Magazine Humeur

«De quoi Sarkozy est-il le nom ?» : du lointain descendant d’une famille Rom ?

Publié le 24 août 2010 par Kamizole

rudolf-sarkozi.1282622386.jpg

Réjouissante petite ironie comme l’histoire en connaît beaucoup… Je ne saurais dire ce que vaut cette thèse découverte tout à fait par hasard sur l’excellent blog «L’actualité du droit» hébergé par 20 minutes Rudolf Sarközi, mon pote (20 août 2010) qui signalait un article du Monde où le 18 août 2010 Joelle Stolz traitait le même sujet A Vienne, le porte-parole de la communauté rom s’appelle Rudolf Sarközi.

Comme elle le constate, les deux personnalités n’ont rien en commun si ce n’est le nom. L’un est président de la République en France – certainement le plus à droite que la France ait connu sauf, comme c’est étrange, comme c’est bizarre ! Philippe Pétain - l’autre, né en 1944 dans un camp de concentration – se rappeler que les tziganes ont été pourchassés et exterminés par les nazis au même titre que les juifs, les homosexuels et les malades mentaux – vieux militant social-démocrate autrichien n’est que conseiller d’arrondissement à Vienne où il travailla naguère comme éboueur avant d’être électronicien.

L’un, fier de sa souche est le porte-parole le plus connu de la communauté rom autrichienne et a même reçu de l’Etat autrichien le titre honorifique de «professeur» en récompense de ses années d’activité au service de cette communauté… L’autre les combat de manière aussi compulsionnelle que sauvage comme s’ils étaient autant d’ennemis intérieurs. Ceci expliquerait-il cela ?

Le nom de Sarkozi serait un nom typiquement rom dont l’origine remonterait à l’époque féodale lorsque le comte Batthyány accordait sa protection aux Roms du Burgenland et les plaçait sous l’autorité exclusive de leur chef régional - le voïvode - qui s’appelait Martin Sarközi.

Il restera à savoir s’il y aurait une lointaine parenté entre ce Sarközi et la famille hongroise de Nicolas Sarkozy – n’oublions pas que la Hongrie faisait alors partie de l’Empire d’Autriche – anoblie en 1626 par l’Empereur d’Autriche… Mais avouez que cela ne manquerait pas de sel !

Pour mon titre, voulant reprendre celui de l’ouvrage du philosophe Alain Badiou et pour éviter toute erreur, j’ai fait un petit passage sur Google. Tombée à pieds joints sur un fort intéressant article de Régis Soubrouillard (Marianne2) datant du 18 décembre 2008 Badiou ou le revival du gauchisme dont je ne retiendrais que deux éléments qui me semblent Ô ! combien d’actualité.

D’abord, selon Alain Badiou, en soit le sarkozysme n’est rien mais Sarkozy est le nom de quelque chose «la chose probablement immonde dont le petit Sarkozy est le serviteur»… Nous savons aujourd’hui que Nicolas Sarkozy est bien l’empressé valet des multimilliardaires du COUAC/40 et de Medef. Au nom du Père et du Fric ! Œdipe non résolu, régression au stade anal, etc…

Ensuite, Badiou «se fout complètement de Nicolas Sarkozy, de même que de la prétendue légitimité d’un suffrage universel qui l’a porté au pouvoir. Le triomphe de «l’agité de Neuilly» ne serait selon lui que la part immergée et actualisée d’une «disposition globale». Une forme de pétainisme d’avant le pétainisme, donnée fondamentale de la France depuis la Restauration de 1815».

Enfin, «De quoi Sarkozy est-il le nom ?» serait aussi, selon Régis Soubrouillard «une analyse de la politique de peur menée par Sarkozy. Une peur qui prend la forme d’alliances sociales entre des forces conservatrices peu soucieuses d’indépendance nationale qui réclament la protection d’un maître même si celui-ci se révèle oppresseur et réactionnaire».

Pétain ? Cela prend tout sens aujourd’hui lorsqu’Eva Joly rappelle que jamais l’on n’avait ainsi désigné ainsi un groupe ethnique à la vindicte populaire depuis le Régime de Vichy. Quant au gouvernement par la peur, nous savons tous et depuis longtemps que c’est la marque de fabrique de Nicolas Sarkozy qui menace constamment, y compris dans son propre camp. «Sarko la menace» ?

La politique et la personnalité même de Nicolas Sarkozy – sans oublier l’ensemble de son œuvre et la République bananière, népotiste et clientéliste – indisposant un nombre croissant dans la droite classique, il n’est toutefois pas certain que le sarkozysme et «les alliances sociales entre les forces conservatrices» fissent encore recette en 2012.

sarko-pabo.1282622428.jpg


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

LES COMMENTAIRES (1)

Par Lacroix
posté le 26 août à 11:12
Signaler un abus

"L’un est président de la République en France – certainement le plus à droite que la France ait connu sauf, comme c’est étrange, comme c’est bizarre ! Philippe Pétain" Rappellons que P Pétain n'a jamais été président de la République: désigné comme chef d'Etat, il a suspendu la constitution, le Parlement et même l'appellation de "République française" remplacée par "Etat français".

A propos de l’auteur


Kamizole 786 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte