Magazine Bd

Equilibrium

Par Kagemori

Réalisé par: Kurt Wimmer
Avec: Christia Bale, Emily Watson, Taye Diggs, Angus Macfadyen
Pays: Etats-Unis
Genre: Science-Fiction
Année de production: 2002
Durée: 01h47

Synopsis: Dans les années 2070, dans la citadelle de Libria, les émotions n’existent plus, supprimées par l’absorption quotidienne de Prozium. Cette drogue anti-anxiété rend les gens plus heureux et plus productifs. Les individus ont ainsi accepté de mettre de côté leur liberté pour vivre en harmonie avec leur dirigeant spirituel connu sous le nom de Père. Les personnes qui refusent de prendre leur dose sont considérées comme des rebelles et vivent en retrait de la ville. S’ils sont pris à jeun, c’est la peine de mort assurée.
John Preston travaille au service de Père. Un jour, il manque à prendre sa dose journalière de Prozium. Il commence alors à découvrir ce que sont les sentiments.

Critique: Sorti quelques année après Matrix, la sortie d’Equilibrium est passée quelque peu inaperçue en France. Il faut dire qu’à la vue des affiches qu’il y avait dans le métro ou aux arrêts de bus, le film faisait plus penser à une pâle copie des films de Wachowski qu’à une oeuvre de qualité.

Pourtant, en le regardant en DVD quelques années plus tard, j’ai été etonnament surpris par les qualités d’Equilibrium, alors que je n’attendais rien du film de Kurt Wimmer.

Equilibrium

L’univers développé dans le long métrage n’est pas dénué d’intérêt. Dans un monde ravagé par la troisième guerre mondiale, tout le monde s’accorde à dire que l’Homme cause le mal quoi qu’il fasse. On decide donc d’éliminer le mal à la racine en le privant de toutes émotions et sentiments, par l’injection d’une drogue nommée Prozium. Une dictature s’installe alors, traquant toute personne éprouvant une quelconque émotion. L’art, la beauté, la musique, tout est banni et detruit pour faire un monde uniforme, où tout le monde se ressemble.

Christian Bale incarne John Preston, membre d’une troupe d’élite spécialisé dans l’extermination de la Résistance. Le futur Bruce Wayne s’en tire plutôt bien dans le film, se montrant très froid mais laissant tout de meme transparaître quelques faiblesses dans les sentiments qui le submergent tout au long du film. Alors qu’il a plutôt tendance à s’effacer au profit de forts seconds rôles dans ses récents films (The Dark Knight, Terminator Salvation), ça fait du bien de le voir en haut de l’affiche et remplissant bien son rôle.

La principale curiosité du film vient de la manière de se battre de John Preston. Chaque membre de l’unité d’élite sont entrainés à un art martial bien spécial: le kata de flingues. C’est en gros mêler les gestes méticuleux d’un art martial comme le kung-fu, à l’utilisation de deux pistolets, un dans chaque main. Le résultat est vraiment sympathique et les scènes de combats sont impressionantes.

Le reste n’est pas exempt de défauts: une réalisation sans vie, des choix de mise en scène douteux, des seconds rôles anecdotiques et le message de “combattre le systeme” vu et revu. Mais le discret Equilibrium sait surprendre, surtout si on en attends rien.

En bref, c’est une bonne surprise avec un univers intéressant, un Christian Bale jeune et prometteur et des scènes de combat surprenantes. Et il doit être vu pour le combat final, un des plus court de l’histoire du cinema.

Trailer:

VN:F [1.9.7_1111]

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Kagemori 7 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog

Magazines