Magazine Focus Emploi

Technologie SSD, la fin du disque dur magnétique ?

Publié le 24 août 2010 par Oria

SSD.jpg Le SSD (Solid State Drive) est un périphérique qui, au lieu de stocker les données sur des plateaux magnétiques rotatifs, utilise de la mémoire flash NAND.
Presque un standard aujourd'hui, le SSD permet de supprimer l'étranglement du stockage, grâce à une vitesse de lecture de 150 à 320 Mo/s.
Il accélère aussi énormément le démarrage de l’ordinateur, et l'exécution des applications.

Comme il ne comporte aucune partie mobile - par opposition au disque magnétique à plateaux - le SSD est très résistant, à la fois en cas de chute et lors des variations de température.
L'écriture sur la mémoire flash est réalisée par bloc de données. Si un bloc est déjà occupé, il est nécessaire de l’effacer avant de pourvoir le réécrire. Également, les cellules de mémoire flash ne supportant qu'un nombre limité de cycles d’écriture, ce paramètre doit être pris en compte par le contrôleur, pour répartir l’usure sur l’ensemble du SSD.
Malgré un temps d’accès en écriture parfois plus long et un coût encore élevé pour les grandes capacités, le SSD permet des accès aux données (lecture) et applications hyper rapides et offre une meilleure résistance à la chaleur.
En terme de format, le 2,5" disponible convient aux ordinateurs portables comme aux stations de bureau.
Le constructeur SanDisk vient même d'annoncer avoir créé le plus petit disque dur SSD du monde (16 millimètres sur 20, pesant moins d'un gramme).

Nous animons une veille technologique permanente afin de conseiller nos clients dans le choix de leurs équipements, en fonction de leurs usages et contraintes ainsi que de leurs impératifs budgétaires.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Oria 2 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte