Magazine Culture

[Christmas Spirit] Pushing Daisies - 1.09 - Corpsicle

Publié le 23 décembre 2007 par Heather

Paradoxalement, pour la série la plus sweet de ce début de saison, Noël nous offre un des épisodes les plus tristes de la saison (qui pourra faire aussi office de season finale avec la grève). Les bons sentiments et le côté fleur bleue constituent une donnée habituelle pour Pushing Daisies. Si bien que les scénaristes prennent à contre-pied les attentes des téléspectateurs. Au lieu de forcer ce trait, ils préfèrent concentrer leurs efforts sur le devenir des personnages et les conséquences de la révélation de Ned, permettant quarante minutes enneigées plus dramatiques qu'à l'accoutumée et comprenant son lot d'informations sur les personnages de la série.

L'épisode reprend où le précédent nous avait laissés : pris dans l'émotion du moment, Ned venait d'avouer à Chuck sa responsabilité involontaire dans la mort de son père lorsqu'ils étaient tous les deux enfants.

L'introduction, pour une fois racontée du point de vue de Chuck, est d'une tristesse émouvante, surtout pour Pushing Daisies, habituellement série qui aime se draper dans sa légèreté.

Chuck s'est enfuie de chez Ned après sa "révélation". Le voilà qui erre dans la nuit, sous la neige, en quête de sa bien-aimée. Le contraste de ces scènes nocturnes, sombres, presque endeuillées dans ce manteau blanc, et des couleurs chatoyantes habituelles est saisissant.

Les pas de Ned le conduisent chez les tantes de Chuck... frigorifiées dans leur manoir.

Chuck était celle qui savait faire fonctionner le chauffage.

Cette dernière n'est d'ailleurs pas partie bien loin. Alors que Ned la cherche dans le froid, elle s'est simplement réfugiée dans l'appartement voisin... chez Olive. Voir ces deux "rivales" devenues amies s'entre-aider a quelque chose de rafraîchissant très sympathique.
Puisque qu'il s'agit d'un épisode placé sous le signe des révélations, Chuck va même jusqu'à dire la fameuse vérité sur sa mort à Olive. Mais cette dernière ne réagit pas : elle ne la croit pas une seule seconde.

Ayant noué des relations amicales avec les tantes de Chuck, Olive s'est finalement rapprochée dans le même temps de Chuck. 
Elle commence d'ailleurs à se demander quel est ce fameux ingrédient secret que Chuck place dans les tartes pour ses tantes. "Olive Snook had been delivering pies for weeks, not realizing she was a homeopathic drug mule."

Une surdose d'homéopathique conduira d'ailleurs sa tante a une révélation surprenante qu'Olive (décidément très en pointe dans cet épisode) apprend bouche-bée : Lily est en réalité la mère de Chuck !

Du côté de l'enquête policière de l'épisode, plusieurs agents d'assurance sont successivement assassinés. Estimant les opérations médicales que leur compagnie paiera, la liste de leurs ennemis est particulièrement longue.

Emerson et Ned enquêtent seuls pour une fois pour une affaire très Pushing Daisies, avec des cadavres dans des bonhommes de neige, des personnages excentriques et étranges et la mort qui les frôle lors d'une nuit de veille, où on apprend une information de taille de la part du détective ronchon : il a une fille.
Emerson : I'm a father.
Ned : As in a priest ?
Emerson : As in a man with a daughter.

L'épisode se conclut sur la réconciliation entre Chuck et Ned... sur la tombe du père de cette dernière. Mignons qu'ils sont, on ne peut que songer qu'il ne s'agit que d'une demie réconciliation. On a une envie folle qu'ils se serrent l'un contre l'autre, pour se soutenir et se réconforter.
Chuck demande à Ned de le faire revivre. La réponse négative de ce dernier sera-t-elle définitive ?

Brassés dans leurs regrets et leur tristesse, le téléspectateur ne peut rester insensible.

Bilan : Un épisode qui bouscule le schéma classique de la série, qui contient son lot de révélations et de surprises. La série évolue, les personnages s'affinent, et le téléspectateur reste sous le charme.
Paradoxalement marqué d'une tristesse inhabituelle pour Pushing Daisies, cet épisode de Noël est une vraie réussite, dans la lignée des précédents. Une belle conclusion, qui nourrit les regrets du téléspectateur à l'encontre de la grève : une suite, please !


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Heather 19 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte