Magazine Voyages

Malapascua

Publié le 25 décembre 2007 par Jean-Michel Frappier
Pour débarquer sur l'île de Malapascua, il faut sauter du bateau et se mouiller les pieds, il n'y a pas de quai, pas de route non plus que des chemins de terre à l'ombre des palmiers et des bananiers qui se rendent d'un regroupement de petites huttes à un autre, donc pas de voiture, seulement quelques motos, pas de kiosque de souvenirs, de magasin général ou de centre d'information touristique. À l'hôtel, on se lave à l'eau salée et il faut oublier la clim. Trois restaurants et quelques bungalows avec parfois l'électricité sur une plage sublime, on a trouvé notre petit coin de paradis on y passera dix jours tranquilles très très tranquilles, c'est ça les Philippines pour nous et on adore.
On se baigne, on profite du soleil, on joue avec les enfants du coin, on mange, on prend un coup, de vraies vacances de nos vacances.
Un après-midi pluvieux on décide de lire un peu plus sur l'histoire du pays, c'est fascinant.
Les Chinois, les Indiens, les Japonais et plusieurs autres pays des alentours font déjà des affaires avec les plus de 80 tribus qui peuplent ces 8000 îles du Pacifique quand Magellan les « découvre » et en prend possession au nom de la couronne espagnole. Le roi Philip II prit un crayon et fit un gros cercle autour de toutes ces îles avec leur propre culture, leurs dialectes et leur mode de vie unique puis leur donna son nom, ce fut le début de la colonisation, mais surtout de la conversion au catholicisme.
90 pourcent des Philippins sont maintenant catholiques, il y a un lieu de prière pratiquement à chaque coin de rue et même dans le plus reculé des villages on peut tomber sur une superbe église coloniale.
Quand l'Espagne rentra en guerre contre les Etats Unis, les Philippines le sont tombées par la même occasion, mais sont vite passées aux mains des Américains. À la fin du conflit les É.-U. avec le traité de Paris, achetèrent le pays ainsi que Guam et Porto Rico pour la modique somme de 20 millions de dollars, en faisant ainsi leur seule et unique colonie officielle.
On comprend maintenant quand on rencontre un Asiatique au nom de famille espagnol qui parle anglais.
Outre un lieu de culte et une arène de combat de coqs une autre chose que l'on est sùr de retrouver dans un village c'est un karaoké fonctionnant à plein volume et en permanence, parce que les Philippins on une passion commune, chanter, qu'il fausse ou non, ici tout le monde chante à plein poumon.
Un peuple hyper religieux qui adore fredonner, on a droit à des chorales de Noël sur la plage tous les soirs, c'est l'endroit idéal pour se mettre dans l'esprit des fêtes.
On quitte Malapascua pour Sipalay où l'on a réservé un hôtel qui semble assez excentrique, le takatuka lodge où l'on va rester jusqu'au 29 décembre, date à laquelle on prend un vol pour notre capitale préférée d'Asie- Bangkok.
On vous souhaite un JOYEUX NOEL de tout notre coeur!!! On aurait aimé écrire personnellement à toute la famille, les amis et tous ceux qui laissent des commentaires forts appréciés sur ce blogue, mais c'est difficile ici, les choses devraient s'améliorer en Thaïlande.


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Jean-Michel Frappier 23 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog

Magazine