Magazine Médias

La boulimie culinaire des chaînes se poursuit avec la deuxième saison des dîner presque parfaits nationaux !

Publié le 24 août 2010 par Poclatelephage
Je vais être tentée de filer la métaphore culinaire pour évoquer le grand retour de la compétition nationale d’un dîner presque parfait, en prime sur M6. Je pourrai ainsi souligner à quel point les chaînes sont boulimiques avec les émissions culinaires, qui font toujours recette. Comme TF1 ne voulait pas être en reste, elle a d’ailleurs lancé « Master Chef », la semaine dernière, et cette semaine, M6 qui ne craint pas l’indigestion rétorque avec un prime de son émission phare.
La boulimie culinaire des chaînes se poursuit avec la deuxième saison des dîner presque parfaits nationaux !
Personnellement, tout ceci commence à me porter un peu sur l’estomac. Hier soir, j’ai du ingurgiter quatre médaillons de veau – les candidats ont vraiment rivalisé d’imagination -, des samoussas au munster et à la choucroute, un cheese-cake comptant plusieurs couches et des racines à toutes les sauces. J’étais déjà limite nauséeuse, quand il a fallu en plus que les candidats s’attaquent à la préparation d’un plat de Georges Blanc à base d’asperges et de crustacés….
Mais bon, par habitude, j’ai tenu bravement jusqu’à minuit puis j’ai préféré poser ma télé pour prendre un livre. L’ultime étape du plat parfait était au dessus de mes forces. La cerise sur le gâteau déjà trop crémeux et indigeste en somme….
Globalement, je reconnais que j’ai passé une bonne soirée. « Un dîner presque parfait » réunit en effet tous les ingrédients d’une émission de télé-réalité réussie : du suspense, beaucoup de mauvaise foi, et d’amères déceptions.
Ainsi le petit Rémi, qui a fait fantasmer tous les pervers de la création avec son bermuda, pensait certainement l’emporter face à ses aînés grâce à son menu « moins convenu » que les leurs, mais ses rivaux n’entendaient apparemment pas se faire ridiculiser par un gamin en short et lui ont prouvé. Il a par conséquent décroché la plus mauvaise note de la soirée ce qui lui apprendra à servir un repas froid et un apéritif sans alcool, ni rien à boire d’ailleurs.
La boulimie culinaire des chaînes se poursuit avec la deuxième saison des dîner presque parfaits nationaux !
Eric, le marinier excentrique, n’avait certainement pas sa place en finale avec ses plats fusion délirants, mais il avait du profiter d’une note injustement élevée lors de son dîner grâce à une animation et une décoration qui compensaient ses lacunes en cuisine. Rémi et sa morgue lui ont garanti une apparition inespérée en finale où il n’a finalement fait que de la figuration.
Philippe et Coralie étaient les meilleurs dans deux registres bien différents. Le bourguignon incarnait l’indispensable caution terroir avec son amour du vin et des produits régionaux, tandis que la jeune Coralie, qui ne payait pourtant pas de mine, était dotée d’un solide potentiel culinaire assorti d’une bonne maîtrise de la décoration et de l’animation (mais la danse des tongs était vraiment en trop).
Je pense que Philippe a pensé en découvrant ses adversaires et en les jaugeant qu’il allait l’emporter les doigts dans le nez, mais face à Coralie, il a toujours joué les seconds couteaux.
Au final, Coralie a donc gagné haut la main la première partie de l’émission et même la seconde. Elle a surmonté avec brio les épreuves absurdes concoctées par les chefs. Désormais, j’attends de voir la suite et j’espère vraiment un peu plus de niveau.
Ah sinon, rassurez-vous, Grégory apparaîtra aussi dans cette saison lors d’une épreuve inédite EN DIRECT sur M6 durant laquelle il affrontera son outsider, le nouveau champion régional en titre. L’histoire ne dit pas encore si le nouveau roi de la cuisine aura le droit de participer à la deuxième saison de « Top Chef » en revanche.
[Pour le résumé quasiment exhaustif, rendez-vous ici !]

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Poclatelephage 1254 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines