Magazine Poésie

Couleurs

Par Montaigne0860

Tout l’été j’ai cherché du vert et j’en ai à peine trouvé. Au début il y avait bien du bleu sur les tiges des blés dont on dit rapidement qu’ils sont encore verts, puis les feuilles de betteraves ont donné un semblant de teintes obscures, presque noires, et suivant l’inclinaison du soleil tout bougeait constamment ; je n’ai rien vu qui fût définissable selon les adjectifs de couleur que je connais. J’étais parti du bleu parce que je songeais à cette phrase du poète où il est question de la nuit et du ciel des jours splendides, où le bleu se perd ne sachant plus où rayonner du mieux qu’il peut, absent pourtant malgré ce que la vie m’a appris. Je n’ai rien su dire et j’avais beau sortir avec l’effroi naturel de celui qui croit savoir et qui ne découvre rien de ce qu’il a porté tant d’années, ces années où je peinais à respirer ; aux moments rares des grandes joies la vie éclatait alors en un arc en ciel plutôt énigmatique où le gris revenait toujours, comme si ma vue avait baissé, que la cécité me gagnait, étrange illusion. Je ne peux pas affirmer non plus que je n’ai pas vu de rouge, le simple coquelicot, ce coq de la prairie, lançait bien sa teinte pourpre et je m’exaltais de pouvoir dire une nuance enfin claire. Qu’un nuage passe cependant et le rouge que je croyais avoir aperçu devenait violet, bleu, gris, enfin rien qui fût ferme. J’insistai, je repris les mots dans mon esprit, fermai les yeux, et les rouvrant, j’ai vu des ocres, je les ai chantés ; l’été avançait comme on voit, il filait son coton de poussière où le jaune enfin conquis des blés donnait des vagues grises ; j’y devinais l’ocre en un clignement très voulu, et je me suis arrêté à ce beau mot : ocre, sans être convaincu que je tenais là l’immense réalité des surfaces mouvantes, puisque par instants elles voguaient bleues puis noires, et demeurait alors au creux de mes prunelles un gris général de vitrail où les parcelles quoique toutes différentes, donnaient ce mélange proche du blanc crème, usé du sec des ciels. Le vert s’élançait parfois je le reconnais aux cimes des arbres, il était frais, rappelant le premier printemps, mais il était si loin que sa fusion avec le blanc des horizons me faisait basculer dans un scepticisme lié à l’âge sans doute, ce temps de là-bas où tout est confusion. Mes amis, disais-je en parlant aux absents que j’aime, puisque je ne peux vous donner la vraie teinte des choses, je vous demande de m’excuser, j’avance vous savez en titubant sur les chemins de terre brune. Brun, brune, ah, voilà au moins une nuance que je saurai dire : elle est souple et vive, marchande avec les herbes un espace muet où mon pas peut résonner, ce brun est indiscutable, puis le voyant serpenter, je le vis soudain blondir au loin, comme un sable oublié entre deux grincements des ivraies grasses.
Je me suis absenté tout ce temps, obsédé par l’impossibilité de dire vraiment à quoi ressemblait au fond des mots la vie en folie que je voyais croître, mais qui n’avouait pas franchement sa langueur miroitante. Et le brun est resté pourtant gagnant peu à peu les labours d’après moissons et l’intérieur des peupliers, je les ai salués comme il convient, comme lorsqu’on voit passer un cortège funèbre. C’était la fin des teintes, c’est la fin des heureuses variations, parlons au présent, c’est maintenant que je sais que je n’ai rien vu. Non, ce n’est pas cela : j’ai vu au contraire avec une trop grande acuité, et maintenant que tout bascule je parle de brun et je me trompe encore, car suivant les couchants il sera ocre ou rose, et au lever le bleu fera encore des siennes.
La difficulté n’est pas aux couleurs, elle est aux mots ; la douleur est à l’écrit, au moment où je trace ces lignes, la peur me reprend de ne savoir dire, car c’est dire qui a manqué s’il a manqué quelque chose. En réalité il n’a rien manqué. N’a été absente que mon habileté à le dire, coincé que j’étais dans une série de vocables préfabriqués, du prêt-à-dire comme il y a du prêt-à-porter. Et les villes d’ailleurs qu’en dire ? L’asphalte n’a-t-elle pas elle aussi cette même noirceur qui rôdait sourde derrière mes pays ?
J’ai adoré un toit d’ardoise : ce n’était pas un gris ni un bleu, non, c’était un chant. À chaque fois que je l’ai entrevu je le voyais se dégrader sous le coup des pluies des vents et je priais pour qu’il fût sauvé jusqu’au jour où la catastrophe est venue, non son effondrement, mais sa réfection complète et depuis je ne le regarde qu’à peine ; en passant devant lui, je le rêve comme avant. Le passé de ce que nous avons vu importe davantage que le présent toujours mouvant et le souvenir ne peut se dire décidément qu’au chant.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

  • Patricia Laranco : HEURTS DE COULEURS (Séries de dessins).

    Patricia Laranco HEURTS COULEURS (Séries dessins).

    Lire la suite

    Par  Ananda
    PHOTOS, POÉSIE, TALENTS
  • Lu dans la presse:Dégoût et des couleurs

    Critique Le rejet de «l’immonde» sur le terrain de la philosophie Par ROBERT MAGGIORI L’envie est de vomir - mais ces koro sont des friandises pour les Indiens... Lire la suite

    Par  Lauravanelcoytte
    POÉSIE, TALENTS
  • Pendentif aux couleurs d'été

    Pendentif couleurs d'été

    Voici ma dernière création! Oui ça faisait un bout de temps que je n'avais rien fait!C'est un pendentif monté sur fil de métal... on dirait presque la maison... Lire la suite

    Par  Stayma
    CÔTÉ FEMMES, MODE FEMME, STYLISME, TALENTS
  • couleurs

    couleurs

    du prusse au caeruleum en passant par l'outremer et là ! du cobalt, le claquant du jaune, la touche de rouge...ahhhhh je me vautre n'en jetez plus, trop... Lire la suite

    Par  Anh
    HUMEUR, JOURNAL INTIME, TALENTS
  • Couleurs Femmes

    Couleurs Femmes

    éditions Castor Astral / Le Nouvel Athanor, anthologie préfacée par Marie-Claire Bancquart. Autant d’univers intérieurs, de pensées et de formes que de poètes... Lire la suite

    Par  Lauravanelcoytte
    POÉSIE, TALENTS
  • Applats de Couleurs

    Applats Couleurs

    Tout nouveau - j'ai maintenant ma toute petite Echoppe c'est par iciApplats de Couleurs :Inspiration plaque Militaire pour ce collier décliné dans plusieurs... Lire la suite

    Par  Lesrondsdelola
    ACCESSOIRES , CÔTÉ FEMMES, MODE FEMME, TALENTS
  • Pour voir la vie en couleurs

    Pour voir couleurs

    Y'a les créations des p'tites toiles d'araignées.Trop mignon non ?  Ah ben si, moi j'adore j'adhère... Lire la suite

    Par  Anaïs Valente
    JOURNAL INTIME, TALENTS

A propos de l’auteur


Montaigne0860 285 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines