Magazine Médias

LOST : review de l'épisode 1.05 "White Rabbit"

Publié le 24 août 2010 par Hellknight @HellKNIGHT2010

1.05 : White Rabbit
Sc : Christian Taylor. R : Kevin Hooks.
Jack Shepard. Suite de l' épisode précédent. Jack se réveille brutalement réveillé par des cris. Une jeune femme est en train de se noyer. Mais quand il plonge pour la retrouver, et arrivé à sa portée, c'est Boone qu'il sauve des eaux. Tandis que la jeune femme est encore plus loin. Puis, après cette tentative de sauvetage, Jack culpabilise. Et semble voir son père sur la plage. Sun fait part de ses inquiétudes à Jin, son mari. Elle pense que personne ne viendra les sauver finalement. Sur la plage, Kate et Claire font plus ample connaissance. Hurley et Charlie font part à Jack que les bouteilles d’eau restantes devraient être rationnées, et qu’elles ne suffiront probablement pas. Puis c’est au tour de Boone de confronter Jack. Si Hurley et Charlie reconnaissent en lui naturellement leur leader, ce n’est pas son cas. Mais la discussion est interrompue car Jack a une nouvelle vision de son père, cette fois dans la jungle. Il court à sa poursuite, voulant en avoir le coeur net. Et il finit par le retrouver en pleine jungle. Jack n’en revient pas. Pendant ce temps,  Claire est victime d’un étourdissement. Kate s’occupe d’elle, et Charlie découvre que les dernières bouteilles d’eau ont disparu. Informé de la situation, John Locke décide de partir à la recherche de Jack, lui-même à la recherche de son père. Etourdi, hagard, hanté par les souvenirs et le rapport douloureux qu’il entretenait avec lui, Jack finit par tomber au bord d’une falaise. Heureusement, John Locke l’a retrouvé à temps. Sur la plage, Charlie veille sur Claire. Tous deux continuent de s’interroger sur John Locke. Concernant le vol de l’eau, les soupçons s’orientent assez naturellement et rapidement vers Sawyer, qui est devenu en quelque sorte le commerçant de l’ïle. Par la force des choses, tous finissent par prendre ou se voir attribuer un rôle... Jack et Shepard se remettent de leurs émotions et se confient l’un à l’autre. Pour Locke, l’Île est « spéciale », et tous le ressentent inconsciemment. Puis Locke abandonne Jack, afin de trouver de l’eau, et pour que Jack puisse finir ce qu’il a commencé.

Lorsque la nuit vient, Jack retrouve au milieu de la jungle encore des débris de l’appareil, et le cercueil de son père... vide... De rage, Jack détruit le cercueil. Sur la plage, on découvre que c’est Boone qui avait les bouteilles d’eau. Sur le point d’être lynché, il est sauvé par l’intervention de Jack, qui, après 6 jours sans l’ombre d’ un seul secours, décide d’organiser la vie sur l’ïle. Et assume enfin son rôle de leader...
Flash-backs (Jack Shepard) : Jack se revoit enfant, victime d'une bagarre à l'école. Puis face à son père, qui lui demande de ne pas jouer les héros ou les sauveurs. Car pour lui, Jack n’a pas les tripes pour ça. Jack se revoit ensuite adulte, confronté à sa mère qui lui demande de le ramener à la maison, alors que les ponts semblent avoir été rompus entre les deux hommes. Mais sa mère l’accable, et Jack finit par accepter. Mais son père est en Australie. Sur place, il a du mal à retrouver son père. Jack se revoit enfin identifier son père, mort, à la morgue. Les difficultés à faire embarquer son corps dans l’avion qui devait les ramener tous deux à Los Angeles.
Les références de l'épisode : Le titre original fait référence au lapin blanc qui emmène Alice au « Pays des Merveilles » dans le conte pour enfants écrit par Lewis Carroll. Le lapin blanc après lequel court Jack, en l’occurrence, c’est son père.
Sawyer donne à Kate le badge du marshall mort ; elle est le nouveau sheriff en ville.
Mon avis :
Après un premier épisode nous introduisant l'univers de la série et ses principaux personnages, et des focus sur Kate et sur John Locke, on revient sur Jack Shepard. Pour le coup, on a droit à un début d'épisode à la fois surprenant et fidèles aux épisodes précédents (!) : l'épisode s'ouvre en effet sur un oeil qui s'ouvre, mais c'est celui d'un 'moi' passé d'un des personnages. Avant le retour sur l'ïle. Contrairement aux épisodes précédents, on se préoccupe plus des passagers sur la plage que du passé d’un personnage. Si l’épisode semble manquer de liant, on comprend quand même que Jack est confronté au rôle de leader ou de sauveur que certains aimeraient le voir endosser, ainsi qu’une partie de lui-même. Jack s’inscrit ainsi dans une longue tradition de personnages (Cyclope, des X-Men, Kirk dans Star Trek... ), soumis au poids des responsabilités, faits pour le rôle, mais qui, dans l’ombre aimeraient être parfois être déchargés de ce poids. En plus de ce thème très classique, on a encore une fois un autre thème fréquemment employé, surtout dans les séries d’Abrams (ou de Joss Whedon) : le rapport difficile au père, à la figure paternelle, avec laquelle on se confronte. Ce sera également, curieusement, le cas de Cyclope, qui s’affranchira de la tutelle et de l’influence de Xavier. Un a donc ici un épisode psychanalitique qui ne dit pas son nom ou ne se présente pas comme tel. Pour finir, difficile de considérer les flash-backs comme chiants, puisqu’ils sont liés à ce qui se passe sur lÎle et participent à la construction des personnages. Ils sont donc indispensables, fonctionnant un peu de lâ même façon que ceux d‘Highlander...

Les surnoms de Sawyer : Sawyer appelle Shannon 'allumette', faisant référence à ses jambes.
Infos sur les personnages :  Claire se révèle passionnée d’ astrologie.
Continuité et Infos sur les personnages :  On apprend dans cet épisode le nom de famille de Jack, Shepard, qui peut être vu dans les flashbacks sur la bouse blanche de Jack. Son nom est encore répété dans l' ép. "All The Best Cowboys Have Daddy Issues".
Une citation de Worf dans  Star Trek : The Next Generation illustre à merveille le propos de l'ép. : " Selon le rite MajQa des Klingons, rien ne compte plus qu' une révélation à propos du père. Votre père fait partie de vous. Toujours. Le connaître, c'est vous connaître. C'est pourquoi, où qu' il soit, quoi qu' il ait fait, vous devez le retrouver. " Worf, à Data (ép. 6.16 "Birthright, part. I").
" (...) Tout le monde comptait sur ton père pour prendre des décisions. j'ai pu prendre ces décisions parce qu' en fin de journée, après la mort du gamin, j'ai pu me laver les mains et rentrer pour le dîner, regarder Carol Burnett à la télé en me fendant les côtes. Comment je peux faire ça ? Même quand j' échoue, comment je peux faire ça, Jack ? Parce que j'ai des tripes. Ne choisis pas, jack. Ne décide pas. Ne joue pas les héros. N'essaie pas de sauver le monde. Parce que si tu échoues... Tu n'auras pas les tripes pour ça. "
Le Dr Christian Shepard à son fils Jack (ép. 1.05 "White Rabbit").
" Vous avez besoin de finir ce que vous avez commencé.
- Pourquoi ?
- Parce qu' un leader ne peut pas diriger tant qu' il ne sait pas où il va. "
John Locke, à Jack (ép. 1.05 "White Rabbit").


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Hellknight 118 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte