Magazine

Mais que fait la police ? Du chiffre...

Publié le 14 septembre 2010 par Laurelen
Mais que fait la police ? Du chiffre... La petite anecdote qui tue. La semaine dernière, en plein centre de Saint-Pierre, deux marmailles, pas plus de quinze ans, brisent les protections plastiques d'une voiture garée sur un parking. En pleine journée. Devant des badauds médusés. Comme ça, pour rire. Et d'ailleurs, ils rient. "Té, ou déconne ou la !", lance un des gamins au gars qui a cassé l'accessoire. C'est rien, juste un petit épisode de la connerie ordinaire, qui va simplement exaspérer le type qui va retrouver sa voiture abimée, peut-être pour la dixième fois de l'année. "Ca arrive tous les jours. On ne dit rien. On a peur des représailles. Si on appelle la police, on reçoit des menaces, on se fait traiter de maquereaux", soupire un marchand ambulant qui a tout vu. Et qui en a vu d'autres...
La police, parlons-en, tiens. A une centaine de mètres de là, sur le front de mer, une patrouille contrôle consciencieusement les automobilistes qui escargotent sur le front de mer. Les PV volent dru. Là aussi, comme presque tous les jours. Normal. les infractions routières, ça rapporte. Pas seulement en matière de sous, mais en matière de chiffres. Le chiffre, c'est ce que demande le ministre de l'intérieur aux policiers. Passer sa journée à courir après des marmailles qui de toute façon s'en tireront par un rappel à la loi, ce n'est pas "rentable" ; passer une après-midi à contrôler les automobilistes, oui, nous confirme un officier de police.
En même temps, c'est tout bénef pour Sarkozy et Hortefeux : plus il y a de ces "petites incivilités", plus le sentiment d'insécurité monte, et plus on peut faire de discours incantatoires sur le thème, en s'en prenant, au choix, aux jeunes, aux racailles, au roms...
Dans le même temps, ce gouvernement ultra-sécuritaire dépouille la police de ses moyens d'agir. Une note interne du ministère de l'Intérieur, révèle "Marianne" (11/09), estime que les crédits de fonctionnement de la police devraient passer de 1,32 milliard d'euros en 2010 à 878 millions en 2013. Côté effectifs, c'est pareil : "Depuis 2004, l'Intérieur a perdu 10 000 flics. Selon plusieurs sources syndicales, ils devraient être encore 4 000 de moins d'ici à la présidentielle de 2012" note cette fois le Canard enchaîné.
Et ce n'est pas mieux sur notre belle île de la Réunion, comme une récente enquête du Jir l'a montré. "À Saint-Pierre, il manque 40 policiers pour que l’effectif de référence du commissariat soit atteint. À Saint-Denis, les syndicats évaluent à 111 le nombre de policiers manquants, 47 pour Saint-André et 49 pour le Port, soit environ 250 policiers sur l’ensemble du département", selon l'auteur de l'article, Jérôme Talpin, qui cite lui aussi des sources syndicales.
Mais pour Nicolas Sarkozy, les chiffres ne comptent que quand ils alimentent les (bonnes) statistiques...

François GILLET

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Laurelen 224592 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte