Magazine Internet

La science dans Wikipedia

Publié le 23 décembre 2007 par Raymond Viger

Cinq millions d’articles, dont un demi-million en français — alors que l’Encyclopaedia Britannica, la crème de la crème des encyclopédies avec ses 150 ans d’histoire, ne compte «que» 65 000 articles.

Ce n’était qu’une question de temps avant que quelqu’un ne compare les deux. À l’automne 2005, Nature s’est livrée à l’exercice : elle a demandé à des experts d’évaluer, dans leurs champs respectifs, 42 définitions dans Wikipedia et dans l’Encyclopaedia Britannica.

Résultat : plusieurs erreurs… mais pas plus dans l’une que dans l’autre !

L’avantage net de Wikipedia : ses erreurs peuvent être corrigées en un rien de temps. Tandis que pour Britannica (pourtant électronique, désormais), il faut attendre la prochaine réunion du comité de rédaction…

C’est d’ailleurs heureux qu’on puisse corriger rapidement Wikipédia, parce que certaines erreurs font plus de dégâts que d’autres ! Le climatologue britannique William Connolley en sait quelque chose. Cofondateur de Real Climate et wikipédien actif, il s’est retrouvé en 2005 au centre d’une «guerre» où il devait régulièrement corriger un wikipédien décidé à démontrer que le réchauffement climatique n’est qu’un mythe. Cet «enviro-sceptique» ajoutait une phrase ou un paragraphe que Connolley effaçait ou corrigeait, corrections que le vis-à-vis corrigeait à nouveau, et ainsi de suite pendant des mois, jusqu’à ce que la dispute doive aller en «arbitrage». Cet incident a fait beaucoup pour pousser à la création de Citizendium, genre de concurrent «universitaire» de Wikipédia, où les experts reconnus jouissent d’emblée d’un statut supérieur aux simples citoyens.

Il n’est donc pas faux de dire que Wikipedia ne devrait en aucun cas servir de source unique d’information. Un enseignant de science serait très mal avisé d’utiliser une définition de Wikipedia en classe comme source, à moins qu’il n’ait lui-même contre-vérifié l’information.

Même la porte-parole de Wikipedia le reconnaît : «Wikipedia est le lieu idéal pour commencer votre recherche et obtenir une vision d’ensemble d’un sujet. Toutefois, ce n’est pas une source d’autorité. En fait, nous recommandons que les étudiants vérifient les faits avec d’autres sources.»

Dans un trait d’esprit génial, l’humoriste américain Stephen Colbert, qui joue dans son émission de télé (The Colbert Report) le rôle d’un journaliste-éditorialiste hyperconservateur, a invité ses téléspectateurs à aller retoucher l’article «éléphant» de Wikipedia, pour y prétendre que leur population a triplé depuis six mois — une façon, a-t-il dit, de clouer le bec à ces damnés écologistes ! Il en a profité pour inventer un nouveau mot, «wikialité» : c’est une réalité qui existe lorsque vous la créez et que suffisamment de gens sont d’accord avec vous !

Les administrateurs de Wikipedia ont aussitôt mis l’article «éléphant» en mode «protégé», c’est-à-dire empêchant toute modification qui n’aurait pas été approuvée par un responsable.

Mais on peut voir le problème à l’envers : ce même prof de science pourrait faire participer ses étudiants à l’amélioration d’une définition, les obligeant ainsi à puiser leurs informations à plusieurs sources, et à s’initier au travail collaboratif. C’est dans son caractère évolutif que Wikipedia, et le wiki en général, puisent leur raison d’être, et non comme source figée dans le temps qui viserait à remplacer l’Encyclopaedia Britannica.

Extrait de Science ! On blogue, par Pascal Lapointe et Josée Nadia Drouin, à paraître en octobre 2007 aux éditions MultiMondes


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Raymond Viger 488 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines