Magazine Politique

Martine Aubry : «l'image de la France est abîmée»

Publié le 15 septembre 2010 par Letombe
Martine Aubry : «l'image de la France est abîmée» La Première secrétaire du Parti socialiste était l'invitée du 7/9 de France Inter ce mercredi 15 septembre. Martine Aubry a répondu aux questions du journaliste Patrick Cohen sur la politique du gouvernement à l'égard des Roms, sur la réforme des retraites et sur l'unité au sein du PS.

Politique de stigmatisation à l'égard des Roms

Le gouvernement «pourchasse des hommes et des femmes parce qu'ils appartiennent à une ethnie différente et pas parce qu'ils ont commis des délits», a souligné la première secrétaire. La Première secrétaire a rappelé que «l'ONU et le pape nous montrent du doigt», sans oublier Viviane Reding, la commissaire européenne responsable de la justice.   Interrogée sur les reconduites à la frontière, Martine Aubry a déclaré qu'il fallait «cesser», «j'ai dit à mon préfet d'arrêter les explusions pour les terrains qui dépendent de ma ville et de la métropole lilloise».
Pourquoi? «Parce que ces hommes et ces femmes, s'ils occupent illégalement des terrains, ceci peut entraîner une explusion des terrains, mais en aucun cas une expulsion des territoires». La Première secrétaire du PS a évoqué l'arrêté pris en ce sens par les tribunaux qui certifie qu'«occuper illégalement un terrain ne constitue pas un trouble à l'ordre public suffisant pour justifier une expulsion du territoire».
>> «Une politique indigne et illégale», la prise de position de Harlem Désir.  

Retraites

Martine Aubry a indiqué que la réforme du gouvernement était «injuste et inefficace», avec une «réduction des pensions», «travailler deux ans de plus même si l'on a commencé tôt sa vie professionnelle» et  une réforme qui pénalise les «femmes qui ont eu des carrières précaires». Cette réforme ne «régle pas les problèmes après 2012», a également rappelé la Première secrétaire : «un autre projet est possible, celui que nous proposons, qui règle du premier au dernier euro la réforme, et qui répartit les charges de manière juste sur toutes les catégories».   Alors que la réforme s'apprête à être votée à l'Assemblée nationale, après seulement 50 heures de débats, contre 5 semaines pour la loi Fillon de 2003, avec une réforme plus modeste, Martine Aubry a appellé à la mobilisation : «une bataille n'est jamais perdue avant d'avoir tout tenté», «c'est maintenant qu'il faut se battre, rien n'est joué, nous sommes dans une démocratie».   >> Nos propositions sur les retraites  

Unité du Parti socialiste

Interpellée sur la prestation de Ségolène Royal sur France 2 à sa place lors de l'émission A vous de juger, Martine Aubry a justifié l'intervention de la présidente de la région Poitou-Charentes, car «je suis une chef d'équipe» et que «je présidais une réunion (prévue depuis 3 mois) avec quarante collectivités locales représentées à Lille». «Ségolène ROYAL a été parfaite dans sa façon d’exprimer non seulement l’injustice de cette réforme mais aussi notre projet, une autre réforme des retraites, et je suis très heureuse que nous parlions tous d’une même voix», a également affirmé la Première secrétaire.   «De François Hollande à Ségolène Royal et à moi-même, nous avons dit la même chose. C’est peut-être d’ailleurs ce qui gêne le plus la droite aujourd’hui, c’est que le nouveau Parti socialiste est un parti qui est coude à coude pour dire aux Français «il y a un autre modèle possible», comme ça été le cas sur les retraites».

Martine AubryMartine Aubry
Première secrétaire

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Letombe 131283 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines