Magazine Société

C'est des roms interactifs

Publié le 14 septembre 2010 par Chroneric

Vouloir débattre et régler le problème des roms est délicat et source innombrable de polémiques. Dès que l'on touche à la misère ou au libre accès en Europe, les défenseurs des droits de l'homme et les opposants au gouvernement se mettent en branle pour crier au scandale. Pour en parler, il faut tenter le plus possible de rester objectif pour ne pas être traité de raciste.

Si j'ai bien compris, des populations de Roumanie ou de Bulgarie partent de ces pays et arrivent en France. Des familles entières s'installent sur des terrains ou des propriétés non occupées, appartenant aussi bien à un privé qu'une collectivité locale, voire nationale. Cette installation se fait sans autorisation. On peut donc comprendre que le propriétaire soit quelque peu irrité par cette invasion. On peut donc aussi comprendre qu'il demande à ce que ces gens partent ailleurs et quittent le sol occupé.

Au niveau loi et règlement, j'ai cru comprendre que ces personnes avaient le droit de rester trois mois sur le territoire français, en raison de leur appartenance à l'Union européenne et à la signature du traité de Schengen sur la libre circulation des personnes (voir carte ci-dessous, extraite de Wikipédia).

Espace Schengen

Puis, au bout des trois mois, ces mêmes personnes doivent partir et retourner dans leur pays. Ce que l'on constate, c'est que ces personnes restent largement plus de trois mois sans respecter ces principes mis en place d'un commun accord. Ils deviennent donc illégaux et risquent des poursuites ou des expulsions. On constate également des situations absurdes qui consistent à ce que ces personnes quittent le territoire cinq minutes, traversent une frontière, puis reviennent pour trois mois. Je ne commenterai pas les expulsions avec indemnités, puit sans fond.

A la rigueur, ce qui peut être contesté, c'est la manière de faire. Mais doit-on reprocher aux autorités de faire respecter des dispositions prises au niveau européen ? Quand vous vivez dans un espace défini avec des colocataires, vous mettez en place des règles de vie, non ?

Les autorités roumaines et bulgares ne se pressent pas pour retenir ces flux de migration, ils sont bien contents de les voir partir. Là est peut-être le cœur du problème. Les associations et l'opposition s'insurgent des expulsions, criant aux droits de l'homme. Et les devoirs ? Je leur demande par la même occasion comment occuper ces populations dans notre pays ? Une fois ici, que font-elles ? Qu'apportent-elles à la France ? Je vais prendre l'exemple du Canada. Pour résider à moyen et long terme dans ce pays, même pour un Français, il faut répondre à des critères bien précis et contraignants. Il faut aussi prouver que l'on a un travail sérieux, réel et durable.

Je crois avant tout est que le problème est politique. La France n'a pas à accueillir toute la misère du monde ni à régler les problèmes des autres pays du monde. Ce dont je suis certain, c'est que ce problème trouvera son dénouement dans une solution politique et seulement politique, et non religieux. Ce n'est pas non plus à des dictateurs de nous donner des leçons de droits de l'homme, un comble ! Si ces gens complètement démunis quittent la Roumanie et la Bulgarie, c'est bien qu'il y a un gros problème d'acceptation et d'intégration au sein de ces pays. C'est donc aux gouvernements roumains et bulgares de trouver une solution.

Ils n'ont pas à refiler la patate chaude aux voisins. A la rigueur, pour les aider, ils peuvent faire appel au concours des autres membres de l'Union, mais c'est à eux d'être l'acteur principal. Si nous-même, nous ne quittons pas la France, c'est bien parce que nous nous y sentons biens et que nous n'y sommes pas si malheureux que certains veulent nous le faire croire.

Je veux bien être solidaire mais pas neuneu.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Chroneric 80 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog

Magazine