Magazine Médias

Pendant ce temps là à Palavas

Publié le 30 août 2010 par Poclatelephage

« Pour prolonger l’été », qui est pourtant bien loin d’être terminé à Toulouse comme en témoignent les coups de soleil, les premiers de l’été, que j’ai pris samedi au bord de la piscine, et pas du tout parce que je suis une inconditionnelle des sujets made in « zone interdite », hier soir j’ai regardé « un été à Palavas-les-flots » et j’ai su que j’avais fait le bon choix en découvrant la famille de Douai (ma ville natale) qui proférait des phrases définitives comme « les vacances à Pôlôvôs on ne pourrait pas s’en passer ». Mais, j’avoue que malgré la famille chti recomposée, l’autre tribu ardennaise et les bons copains qui finissent par ses déchirer sous le soleil, j’ai trouvé ce « zone interdite » un rien brouillon.
Pendant ce temps là à Palavas....
Pourtant, il avait tout pour plaire avec des séquences cultes d’aquagym, les animations camping – l’élection de Mister Camping où un des jeunes suivis par la caméra est le premier dauphin de l’élu et celles des Mini-Miss où la petite ardennaise échoue pour la troisième fois quand même sans même être dauphine -, les sorties en famille avec un budget serré – la fête foraine et surtout le fascinant « taureau piscine », une découverte pour moi – mais comme dans un « enquête exclusive » de bas étage, il a fallu que la caméra de M6 suive la police municipale et la gendarmerie en pleine veille active durant cet été mouvementé.
Notre Président aurait été ravi de découvrir ce documentaire qui mettait si parfaitement en valeur les talents de la gendarmerie nationale qui appréhendait tour à tour un voleur à la roulotte avec des investigations menées à l’américaine – caméras de surveillance, recherche du coupable grâce à sa plaque d’immatriculation, livrage au commissariat par la ruse, perquisition, aveux, le tout en 5 minutes à l’écran – et un dangereux pédophile qui n’était au départ qu’un quidam comme les autres mais qui s’avérait ensuite avoir un casier et être recherché, « une belle prise » pour l’adjudant Bidule.
Du fait divers au limite glauque, entre deux séquences d’aquagym, ce « zone interdite » était vraiment un peu raté et donnait l’impression que ses réalisateurs manquaient furieusement d’images.
Ils ont été quasiment sauvés par le rebondissement inattendu du sujet, aucune agression sur nos témoins, je vous rassure, qui aurait pourtant permis un genre de cross-over avec les interventions policières intercalées dans le sujet, mais un clash chez les bons copains qui partaient en vacances ensemble pour la première fois. Nous suivions donc trois garçons de l'Est dotés du délicieux accent de Norbert : le beau gosse, le type en couple qui fait style et le bon copain. Une fille se joignait au groupe sur le fil, ce qui n’a pas manqué de faire exploser l’amitié des jeunes gens. En effet, le beau gosse, certainement froissé par le rapprochement, entre son pote déjà maqué et la jolie nana, a envoyé un texto à sa copine pour « tout » lui raconter. Le lendemain, les vacances de la petite bande étaient écourtées, ce qui explique peut-être le manque d’images flagrant du sujet.
« Enquête exclusive » se consacrait par la suite aux dessous de Saint-Tropez, la ville de tous les vices, mais le « zone interdite » sur Palavas m’avait suffi.


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Poclatelephage 1254 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines