Magazine Côté Femmes

Le Jardin Japonais

Publié le 02 août 2010 par Mamzellefifi @MamzelleFifi

Il y a trois semaines déjà, je m'éclipsais une petite semaine pour partir direction la Vendée, région que je connais particulièrement bien puisque mes grands parents y habitent toujours et parce que j'y ai passé de nombreux étés. Cependant, s'il y avait bien quelque chose que je n'avais pas encore visité dans les environs, c'était le célèbre jardin japonais de Maulévrier.

100_0304.JPG

Pour tous ceux et celles qui ne sauraient pas où ça se situe (car je sens que la géographie et vous, ça fait deux ^^), Maulévrier est situé dans le Maine-et-Loire, à quelques kilomètres seulement de Cholet (Cholet étant à 150km du Mans pour vous aider un peu plus). Bien qu'il donne vraiment l'impression d'être dans un bled paumé, le parc oriental est pourtant le plus grand jardin japonais d'Europe ! Et oui.

Une visite guidée, ça vous dit ? C'est parti...

La parc, qui s'étend sur 29 hectares exactement, a été conçu entre 1899 et 1913 par l'architecte parisien Alexandre Marcel, lui-même concepteur du pavillon du Cambodge à l'Exposition Universelle de 1900. Pendant près de trente ans, c'est lui qui a supervisé et aménagé le parc, y plantant de très nombreuses espèces d'arbres et de plantes pour atteindre aujourd'hui le chiffre d'environ 300 espèces de plantes différentes.
A sa mort, le parc fut abandonné et devint en quelques années friches et ruines. Ce n'est que quarante ans plus tard, lorsque le parc vu racheté en partie par la commune de Maulévrier, que la restauration commença enfin, grâce aux photographies de l'époque et aux souvenirs. Aujourd'hui, le parc a été nommé Jardin Remarquable et accueille des milliers de visiteurs chaque année, venus des quatre coins du globe.

100_0309.JPG
100_0313.JPG
100_0319.JPG
100_0325.JPG

Lors de la restauration du parc, de nombreuses études et travaux furent engagés, et en septembre 1987, des professeurs japonais des universités de Tokyo et Niigata estimèrent que le jardin crée aux abords de la rivière et du lac est inspiré de la période EDO au Japon (XVI-XIXème siècle).

L'eau possède une place très importante au sein du parc car elle représente les 3/10ème de la surface du jardin. Sa circulation se fait d'est en ouest afin de symboliser la trajectoire du soleil et parallèlement, évoquer la vie : levant = "naissance" / couchant = "mort". Au fil des saisons, la végétation évoque également les différentes périodes de la vie d'un homme : printemps : naissance, jeunesse ; été : adulte, maturité ; automne : vieillesse, sagesse ; hiver : repos, mort, éternité.

100_0348.JPG
100_0350.JPG
100_0384.JPG

L'embarquadère, appelé Azumaya au Japon, fut totalement détruit pendant la période d'abandon. Le bâtiment actuel a été réalisé en 1987 à partir des photographies prises lors de sa construction en 1910. Au sommet du bâtiment, le phoenix domine. Cet oiseau mythique orne souvent les sommets de certains temples dans les jardin japonais, comme celui de Byodo-In.

100_0327.JPG
100_0328.JPG
100_0425.JPG

La corne d'or ou thoja est un élément recouvert de losanges de verre doré, et est une extrémité de la toiture d'un temple thaïlandais. Représentant le haut du corps du Naja, c'est l'esprit protecteur des eaux. Cet élément faisait parti de l'Exposition Universelle de 1900 à Paris. Elle fut sans doute installée ici pour créer un premier plan, vu du jardin de la pagode. La pièce d'eau semble ainsi plus profonde, ce qui suggère l'infini et l'immortalité.

100_0342.JPG
100_0339.JPG
100_0333.JPG
100_0338.JPG
100_0346.JPG

Les lanternes sont omniprésentes au sein du parc. Les premières apparurent au Japon au 12ème siècle, autour des temples bouddhistes et dans leur jardin. Elles sont ensuite introduites dans les jardins particuliers au 16ème siècle par les maîtres de la Cérémonie du Thé, puisque certaines cérémonies avaient lieu le soir, et qu'on avait pris l'habitude d'allumer les lanternes à cet effet.

100_0332.JPG
100_0428.JPG
100_0424.JPG
100_0334.JPG
100_0360.JPG

La butte au azalées fut restaurée en 1989 et amménagée pour être plus en correspondance avec le style du jardin en 1996. Située et plantée à l'opposé du jardin de la pagode, la butte aux azalées est point fleuri au printemps. Ses gradins sont en effet recouverts d'azalées et de glycines japonaises "montées en arbre". Du sommet de la butte, on y découvre une vue imprenable du jardin et du lac. Au Japon, un tel endroit peut être un lieu d'exposition où, à différentes saisons, sont placées les plus belles plantes en pot.

100_0372.JPG
100_0374.JPG
100_0380.JPG
100_0368.JPG
100_0365.JPG

Le pont rouge est typiquement japonais. Il permet d'accéder aux îles qui symbolisent le Paradis taoïste ou "îles des immortels". C'est un lieu sacré et la couleur rouge-orangé du pont peut être considérée comme la couleur sacrée au Japon. Le Torri (ou portique rouge) désigne l'entrée dans un lieu sacré. Disposé pour qu'il soit vu du jardin de la pagode, il signale l'entrée du "Paradis".

100_0340.JPG
100_0389.JPG
100_0392.JPG
100_0397.JPG
100_0400.JPG

Reliant le lac au temple, l'escalier aux lions a une grande valeur religieuse. Les lions, postés de part et d'autre sont les gardiens du temple : ils en protègent l'accès à partir des eaux. Ils faisaient eux aussi partis de l'Exposition Universelle de 1900 à Paris. Face à l'escalier, de l'autre côté du lac, on peut voir la corne d'or.

100_0406.JPG
100_0407.JPG
100_0408.JPG
blabla Ce temple Khmer faisait également parti du Pavillon de l'Exposition Universelle, aménagé par Alexandre Marcel. Il a été remonté et moulé sur place à Maulévrier. L'ensemble des fissures est volontaire, ce genre de fabrique est appelé "fausse ruine". Le temple est aujourd'hui un lieu de rencontre pour les cambodgiens de la région. A l'intérieur, on peut voir une statue de Bouddha. Il est assis dans la position du lotus, sur les anneaux du Naga. Sur le fronton (la partie suppérieure), on voit sourire les apsaras : ces danseuses et danseurs divins qui prodiguent aux Dieux et heureux élus les joies du paradis. Aux coins, les génies du monde souterrain protègent le temple des mauvais esprits.
La statue de droite représente le Dieu Vishnu, qui porte la massue de la justice. C'est également le Dieu conservateur et le Dieu de la sagesse. A gauche se trouve sa femme Lackmi, déesse de la beauté et de la fortune.

100_0418.JPG

100_0419.JPG
100_0411.JPG
100_0412.JPG
Dès sa réalisation en 1903, Alexandre Marcel et sa belle-famille propriétaire du château Colbert, nomment ce bâtiment la pagode, en raison de sa situation et son utilisation dans le jardin japonais, et de son clocheton évoquant le style japonais. Depuis 1999, l'ancien salon de thé a été aménagé pour installer des panneaux d'information sur l'histoire et le symbolisme du parc.

100_0330.JPG

100_0429.JPG

100_0444.JPG

100_0440.JPG

Si la balade vous a plu, retrouvez ici toutes les informations nécessaires pour vous rendre à Maulévrier. Très bon lundi !

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Mamzellefifi 644 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine