Magazine France

La gauche et la sécurité

Publié le 24 août 2010 par Bernard Girard
Lorsque l’on parle de sécurité et de la gauche, un mot revient en permanence : angélisme. La droite l’utilise abondamment, mais la gauche aussi pour s’en défendre sans voir qu’elle donne à ses adversaires la meilleure arme qui soit.
Mais la gauche a-t-elle vraiment fait preuve d’angélisme? Du temps des gouvernements de gauche, la police et la justice ne laissaient pas plus courir les délinquants que du temps de la droite. L’une et l’autre faisaient leur travail avec autant de rigueur qu’aujourd’hui et n’étaient pas plus laxistes. Si angélisme il y eut, il n’a rien à voir avec le laxisme.
Les reproches que l'on peut faire à la gauche sont à mon sens d'une toute autre nature :
- à l’inverse de la droite, la gauche n’a pas fait de l’insécurité la question centrale de la politique. Jospin pensait que la lutte contre le chômage devait être la priorité de son gouvernement, c’est sur cette bataille qu’il a consacré l’essentiel de ses forces et de sa communication. Avec, d’ailleurs, on s’en souvient, quelques bons résultats ;
- la gauche n’a pas mesuré non plus l’impact émotionnel des faits divers. Il suffit d’un crime particulièrement odieux pour retourner l’opinion. Chacun se sent menacé, pris à parti. Les faits divers apportent de l'eau au moulin du populisme. Chaque crime qui fait la une des journaux télévisés donne le sentiment que les pouvoirs publics sont impuissants (ils n’ont pas réussi à empêcher le crime…) et trop indulgents (puisque selon le principe “qui vole un oeuf volera un jour un boeuf”, ’il aurait suffi de sanctionner plus sévèrement les petits délinquants pour l’éviter) ;
- la gauche n’a pas vraiment pris la mesure du sentiment d’insécurité qui a saisi la société française. Elle a commis l’erreur de confondre les chiffres de la délinquance tels que les révèlent les statistiques policières, chiffres qui ne portent pas particulièrement à l’inquiétude, et le vécu de la délinquance. La droite a été, de ce point de vue, plus habile : elle a compris que le sentiment d’insécurité ne se résumait pas à cela et elle a su faire son miel des enquêtes de victimation qui se sont développées ces trente dernières années.
La gauche a surtout manqué l’importance de la sécurité dans la bataille idéologique. Elle n’a pas vu que dans les sociétés contemporaines, se joue derrière ces questions de sécurité bien plus que le problème de la délinquance. La séquence de l’été 2010 vient de l’illustrer admirablement : pour faire oublier sa complaisance à l’égard de la délinquance financière (évasion fiscale, tricheries sur le financement des partis politiques), Nicolas Sarkozy met l’accent sur la (petite) délinquance des Roms. A ses yeux, aux yeux de ses amis, l’évasion fiscale, la délinquance en col blanc sous toutes ses formes sont infiniment moins graves que le vol ou les incivilités. On pourrait, de ce point, avancer que la gauche a certainement été moins laxiste que la droite qui, non contente d’euphémiser (voire dépénaliser) la délinquance en col blanc, n’a eu de cesse de la justifier. Les arguments selon lesquels il faut éviter de poursuivre les riches qui pratiquent l’évasion fiscale au motif qu’ils peuvent quitter la France ne valent certainement pas mieux que ceux selon lesquels il faut pardonner leurs larcins aux pauvres au motif qu’ils n’ont guère d’autres choix.
La gauche doit donc se battre pour réintroduire dans le champ de la délinquance des délits que la droite nous a appris à considérer avec complaisance. Les scandales Woerth et Bettencourt devraient l'y aider. Elle doit aussi s’attaquer aux politiques menées par la droite en matière de sécurité. Et pas seulement en agitant le drapeau des effectifs de la police en diminution (drapeau difficile à manipuler puisque 1) personne ne connaît avec précision les effectifs de la police, et 2) on ne peut exclure des gains de productivité).
Elle peut le faire en attaquant la droite sur deux points :
- en montrant d’abord que ces politiques ont été inefficaces comme l’indiquent les statistiques du Ministère de l’Intérieur et l’actualité,
- en soulignant, ensuite, que ces politiques ont été profondément contre-productives puisque, bien loin de réduire l’insécurité, elles ont “durci” les comportements des délinquants, comme le montrent les attaques, nouvelles, inédites, contre les policiers et l’indifférence de beaucoup de jeunes délinquants à l’égard des sanctions traditionnelles (garde à vue, prison…). La gauche pourrait ainsi  faire remarquer que plus les sanctions prises à l’égard de ceux qui s’en prennent aux policiers sont lourdes et plus se multiplient les incidents qui mettent aux prises policiers et jeunes délinquants. Ce qui est tout de même paradoxal.
Toute la philosophie de la sécurité à la Sarkozy repose sur des sanctions toujours plus dures (peines plancher, peines de prison plus lourdes…). L’argument classique est que seules des sanctions plus rigoureuses peuvent inciter les délinquants à mieux se conduire. Or, cette politique est doublement inefficace :
- les délinquants se soucient moins de la dureté des sanctions que du risque d’être pris : c’est le travail de la police qui les inquiète plus que les jugements lointains de la justice
- un excès de sévérité banalise les sanctions et les rend moins efficaces. On a moins peur de la prison quand y faire un séjour est devenu banal. C’est ce qui se produit aujourd’hui dans un certain nombre de quartiers. On aimerait, à ce propos, recommander à nos politiques la lecture de Beccaia et de ces pages dans lesquelles il recommande la modération des peines : “à mesures que les supplices deviennent plus cruels, l’âme (…) s’endurcit par le spectacle renouvelé de la barbarie. On s’habitue aux supplices horribles ; et après cent ans de cruautés multipliées, les passions, toujours actives, sont moins retenues par la roue et le gibet, qu’elles ne l’étaient auparavant par la prison.”
La gauche, qui s’intéresse à la sécurité, comme l’ont montré les débats sur le sujet lors de l’université d’été des verts, devrait oser un discours qui oppose aux solutions simplistes du pouvoir en place une réflexion qui tienne compte de la complexité du sujet :
- la sécurité n’est pas la seule affaire de la police. D’autres services que ceux du Ministère de l’intérieur s’en préoccupent : les douanes au ministère des finances, l’inspection du travail…  Il y a les polices municipales, les polices privées (comme celles de la SNCF et de la RATP, les sociétés de gardiennage) les acteurs privés (lorsqu’un citoyen fait blinder sa porte, il participe à la lutte contre le cambriolage…). Il y a fort à parier que ces différents acteurs ne travaillent pas toujours en bonne intelligence et qu’une meilleure coordination aiderait ;
- tous les délits ne sont pas de même nature et ne doivent donc pas être traités de la même manière, ce que l’on fait aujourd’hui lorsque l’on met également en garde à vue un automobiliste mécontent et un trafiquant de drogue…
- tous les services de police ne travaillent pas également bien. Certains obtiennent de meilleurs résultats que d’autres. Il serait bon de mettre en place des systèmes d’évaluation qui permettent d’identifier ceux qui travaillent le mieux, non pas pour sanctionner les autres, mais pour en extraire les bonnes pratiques qui devraient être diffusées ailleurs. Des outils d’évaluation existent qui permettent de comparer des commissariats (notamment les techniques de Data Envelopment Analysis). Il conviendrait de les utiliser en lieu et place des méthodes d’évaluation actuelles dont on a si souvent souligné les effets pervers.
Il y a certainement plein d'autres choses à faire. Mais commencer à discuter de ces questions serait une bonne manière de ramener l'insécurité à sa juste place.

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Bernard Girard 236 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte