Magazine Humeur

Déferlement de «racisme d’Etat» tous azimuts contre les Roms & «gens du voyage»

Publié le 19 août 2010 par Kamizole

camp-rom-hanul-93.1282240214.jpg

J’emprunte sans vergogne la formule d’Eva Joly qui accuse Sarkozy de pratiquer «un racisme d’Etat» (20 minutes du 12 juillet 2010). Autant appeler comme Nicolas Boileau «Un chat un chat» et Nicolas Sarkozy… ce que vous voulez ! Le problème n’est pas nouveau… Dans une interview à 20 minutes recueillie par Catherine Fournier le 24 novembre 2009, Didier Lapeyronnie, sociologue spécialiste des discriminations, constatait qu’en matière de Racisme ordinaire «La parole s’est décomplexée au plus haut niveau de l’Etat». C’était entre autres après la belle “sortie” de Brice Hortefeux à l’université d’été de l’UMP à Seignosse sur les Auvergnats sans doute un peu trop bronzés… Qui lui valut cette année d’être condamné pour «incitation à la haine raciale». Excusez du peu.

Depuis, avec le funeste débat sur l’identité nationale, tous les dérapages de la campagne des élections régionales et surtout depuis les émeutes de Grenoble et les incidents avec quelques Roms en Sologne, les choses n’ont fait qu’empirer. Atmosphère délétère qui pue des remugles d’Entre-deux-Guerres et de Régime de Vichy. Un véritable déferlement de racisme et xénophobie. Fascisme sans complexe ?

Ah ! On peut dire que les «pôv c…» qui sont allés méticuleusement destroy la petite ville de Saint-Aignan-sur-Cher dans le Loir-et-Cher ont réussi un mirobolant coup de maître : donner du grain à moudre à tous les racistes de l’UM/Posture ! Roms (immigrés de Roumanie ou Bulgarie où ils sont ostracisés) ou gens du voyage français, ils ne font pas dans le détail. Aux uns, le retour forcé dans leurs pays d’origine, aux autres les interdictions de se poser quelque part. Dans les deux cas, au détriment tant de l’humanisme que des lois ou de leur esprit.

  • Les Roms de Roumanie ou Bulgarie sont membres d’Etats – Roumanie et Bulgarie - nouvellement intégrés à l’Europe communautaire (2007).
  • Mais la France comme quelques autres pays a réussi à ce que le principe de libre circulation des citoyens européens ne s’appliquât pas entièrement aux ressortissants de ces pays. Les Rom me semblent essentiellement visés dans cette mesure discriminatoire (ils immigraient déjà illégalement en France avant 2007). Ils ont certes le droit de venir en France avec un visa touristique. Valable 3 mois.

    Ensuite, s’ils souhaitent prolonger leur séjour, ils devront faire la preuve qu’ils disposent de revenus réguliers suffisants en même temps qu’on leur opposera hypocritement la “situation de l’emploi” : entendre que leur sont réservés une liste d’emplois où il y aurait des “tensions” ou autrement dit un déficit de demandeurs d’emplois sur le marché du travail… Donc, ils ne rempliront jamais les conditions de ressources, sésame qui leur permettrait de résider en France. CQFD.

    Car à ma connaissance cette liste concernant quasi exclusivement des métiers hautement qualifiés – Nicolas Sarkozy voulant surtout attirer une immigration intracommu-nautaire de personnes ayant bénéficié d’une formation de haut niveau dans les anciens Pays de l’Est et accessoirement ? blanche et chrétienne – c’est bien évidemment la quadrature du cercle. D’autant que les Roms de Roumanie et Bulgarie n’ont que très rarement bénéficié de ces avantages en termes de formation scolaire et professionnelle.

    Voilà donc les Roms pourchassés – aujourd’hui sur une grande échelle ! – et astreints à quitter la France dans les meilleurs délais. Soit ramenés manu militari dans leurs pays d’origine sous le coup d’une OQTF (obligation de quitter le territoire français) soit qu’ils acceptent «l’aide au retour» - 300 euros. Brice Hortefeux aura beau déclarer que ces départs sont «volontaires» il vend la mèche : de fait les Roms n’ont pas le choix puisqu’ils sont préalablement prévenus que le camp où ils vivaient va être démantelé. Finalement, il ne leur laisse le choix qu’entre le retour «volontaire» ou l’enfermement dans des centres de rétention en attendant l’expulsion. Que n’accepterait-on un revolver sur la tempe !

  • Et pour ce que j’ai pu voir, en général la manière forte est utilisée pour le démantellement des camps… Jusques et y compris la démolition des caravanes !
  • camp-rom-hanul-st-denis-demoli.1282240244.JPG

    Dans les deux cas il ne faut pas être grand clerc pour subodorer qu’ils reviendront en France le plus rapidement possible d’autant qu’ils le disent sans ambages. Le plus ridicule ? Ces dispositions discriminatoires doivent cesser en 2014.

    Je ne suis sans doute pas aussi intelligente que Nicolas Sarkozy et Brice Hortefeux. Mais 4 ans c’est fort court et plutôt que leur combat d’arrière-garde sur fond de racisme et de xénophobie – dans une perspective purement électoraliste : 2012 ! – il me semble qu’il serait plus judicieux d’anticiper dès maintenant la libre circulation des Roms et chercher à les intégrer du mieux possible en France. D’autant que la plupart viennent en France pour donner un meilleur avenir à leurs enfants, qu’ils font pour la plupart l’effort de parler français et mettent un point d’honneur précisément à scolariser leurs enfants. Comme d’ailleurs le plus grands nombre des sans-papier.

    Nadine Morano qui ne répugne jamais à une petite saloperie en remet une couche sur les Roms (Nouvel Obs du 19 juillet) en déclarant «que les enfants ne devaient pas servir d’alibis pour rester en France ou être utilisés pour des trafics ou la mendicité»… Cela le jour même où 79 Roms ont été reconduits en Roumanie par charter. Elle a le culot d’ajouter, s’agissant du «devenir des enfants expulsés qui étaient scolarisés en France qu’ils seront scolarisés dans leur pays d’origine, il n’y a pas que des écoles en France»… Visiblement, sa syntaxe et aussi déplorable que sa mentalité !

  • Qu’il existe des écoles en Roumanie est pure vérité d’évidence. Mais il s’en faudrait de beaucoup que les enfants rom en bénéficient toujours. Ostracisés là-bas. Ostracisés ici. Merci madame Morano de démontrer votre humanisme échevelé !
  • nadine-morano-intox2007.1282240371.jpg

    Bien évidemment les propos de Morano sur les Roms indignent les associations (Nouvel Obs du 19 août 2010) : “Lamentables”, “démagogiques”, “populistes”… Les associations ont vivement réagi aux déclarations de la secrétaire d’Etat à la famille sur l’avenir des enfants de Roms expulsés. Pour Richard Moyon - Réseau Education sans frontières (RESF) – «les propos de Nadine Morano sont à la hauteur de sa réputation, lamentables».

    Quant à Dominique Versini – Défenseur des enfants – elle rappelle qu’en tant «que secrétaire d’Etat à la famille elle se devrait de prendre en compte l’intérêt supérieur des enfants qui est au cœur de la Convention internationale des Droits des enfants». Dont la France est signataire. Je crains que tout ceci ne soit de l’hébreu pour Nadine Morano !

    Pour en terminer avec le cas Morano, je dirais qu’elle entretient sciemment une confusion ignoble entre les cas d’exploitation des enfants qui ne datent pas d’aujourd’hui et ne concernent sûrement pas la grande majorité des Roms venus en France ces dernières années dans l’espoir d’une vie meilleure pour eux et leurs enfants.

    Précisément les femmes que dans mon enfance j’entendais appeler “romanichelles”, diseuses de bonne aventure et souvent encombrées de toute une marmaille. Je peux vous assurer que particulièrement dans le métro et même ailleurs où elles sévissaient il fallait être particulièrement attentif à son sac ou ses poches : pendant qu’elles vous faisaient l’article sur leurs dons de divination prétendue, des petites mains baladeuses essayaient de jouer les pickpocket ! Sans doute avec un art aussi consommé qu’Oliver Twist.

    De même, certains Roumains – mais pas des plus pauvres ! – n’ont pas hésité à faire mendier des handicapés. Ils les déposaient le matin dans un endroit stratégique, en fauteuil roulant ou non, et les reprenaient le soir. Non sans leur piquer toute la recette du jour. Ou l’art de s’enrichir par l’esclavage. Faudrait-il pour autant subsumer que tous les Roumains exploitent les enfants et les handicapés ? Ras-le-bol de ces amalgames démagogiques et populistes !

    La situation n’est guère plus enviable pour les “gens du voyage” autochtones. J’ai été suffisamment outrée de voir il y a quelques jours sur BFM/TV une compagnie de CRS déployée pour tenter l’expulsion d’un camp de gens du voyage : montant à l’assaut casques intégraux, boucliers et matraques levées… Comme s’ils eussent dû affronter une émeute. Lors même que les personnes en caravane étaient tout à fait pacifiques.

    De quoi étaient-ils coupables ? sinon d’occuper sans doute irrégulièrement un terrain – ce qui n’arriverait sans doute pas si les communes qui le doivent respectaient la loi leur imposant la mise à disposition d’aires viabilisées. D’autant plus aberrant dans ce cas précis qu’ils avaient annoncé leur départ deux ou trois jours plus tard.

    L’un d’entre eux, disait au micro de la personne qui recueillait ses réactions que tous les occupants étaient Français, ajoutant selon la formule connue «100 % gaulois». Il existe donc bel et bien des citoyens français qui n’ont pas droit au même «cocorico». Ce qui n’est pas fait pour me surprendre.

    Autre dérive de cet “Etat policier” chaque jour davantage répressif dans lequel tendent à nous enfermer Nicolas Sarkozy et Brice Hortefeux : les hommes raflés sur les terrains occupés illégalement systématiquement mis en examen et en garde à vue ! Nous subirons sans doute encore un an ces GAV aussi absurdes que disproportionnées : «encore une minute, Monsieur le bourreau» implorent les mêmes plus Michèle Aliot-Marie (sans oublier les flics d’Alliance !) avant que ne tombât le 1er juillet 2011 le couperet heureusement décidé par le Conseil Constitutionnel (Nouvel Obs, 30 juillet 2010) : L’obligation de modifier la loi sur les gardes à vue et sans doute nettement plus profondément que les projets dans les cartons de la Chancellerie.

    Qu’il n’y ait pas que des gens “bien” parmi les gens du voyage, j’ai assez vécu et fréquenté tous les milieux sans avoir jamais une vision angéliste. La preuve venant d’être faite à Saint-Aignan-sur-Cher. Mais c’est à l’image de la société : quelques brebis galeuses dans telle ou telle catégorie de la population ou corporation n’entraînent jamais un tel amalgame sur le mode “tous pourris” ! Du moins pas dans une telle proportion. Nicolas Sarkozy et Brice Hortefeux surfent sur un vieux fond raciste qui ne date pas de notre époque contre les “voleurs de poules”

    Se souvenir également que dans les siècles passés les paysans et autres ruraux étaient tout aussi méfiants à l’égard des “chemineaux” qui parcouraient la campagne à pied et n’avaient «ni feu ni lieu» (on dirait aujourd’hui SDF). Même défiance aujourd’hui à l’égard des gens du voyage qui préfèrent vivre libres dans leurs caravanes, quand bien même un certain nombre d’entre eux se seraient-ils sédentarisés. Par choix de vie ou nécessité.

    Brice Hortefeux qui décidément ne répugne à aucun argument nauséabond a néanmoins perdu une occasion de ne pas proférer une énorme connerie quand il s’est dit étonné sinon offusqué par la cylindrée des véhicules – étrangers de surcroît ! - tractant leurs caravanes. A lire dans Libération du 29 juillet 2010 Le gouvernement démarre au quart de tour contre les «grosses cylindrées» des gens du voyage. Sur les images vues ces derniers temps, je constate d’ailleurs qu’il s’agit le plus souvent de fourgons plutôt que de grosses berlines.

    Je me suis laissée dire par une amie assez au fait sur toutes ces questions que la raison en est purement technique : les voitures françaises – Renault ou Peugeot – ne seraient pas assez puissantes pour tracter de grosses caravanes… J’avais réagi ironiquement à cela en lui disant que jamais je n’avais envisagé de tracter ne fût-ce qu’une remorque avec ma 2 CV.

    :)

    Mais dans la rhétorique de Nicolas Sarkozy ou Brice Hortefeux – largement empruntée au FN ! lire à cet égard dans le Monde (14 août 2010) La rhétorique frontiste, un réservoir d’idées pour le chef de l’Etat – il importe uniquement d’associer pour l’opinion publique gens du voyage et personnes vivant forcément de trafics divers. Idem pour les banlieues quand bien même serait-il évident que délinquants et plus encore trafiquants et pègres tirent leurs revenus d’activités illicites.

    Ce qui est en revanche intolérable c’est l’amalgame entretenu entre le fait d’habiter dans des cités déshéritées et d’être pour le moins complices des trafics. Lors même qu’il est notoire que la plupart des habitants sont excédés par le climat de violence et la loi que les caïds de banlieue entendent y faire régner. L’omerta s’expliquant facilement par la peur des représailles. J’ai regardé hier une énième émission sur le sujet diffusée sur la 5 «C dans l’air».

    Grosso modo la controverse portait entre les partisans d’une police de proximité et la création de cellules spécialisées dans le renseignement sur les trafics à l’instar de ce qui se passe pour le terrorisme. Le représentant FO des policiers faisant remarquer que des forces de police bien implantées localement et ayant réussi à favoriser un climat de confiance avec la population étaient au moins aussi utiles pour la collecte de renseignements. A condition qu’on leur laissât le temps suffisant – mais Sarko veut du résultat le plus rapidement possible ! – policiers et gendarmes étant tout à fait capables de remonter les filières par un travail de fourmi. Résultats sans doute pas “minute” mais largement plus efficaces sur le long terme.

    J’en reviens aux gens du voyage. Deux infos ce matin ont retenu mon attention. D’une part à Chaumont (Haute-Marne) les autorités ont viabilisé un camp provisoire sur un terrain militaire pour accueillir un rassemblement évangélique de 20.000 à 30.000 gens du voyage – événements fréquents à cette période de l’année. Tout est prévu. Branchements électriques, eau, assainissement, etc. Sans oublier la sécurité : 250 gendarmes et une compagnie de CRS. On peut supposer qu’ils n’attaqueront pas les pèlerins flamberge au vent !

    En revanche, je suis plus qu’outrée s’agissant des quelque 140 familles de gens du voyage cherchant désespérément un point d’accueil à Bordeaux. Selon le juge administratif qui a statué hier en référé, les terrains proposés par la Communauté urbaine (Alain Juppé !) seraient tout à fait acceptables. Or, les images diffusées ce matin prouvent à l’évidence le contraire. Ce qu’on leur propose relève tout bonnement du vrai dépotoir d’ordures ! Leur avocat est tout à fait accablé par ce traitement. Le juge administratif ne s’est pas déplacé pour s’assurer si l’état des terrains correspondait bien aux assertions des services administratifs.

    Il s’est fait proprement enfumer. J’espère qu’il aura vu ce matin les mêmes images que moi. Comment peut-on imaginer faire vivre des familles et des enfants dans pareil cloaque ? Que la honte soit sur ceux qui l’ont envisagé !

    rom-bordeaux-bloquant-pont-daquitaine-aout-2010.1282240280.jpg


    Retour à La Une de Logo Paperblog

    A propos de l’auteur


    Kamizole 786 partages Voir son profil
    Voir son blog

    l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte