Magazine Blog

Le blog pour les nuls

Publié le 23 décembre 2007 par Raymond Viger

Aux blogs rédigés par une seule personne se sont ajoutés des «blogues collaboratifs», comme Science ! On blogue. Aux blogs n’offrant que du texte se sont ajoutés des blogues de dessins (y compris des B.D.), de photos puis de vidéos. Aux blogs critiquant les médias (la tête de Turc favorite, au début) se sont ajoutés des blogs créés par les médias eux-mêmes. Puis par les compagnies. Puis par les politiciens…

Un tourbillon ? Un chaos ? Oui et non. Si on veut comprendre la raison d’être de cette blogosphère, il suffit de se rappeler qu’en émergent trois caractéristiques fondamentales.

1) Le blog reflète les opinions de son auteur. Rejetant l’objectivité prônée par les médias, le blogueur s’affiche. Au pire, c’est un simple étalage de ses humeurs, au mieux, c’est un heureux mélange d’opinions argumentées, très bien écrites et suscitant des débats intéressants.

2) Le blog s’inscrit dans la culture d’hyperliens. Hyperliens vers les articles originaux s’il s’agit d’une revue de presse, vers des lectures qui ont inspiré l’auteur, vers des références pour compléter son texte du jour… ou hyperliens vers d’autres blogues. Ces hyperliens entre les blogues, en particulier, forgent peu à peu la colonne vertébrale de la blogosphère.

3) Le blog encourage la participation. La technologie qui a rendu facile la création d’un blogue (il vous faut 5 minutes !) a également facilité l’affichage des commentaires des visiteurs. Au point où le succès du blogue se mesure non plus par son achalandage, mais par la qualité et la quantité des échanges suscités entre le blogueur et ses lecteurs, voire entre un blogueur et les autres blogues.

La qualité avant tout !
Phrase à retenir : le succès du blogue se mesure non plus par un achalandage le plus élevé possible, mais par la qualité et la quantité des échanges suscités entre le blogueur et ses lecteurs.

Ce n’est pas une vaine phrase. Depuis plus d’une décennie, les sites web brandissent des statistiques d’achalandage parfois mirobolantes : un million de visiteurs par mois, deux millions, trois millions… Mais un blogue peut être davantage qu’un journal dont on se contente de tourner les pages : il peut être davantage qu’une encyclopédie dont les auteurs se réjouiraient de ce que la page 3000 ait été visitée plus souvent que la page 2000. Le blogue encourage la participation, de son auteur, de ses visiteurs et des autres blogueurs.

Résultat : le blogueur peut mesurer son succès par la qualité des discussions avec ses visiteurs, ainsi que par la qualité des blogues qui ont pointé vers un ou plusieurs de ses messages.


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Raymond Viger 488 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines