelinois leur premier titre ainsi que la Coupe de France avant, l’an dernier, de réaliser un inédit triplé (titres sur gazon et en salle, Coupe de France). La saison en cours s’ouvre sur les mêmes bases avec un exploit en Coupe d’Europe où Saint-Germain s’est offert le luxe de remporter sa poule devant les champions d’Allemagne et d’Angleterre, deux nations références.

Dernière étape de cette fulgurante ascension, sa nomination, début novembre, à la tête des Bleus suite au départ du Belge Pascal Kina, reparti sans crier gare dans son pays après seulement deux semaines. "Mon arrivée était un peu dans l’air du temps, confie-t-il. Je suis assez ambitieux et c’était aussi dans un coin de ma tête. Mais je me projetais plutôt sur l’olympiade 2008-2012". Fraîchement nommé, le DTN Frédéric Delannoy poursuit."Il y avait urgence et nous ne disposons pas d’un réservoir de cadres techniques très important. Autour de l’ancien staff qui avait démissionné fin août par usure, mais qui a toujours sa place et qui apporte toute sa connaissance du monde du hockey, on a donc cherché ce que l’on pouvait amener comme supplément d’âme pour transcender l’équipe. Jérôme était sur une vague très positive avec son club. Nous avons décidé de surfer sur cette vague."

Lors de son arrivée dans le monde du hockey, Tran Van a d’abord dû s’adapter à son nouveau milieu, aux antipodes de son activité quotidienne auprès des jeunes footeux du PSG. "Le hockey, c’est familial, souvent même au sens strict du terme, explique-t-il. Au foot, il y a beaucoup d’argent en jeu. Au hockey, les mecs paient leur licence... J’ai apporté une nouvelle philosophie très empruntée au foot et à son professionnalisme. Car entre les jeunes du PSG qui ont toujours la bouteille d’eau à la main, qui s’étirent dès qu’ils ont deux minutes, et les hockeyeurs que je retrouve, le soir, ce sont deux mondes bien différents. Mais avec un point commun : la performance. Et puis les principes tactiques sont très proches avec les notions d’espaces, d’intervalles, de débordements, de centres, d’appels, de contre-appels, de 4-4-2…" Antoine Gouédard Comte, l’un de ses joueurs à Saint-Germain et en équipe de France (environ 70 sélections) apporte un autre élément : "Son vécu foot lui a permis d’apporter la rigueur, le travail, la discipline et la cohésion d’équipe. Bon, parfois, on le chambre un peu quand il commence à nous parler de coups très spécifiques de hockey. On lui dit ‘’mais qu’est-ce que tu en sais toi ?’’… Mais ses résultats plaident pour lui."

Tran Van apprend vite. Entouré d’un staff conséquent avec notamment Bertrand Reynaud, l’ancien coach des Bleus, il devra encore accélérer sa formation pour relever son challenge : qualifier la France pour les Jeux olympiques. Du 2 au 10 février, en Nouvelle-Zélande, les Tricolores, absents de ce prestigieux rendez-vous depuis 1972, devront pour cela remporter un tournoi à six avec les locaux, l’Irlande, les Etats-Unis, l’Argentine et Trinidad et Tobago. Une mission "pas facile, mais pas impossible non plus, estime le coach. Nous qualifier serait une grande histoire. Mais le sport est rempli de ce genre de belles histoires. C’est ce qui nous fait tous vibrer. C’est vrai que mon parcours est un peu dingue. Mais c’est la vie qui est comme ça."

Plein de photos de hockey sur le site de Laurent Etorre (ça c'est la bonne orthographe) sur www.hockeysurgazon.fr

..........................................................................................

Mercredi

Course à pied : 1 h 05' (endurance pure, très bonnes sensations)

Jeudi

Vélo : 1 heure de home-trainer (pas mal de fréquence mais peu de résistance, le but étant toujours de transpirer... le tout devant un épisode de 24 heures chrono, ma série culte... vive Jack Bauer)

Foot : 1 h 30 (série de petits matches avec les filles)

A venir

Vendredi

Natation : 3200 m

300 m pull (respi 3,5 et 7 temps) ; 300 m battements ; 8 x 50 m amplitude, récup.: 10'' ; 400 m ; 400 m pull RMA ; 8 x 50 m progressifs de 1 à 4 récup.: 30'' ; 8 x 50 plaquettes-pull départs ttes les 1'10'' ; 400 m pull souple retour croisé

..........................................................................................................

Allez pour faire plaisir à Xav, un mot de ciné. Alors pour commencer courez, que dis-je, sprintez voir "Le voyage de la fanfare". Un film israélien petit bijou d'humour, d'émotion et de sensibilité.

Ce film de Eran Kolirin a reçu de nombreuses récompenses un peu partout dans le monde et je comprends désormais pourquoi. Moi qui suis habitué à enchaîner parfois trois ou quatre films dans la même journée (merci la carte UGC illimitée...), c'est le genre de film après lesquels je change mes plans pour profiter un peu plus longtemps de l'atmosphère. Tous les acteurs y sont formidables et touchants à commencer bien entendu par les deux rôles principaux interprétés par la très très belle Ronit Elkabetz dans le rôle d'une femme un peu perdue dans son désert et l'émouvant Sasson Gabai, chef d'orchestre d'une fanfare égyptienne censée donner un concert en Israël mais qui se retrouve obligée d'improviser, personne n'étant venu l'accueillir à l'aéroport. Au fil du film, le dialogue au début difficile entre égyptiens et israéliens bascule dans la tendresse. Un message politique évident mais surtout un très grand film. Un film tout simplement humain. Un pur bonheur. Mon coup de coeur 2007 ! Carrément.

Mention aussi pour "My blueberry Nights". Eh oui, impossible de manquer un film où apparaît ma chouchoute Natalie Portman, toujours aussi belle (bon ok, je suis amoureux donc pas objectif...). Perso, je trouve ce film plutôt pas mal avec une belle première apparition de la chanteuse Norah Jones, assez convaincante. Petit bémol néanmoins sur la réalisation de Wong Kar Wai qui nous avait habitués à mieux selon moi dans "In the mood for love". On retrouve son style bien évidemment mais le travail sur la lumière et la photo est moins abouti. 


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Pascal Boutreau 6812 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine