Magazine

P’tite brassée…

Publié le 19 septembre 2010 par Lawrence Desrosiers

Pas besoin de télescope pour constater que l’été est derrière nous. Ce qui soulage, ce sont les odeurs et la lumière de l’automne. Au Québec, on a la chance d’avoir quatre saisons différentes. Dire qu’il y a des pays qui ont deux saisons; la sécheresse et la mousson.

♠ La semaine dernière, je suis allé marcher au Boisé de la Pointe St-Gilles. Quelle déception. Pourtant, tout indiquait que je passerais un bon moment; la température était idéale et sur semaine l’endroit est tranquille. D’entrée de jeu, j’ai remarqué que plusieurs mangeoires étaient détruites; odieux vandalisme. Ça me désole pour les bénévoles qui donnent de leur temps et fournissent le matériel pour rendre cet endroit agréable à tous. Ce n’est pas la fin du monde me direz-vous avec raison. Lorsque je marche, je le fais en faisant peu de bruit, afin de profiter de celui de la nature, si ressourçant. Heureux dans ma bulle, je m’en suis fait extirper par le galop de deux gros chiens sans laisse, qui sont venus effrontément me renifler et m’accompagner pour quelques mètres. Je leur ai dit de foutre le camp; pauvres bêtes, n’ayant rien compris, elles sont revenues à quatre reprises répéter leur manège. J’entendais les maîtres qui étaient plus loin, mais je n’ai vu personne. J’aime les chiens, mais je n’en ai pas, car je ne veux pas ramasser leurs crottes, je ne veux pas non plus qu’ils m’accompagnent pendant mes randonnées, je ne veux pas me faire renifler. Pourquoi sur cette terre, ceux qui ont des animaux les laissent empiéter sans vergogne ni retenue dans la vie des autres? Pourquoi les maîtres ne ramassent pas les crottes de leurs amis fidèles? Pourquoi ne respectent-ils pas les règlements? C’est écrit et c’est clair; les chiens doivent être en laisse et les maîtres ramassent le crottin, point. Comme dit si bien mon amoureuse, on dirait que la moitié des habitants de la planète est sur la terre pour faire chier l’autre moitié. Alors, randonneurs avec chiens du Boisé de la Pointe St-Gilles qui se sentent concernés, un peu de savoir-vivre et de respect. Respecter les règles. Ne croyez pas qu’on ne s’en rend pas compte.

La Côte-Nord est comme un cœur. Marlène et moi sommes allés sniffer l’air du large, au bout du quai. Les voiliers se dandinent au gré de la vague, les istorlets plongent dans la mer et attrapent des poissons. Des avions long-courriers fendent le bleu du ciel, apportant ou rapportant leurs passagers dans notre si beau pays. Vive la Côte!

♠ 2020. Les Nordiques de Québec viennent de terminer 13e au classement de la Conférence de l’est de la Ligue nationale de hockey. Le pétrole est à 4,75 $ du litre à cause de la rareté et du réchauffement de la planète. Plus personne n’a les moyens d’aller encourager cette équipe à Québec. Pierre-Karl Péladeau qui a acheté les anciens Panthers de la Floride à l’été 2014 au prix de 275 millions de dollars, vend son équipe 425 millions à de riches industriels chinois. L’équipe est déménagée à Seattle. Le nouveau Colisée de Québec devient le deuxième éléphant blanc, après le Stade olympique, que les Québécois se sont payé. Et Pierre-Karl Péladeau est encore plus riche. 2046, un hurluberlu mégalomane et égocentrique, veut ramener les Nordiques à Québec…

Lo x


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Lawrence Desrosiers 2123 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossiers Paperblog